1. MOOC : Centrale Nantes et Télécom Bretagne à la pointe du e-learning
Boîte à outils

MOOC : Centrale Nantes et Télécom Bretagne à la pointe du e-learning

Envoyer cet article à un ami

Proposer un cours en ligne interactif, centré sur l’acquisition des connaissances grâce au web : tel est le principe du MOOC (Massive Online Open Course) mis en place à l’automne 2012 par Centrale Nantes et Télécom Bretagne. Son nom ? ITyPA, acronyme de “Internet Tout y est Pour Apprendre”.

Durant ce cours pas comme des autres, les participants ont été invités à interagir en direct, via un forum, une messagerie instantanée ou les réseaux sociaux : ils ont pu bien sûr poser des questions, mais aussi passer directement de la théorie à la pratique puisque l’objectif de l’ITyPA était d’apprendre à utiliser différents outils comme des plateformes de veille et de partage, les flux RSS, mais aussi à gérer son identité numérique.

Ouvert à tous, le cours était intégré, en tant que module électif, au cursus des élèves ingénieurs. Pour eux, les dix séances virtuelles ont été complétées par deux autres en face à face : les étudiants ont présenté une “création Internet”, comme un fil Twitter ou un blog, afin de rendre compte de ce qu’ils ont appris et construit pendant le MOOC. Une évaluation complétée par un rapport d’analyse critique sur ce type d’apprentissage innovant.

Le test de Soufiane

Soufiane, 21 ans, en deuxième année à Centrale Nantes raconte son expérience de l'ITyPA.

Soufiane, 21 ans, élève de Centrale Nantes, participant du MOOC lancé en 2012 - DR

Soufiane a été enthousiasmé par le MOOC utilisé à Centrale Nantes. // © Photo fournie par le témoin.

“Je me suis inscrit à ce cours d’un nouveau genre d’abord par curiosité, étant un utilisateur ‘normal’ d’Internet, sans plus. Cela m’a permis de découvrir de nouveaux outils et, par exemple, d’apprendre à naviguer sur les réseaux sociaux pas seulement pour me divertir, mais aussi pour travailler. Au départ, j’ai été surpris par le fait que les séances n’avaient pas d’objectif très défini, avant de comprendre qu’en réalité, on avançait ensemble.

Chaque participant a vraiment collaboré à la construction du cours, puisque le but était d’interagir au fur et à mesure des informations données par l’intervenant. Une communauté s’est ainsi constituée petit à petit et ce réseau d’entraide, qui perdure à l’issue du cours, est vraiment pour moi la plus-value du MOOC. Au fil des séances, on devait améliorer notre espace numérique de travail, ce qui m’a conduit à créer mon blog sur lequel j’ai agrégé un fil Twitter et des réflexions personnelles autour de cette forme de pédagogie. Avant cela, je ne visitais pas tellement de blogs, je pensais que les gens ne faisaient qu’y étaler leur vie personnelle. Le cours a aussi changé mon regard sur ce sujet.”

À consulter

Pédagogie innovante
À lire sur EducPros, les innovations de notre dossier ci-dessus vues par les professeurs.
Notre classement des écoles d'ingénieurs selon leur pédagogie innovante.
Le portrait d’une fac à la pédagogie innovante : Paris 8.
Une pédagogie par projets à l'Agrocampus Rennes.
Un exemple de campus et de pédagogie à l'anglo-saxonne : University College of London.

Coulisses
Grandes écoles de commerce et d'ingénieurs : à quel niveau recrutent-elles vraiment ?
Les filières du supérieur vues par les étudiants.

Sommaire du dossier
Retour au dossier Unishared : la prise de notes collaborative initiée à l’ESCP Europe Boîtiers réponses : la physique interactive à l’UPMC MOOC : Centrale Nantes et Télécom Bretagne à la pointe du e-learning Les étudiants des Mines de Saint-Étienne font cours eux-mêmes Un contrat pédagogique pour lutter contre l’absentéisme à l’EM Strasbourg La salle de classe du futur à Grenoble École de management