1. Faire médecine après dentaire, pharmacie ou sage-femme : bon plan ou pas ?
Décryptage

Faire médecine après dentaire, pharmacie ou sage-femme : bon plan ou pas ?

Envoyer cet article à un ami
Un étudiant en odontologie, pharmacie ou sage-femme peut rattraper la deuxième année de médecine s'il regrette son choix après la PACES. // © Monty Rakusen / Plainpicture / Cultura
Un étudiant en odontologie, pharmacie ou sage-femme peut rattraper la deuxième année de médecine s'il regrette son choix après la PACES. // © Monty Rakusen / Plainpicture / Cultura

Après la PACES (première année commune aux études de santé), vous avez commencé des études en odontologie, pharmacie ou sage-femme, mais vous préfèreriez faire médecine ? Il est possible d’exercer votre "droit au remords". Sous certaines conditions…

Un étudiant en odontologie, pharmacie ou sage-femme peut rattraper la deuxième année de médecine s'il regrette son choix après la PACES (première année commune aux études de santé). Un arrêté le stipule. "Il s'agit d'une passerelle entrante, en complément du numerus clausus existant, qui permet un droit au remords", résume Jean-Louis Gérard, doyen de la faculté de médecine de Caen. De la même façon, un étudiant de médecine peut se réorienter en sage-femme, un étudiant de pharmacie peut se réorienter en dentaire, etc.

Pour exercer ce droit, vous devez avoir validé au moins deux années d'études ou 120 ECTS dans la filière choisie après la PACES. En outre, vous devez avoir réussi le concours de médecine à l'origine, même si vous avez préféré une autre voie.

Des motivations à expliquer

Première étape pour postuler : déposer un dossier de candidature pour une seule filière dans une seul établissement (celui où vous voulez poursuivre vos études) au plus tard le 31 mars. Celui-ci doit comprendre une copie de votre pièce d'identité, un CV détaillé à partir de l'année du bac, une attestation de votre université d'origine précisant quelles filières vous pouviez intégrer après les concours de fin de PACES, une lettre de motivation pour expliquer votre volonté de changer de filière (et d'établissement si c'est le cas) et une attestation sur l'honneur indiquant le nombre de fois où vous avez candidaté dans le cadre de cette procédure en précisant l'année de candidature et la filière visée. Seconde étape : passer un entretien avec un jury composé de directeurs de formation et d'enseignants. Mais le nombre de candidats retenu pour cet entretien est très mince : celui-ci ne doit pas dépasser le double du nombre de places offertes au final.

Un nombre réduit de transferts

Le nombre de places est fixé par un arrêté chaque année. Pour l'année universitaire 2014-2015, celui-ci s'élève à 14 en médecine (7 en odontologie, 7 en pharmacie et 7 en sage-femme). Les angles de tir sont donc réduits, d'autant plus qu'il faut avoir été tout de même classé au concours de médecine en PACES pour se réorienter. "En 2013, nous avons reçu six dossiers de candidature pour rejoindre la filière odontologie (trois ont été retenus) et un pour rejoindre la filière sage-femme (retenu). Aucun pour médecine", indique-t-on à l'UFR des sciences médicales de l'université de Bordeaux, l'un des sept centres d'examen qui recueillent les dossiers. Même constat à Paris 11, où aucun dossier n'a été déposé pour médecine malgré les deux postes offerts. Le droit au remords reste une piste marginale.

Découvrez les autres voies pour contourner la PACES dans notre dossier Faire médecine sans passer par la PACES.

POUR EN SAVOIR PLUS
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Réussir ses études de santé”, par Ludivine Coste.