1. PACES : déçu(e) par votre affectation en Île-de-France, comment changer de fac ?
Boîte à outils

PACES : déçu(e) par votre affectation en Île-de-France, comment changer de fac ?

Envoyer cet article à un ami
Mécontent(e) de votre affectation en PACES ? Essayez de dealer un échange de place ! // © plainpicture/Cultura/PhotoStock-Israel
Mécontent(e) de votre affectation en PACES ? Essayez de dealer un échange de place ! // © plainpicture/Cultura/PhotoStock-Israel

Le 20 juillet 2017, les étudiants en PACES d'Île-de-France ont reçu leur affectation dans l'une des sept facs de la région. Cette année, avec le manque de places, le recours aux "bourses d'échanges" est plus que jamais en vogue. Comment procéder ?

"Je suis affectée à Bobigny en PACES et je souhaite changer pour Créteil. Bac mention assez bien." Sur les réseaux sociaux, les messages de ce type fleurissent depuis le 20 juillet 2017. Ce jour-là, le SADEP (service inter-académique d'affectation des étudiants en PACES) a communiqué aux étudiants franciliens leur affectation dans l'une des sept facs de santé de la région. Et fait son lot de déçus…

La filière attire toujours plus d'étudiants et le manque de places est de plus en plus manifeste. Une situation qui a conduit APB à tirer au sort lors de la première phase d'admission, puis le ministère à promettre une place pour tout étudiant de PACES d'Île-de-France.

En dernier recours, vous pouvez donc échanger votre place. Seule condition : trouver un bachelier qui a décroché la même mention que vous prêt à permuter . Rendez-vous ensuite ensemble aux services scolarité des deux établissements concernées pour faire valider le changement.

Réseaux sociaux et remede.org

Pour trouver votre bonheur, les réseaux sociaux constituent un bon moyen.

Vous pouvez également regarder sur les tableaux d’affichage à l’accueil des facs, consulter les sites Internet des corporations de médecine ou des bureaux d'étudiants. Encore plus efficace, rendez-vous sur des sites spécialisés comme remede.org. Le site propose un service pratique d'annonces pour trouver un permutant.

Plus de couacs sur APB, plus d'échanges

Les échanges de facs de ce type sont communs. Mais la demande augmente de plus en plus chaque année. "Depuis ce matin (le 20 juillet), j'ai recensé environ 300 demandes de changement et cela devrait continuer dans les prochains jours. En 2016, nous en avions enregistré 500. Mais cette année, avec les couacs d'APB…", déclare Anne-Marie de Rubiana, la rédactrice en chef de remede.org.

Lire aussi : APB : encore 87.000 inscrits sans proposition d'admission

Satisfait… ou pas satisfait

Obtiendrez-vous satisfaction ? "Généralement, ceux qui s'y prennent à temps avec mention équivalente et dans la même académie – les échanges sont en effet également possibles hors Île-de-France – parviennent à leur fin", assure Anne-Marie de Rubiana.

Dans le cas contraire, il existe une dernière solution réservée aux cas exceptionnels. À l'UPMC (université Pierre-et-Marie-Curie), par exemple, des commissions se réunissent fin août pour statuer sur les demandes envoyées. Justificatif solide (certificat médical, déménagement familial, etc.) indispensable.

Comment le SADEP répartit-il les étudiants ?

Pour répartir les étudiants, le SADEP se base sur plusieurs critères : l'ordre des vœux APB, l'académie d'obtention du bac, la série, la mention. Objectif : une répartition homogène des profils. En théorie, il faut autant de mentions très bien, bien, assez bien et passable dans chaque fac. Le nombre de places est proportionnel au numerus clausus (places offertes en deuxième année) et dépend des capacités des établissements. Ce qui pose problème avec l'augmentation des candidats…