1. Médecine : la fac d'Angers dégaine sa websérie pour attirer les internes
Décryptage

Médecine : la fac d'Angers dégaine sa websérie pour attirer les internes

Envoyer cet article à un ami
“Céline choisit son internat” : la websérie qui donne envie de faire médecine à Angers. // © CHU Angers
“Céline choisit son internat” : la websérie qui donne envie de faire médecine à Angers. // © CHU Angers

Pour la deuxième année consécutive, l’université et le centre hospitalo-universitaire d’Angers lancent une websérie décalée pour attirer les futurs internes en médecine. Une manière innovante de recruter.

“Je m'appelle Céline, je suis étudiante en médecine et je viens de passer mes ECN [épreuves classantes nationales].” Céline part alors à la recherche d'infos sur Internet pour choisir son internat. Le 20 juillet 2016, le CHU (centre hospitalo-universitaire) et l'université d'Angers ont diffusé le premier épisode (sur 5) de “Céline choisit son internat”, leur nouvelle websérie destinée à “draguer” les futurs internes.

En septembre 2016, ils seront environ 8.000 à choisir leur spécialité et leur lieu de formation selon le classement qu'ils ont obtenu. Et si certaines villes (Lyon, Montpellier, Paris, Rennes…) recrutent sans peine, d'autres peinent à pourvoir l'ensemble de leurs postes ou simplement à attirer les classés du haut du tableau. Angers est dans cette dernière configuration et aimerait gagner en notoriété.

Adopte un PU-PH

En 2015, la première campagne de communication “Adopte un PU-PH” mettait en scène des professeurs tour à tour super-héros, en boîte de nuit ou à la piscine façon “site de rencontres”. Sur YouTube, les épisodes avaient enregistré entre 1.500 et 5.500 vues.

Aujourd'hui, changement de concept. “L'an dernier, il s'agissait d'attirer l'attention. Cette fois, nous avons voulu également donner plus d'infos sur le CHU, notre pédagogie mais aussi la région”, indique Isabelle Richard, la doyenne de la faculté de médecine d'Angers. Le premier épisode de la série parle ainsi du vignoble angevin, des sorties, des loyers modérés, de la simulation sur mannequins... Si le procédé a changé, le ton décalé est resté.

Un effet sur les futurs internes ?

L'opération produit-elle son effet sur les étudiants en médecine ? “Entre 2014 et 2015, nous sommes passés de la 25e à la 14e place dans le classement ‘attractivité’ des lieux d'internat, calculé en fonction du rang de classement moyen des candidats qui ont choisi ces subdivisions, déclare Isabelle Richard. Il faut toutefois rester prudents sur les conclusions : il s'agit là de petits nombres et tout n'est pas dû à la campagne de communication”, nuance-t-elle. La satisfaction des internes angevins à propos de leur formation théorique – Angers est la 2e ville la mieux notée – y est sûrement aussi pour quelque chose.

Celine, l'application qui permet de simuler ses vœux d'affectation

De Céline à Celine. Depuis le 18 juillet 2016, la Céline (fictive) d'Angers et tous les étudiants (réels) qui ont passé les ECNi en juin peuvent se rendre sur le site du CNG (Centre national de gestion), l'organisme qui gère le concours, et se connecter à l'application Celine. Pour l'heure, celle-ci leur permet d'accéder à leurs notes et de modifier leurs coordonnées. À partir du 1er août 2016, les choses sérieuses commencent : les futurs internes pourront simuler leurs vœux – illimités – d'affectation. Une façon de savoir à quels postes ils peuvent prétendre en fonction du choix des étudiants mieux classés qu'eux. La procédure nationale définitive se déroulera du 30 août au 20 ou 21 septembre.