1. Idée reçue : PCEM 1 reste l’obstacle le plus difficile à franchir pour devenir médecin
Coaching

Idée reçue : PCEM 1 reste l’obstacle le plus difficile à franchir pour devenir médecin

Envoyer cet article à un ami
Sommaire du dossier
Retour au dossier Idée reçue : les chances de réussite en PCEM 1 sont les mêmes dans toutes les facs Idée reçue : j’ai seulement une chance sur six de passer en deuxième année Idée reçue : PCEM 1 reste l’obstacle le plus difficile à franchir pour devenir médecin Idée reçue : sage-femme est une profession paramédicale réservée aux femmes Idée reçue : une prépa est obligatoire pour réussir un concours en santé Idée reçue : pour faire des études en santé, il faut être scientifique Idée reçue : pour faire des études en santé, il faut le bac Idée reçue : l’ostéopathie est une discipline reconnue et réglementée Idée reçue : il n’y a aucun souci à se faire question emploi Réformes : du nouveau en santé Témoignage : Noémie, 20 ans, étudiante en deuxième année de kiné à Toulouse (31)

De nombreuses idées reçues sont véhiculées sur les formations médicales et paramédicales. Nous en avons sélectionné 10 et démêlé le vrai du faux.

Vrai et faux
  

Pas question de se relâcher après PCEM 1 ! Si la pression retombe un peu, la masse de travail reste importante. PCEM 2 et DCEM 1 (la première année de deuxième cycle) se révèlent fondamentales. Vous approfondissez les bases théoriques, découvrez les matières médicales. La pratique devient de plus en plus présente : vous passez des demi-journées en stage à l’hôpital sous la responsabilité d’un chef de service.

"Certains abandonnent car ils ne supportent pas le contact avec les patients", confie Chloé. À partir de DCEM 2, et pendant 3 ans, les étudiants dits "externes" apprennent l’exercice direct de la médecine (établir un diagnostic, expliquer aux patients leur maladie, argumenter un traitement, etc.). "En stage, si la visite ou l’opération n’est pas finie, on reste. Il s’agit alors d’heures supplémentaires non payées, mais on est là pour apprendre", estime Chloé. Et quand la journée est terminée, il faut réviser…

Car en fin de DCEM se déroule l’ECN (examen classant national), deuxième grand concours à l’issue duquel les étudiants choisissent leur spécialité et leur lieu de formation. "Cela nous met une certaine pression jusqu’à la fin de DCEM 4", avoue Chloé. L’internat dure ensuite de 3 à 5 ans selon les spécialités. Des années où il faut tout consacrer à la médecine… Pour obtenir le titre de docteur, les internes doivent enfin soutenir une thèse. Puis passer concours sur concours pour gravir les échelons s’ils envisagent une carrière hospitalière.