1. Journées portes ouvertes : cinq pièges à éviter pour en tirer le maximum
Boîte à outils

Journées portes ouvertes : cinq pièges à éviter pour en tirer le maximum

Envoyer cet article à un ami
Se faire accompagner d'un proche, ou de ses ami(e)s, est plutôt recommandé pour réussir pleinement ses JPO. // © iStockphoto
Se faire accompagner d'un proche, ou de ses ami(e)s, est plutôt recommandé pour réussir pleinement ses JPO. // © iStockphoto

Ça y est, la saison des journées portes ouvertes est lancée. Pour profiter au maximum de ces moments importants dans la décision de s'inscrire ou non dans une école ou une université, voici quelques pièges à éviter.

Alors qu'APB ouvre son portail le 20 janvier et que le bac approche doucement, mais sûrement, les journées portes ouvertes commencent à se multiplier. Le principe : l'école ou l'université accueille les visiteurs pour quelques heures, parfois quelques jours, et présente ses programmes, ses cursus et son quotidien. L'occasion idéale pour les futurs bacheliers (ou étudiants en reconversion) de découvrir leur futur établissement et de conforter leur choix. Pour profiter au maximum de ces moments importants d'orientation, voici cinq pièges à éviter.

1. Ne participer qu'à une seule JPO

Même si l'on pense être sûr(e) de son choix, mieux vaut visiter d'autres établissements. C'est le conseil que Mickaël Corbard, responsable du recrutement des étudiants de l'École de design Nantes Atlantique, donne aux visiteurs de ses journées portes ouvertes : "Je les invite à se rendre dans plusieurs JPO, pour comparer les formations et les ambiances, même si les cursus peuvent paraître proches. Je conseille donc au moins deux ou trois JPO".

Durant ces journées, les établissements sont ouverts aux terminales et aux étudiants en reconversion, mais pas seulement. Tous les lycéens et même les collégiens sont les bienvenus. À l'École de design Nantes Atlantique, par exemple, lors de la JPO de 2016, près d'un quart des visiteurs étaient des collégiens, des secondes ou des premières.

2. Y aller en solitaire

Certain(e)s futur(e)s étudiant(e)s hésitent à venir accompagné(e)s d'un proche. Pour Samuel Vinet, directeur du recrutement de l'ESSEC, cela dépend avant tout de l'âge. "Les professionnels qui envisagent un MBA, par exemple, viennent presque toujours seuls aux journées portes ouvertes et c'est logique. En revanche, pour les lycéens qui souhaitent intégrer un cursus postbac, il est important de venir avec ses parents, qui peuvent sentir l'établissement et conforter leurs enfants dans leur choix", explique-t-il.

À l'université de Rouen, également, la présence des parents pour les futurs étudiants est recommandée. "Les parents sont stressés à l'idée qu'on n'encadre pas assez leurs enfants. Aux JPO, ce sont souvent eux les plus inquiets. C'est aussi notre rôle de les rassurer", souligne Carole Alexandre, directrice des enseignements et du suivi des parcours étudiants de l'université.

Mickaël Corbard, de l'École de design Nantes Atlantique apporte un autre argument. "Les questions sont différentes : le futur étudiant se focalise sur l'ambiance, les cours et la vie au quotidien, là où ses parents évoquent le financement des études, la reconnaissance de l'école et les débouchés", estime-il. Des questionnements complémentaires.

3. Ne pas solliciter les étudiants et le personnel de l'établissement

L'établissement est relativement ouvert durant les JPO, il est possible de s'y promener assez librement. Néanmoins, demander des explications durant une visite est essentiel. "Si vous visitez seul le campus, vous ne verrez pas autant de choses qu'avec quelqu'un qui connaît bien l'établissement. Découvrir un laboratoire, par exemple, a peu d'intérêt sans savoir ce qui s'y fait. Mieux vaut aller voir les gens, et se faire accompagner par un étudiant ou un membre du personnel", suggère Marie Lejuste, responsable communication de l'école d'ingénieurs HEI.

Il serait en effet dommage de se passer des retours d'étudiants et des réponses apportées par le personnel, tous mobilisés pour l'occasion. "Il n'y a pas de question idiote. Un lycéen ne doit pas hésiter à poser autant de questions qu'il le souhaite. Les parents, eux, ne doivent pas parler à la place de leur enfant. C'est lui qui est au centre du sujet, pas eux. Il faut savoir rester à sa place et ne pas s'y substituer", met en garde Véronique Prax, ‎responsable du service info-orientation et insertion pro de l'Université Paris-Dauphine.

4. Ne pas s'y préparer

Tous les établissements sont formels : mieux vaut s'être un minimum préparé(e) avant de passer les portes, au moins sur Internet. "Il faut cibler ce que l'on veut voir. Il serait dommage de rater des informations importantes ou d'assister à une conférence au hasard. Il faut se faire un planning de la journée, comme on prépare un voyage", précise Kim-Loan Nguyen, responsable du pôle promotion et marketing de l'Institut Catholique de Paris. D'autant que cet établissement, comme certains autres, peuvent demander une inscription en ligne avant les journées portes ouvertes, pour une question de sécurité.

Se préparer est d'autant plus important que la plupart de ces journeés sont très denses et couvrent de nombreuses thématiques. La JPO de l'ESSEC, par exemple, concentre des programmes différents, allant du postbac aux MBA pour les professionnels.

5. Ne penser qu'au cursus

Les programmes, cursus et débouchés sont importants, mais la journée portes ouvertes est aussi l'occasion de se renseigner sur tout le reste. "C'est le moment idéal pour poser des questions sur le logement, par exemple, pour savoir s'il y a, ou non, une résidence étudiante, et éventuellement une occasion de la visiter", ajoute Marie Lejuste, de HEI. De quoi profiter et tirer le maximum des prochaines journées portes ouvertes qui vous intéressent.

Comment connaître la date des JPO ?
Pour trouver les dates des journées portes ouvertes qui vous intéressent, rendez vous sur le site Internet de l'établissement ou sur le site de l'académie dans laquelle il se situe.