1. Ironman en fauteuil, il dépasse ses limites
Portrait

Ironman en fauteuil, il dépasse ses limites

Envoyer cet article à un ami
"Le handbike était au début un loisir, puis j’ai voulu me confronter à l’adrénaline des courses." // © Pablo Chignard/Hans-Lucas pour l'Etudiant
"Le handbike était au début un loisir, puis j’ai voulu me confronter à l’adrénaline des courses." // © Pablo Chignard/Hans-Lucas pour l'Etudiant

Florian Jouanny, 25 ans, est devenu tétraplégique après un accident de ski. Sportif dans l’âme, il n’a pas abandonné sa passion et s’est lancé dans le triathlon.

En 2011, la vie de Florian Jouanny, alors en terminale, bascule après un accident de ski. Il devient tétraplégique. Pendant sa rééducation, il découvre le handbike, un vélo où il pédale à l’aide de ses bras. "C’était au début un loisir pour reprendre goût au sport, puis j’ai voulu me confronter à l’adrénaline des courses", raconte Florian. En 2016, il réussit à monter sur plusieurs podiums en championnats de France, mais aussi dans la course European Handbike Circuit.

226 kilomètres en 14 heures et 55 minutes

Fin septembre 2017, il participe à l’IronMan de Barcelone, un triathlon version longue avec trois disciplines : natation, marathon, cyclisme. "J’ai dû finir le marathon avec un pneu percé à mon fauteuil !"

Lire aussi : Les portraits des jeunes qui vont faire la une

Florian suit un entraînement intensif : jusqu’à vingt heures par semaine. Il est entouré de ses proches, mais aussi encadré par un étudiant en STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives), qui lui prépare des plannings d’entraînements.

Toujours plus haut dans les défis

Florian a réussi à reprendre ses études un an après son accident. Une fois son bac S en poche, son handicap l’oblige à tirer un trait sur son rêve d’intégrer le peloton de gendarmerie de haute montagne. Aimant la physique-chimie, il s’inscrit en IUT (institut universitaire de technologie) mesures physiques, puis en licence professionnelle métiers de l’industrie dans la qualité, à l’université Grenoble-Alpes (38). "J’ai choisi de faire mon stage et ma licence en alternance dans un laboratoire." Motivé, il décide, fin 2017, de s’investir dans une start-up de matériel sportif sur mesure. "Mon rôle sera de développer de nouvelles technologies pour le handisport."

Le jeune homme n’abandonne pas pour autant ses défis sportifs : il vise de nouveaux chronos en compétitions mondiales, un IronMan en Italie en septembre 2018, et pourquoi pas, les Jeux paralympiques de Tokyo en 2020.