Dossier : Réussir son orientation en fin de troisième

Une seconde générale à tout prix ?

Arrivé au terme de vos années de collège, vous devez définir votre projet d’orientation et de formation. Continuerez-vous en seconde générale et technologique ou emprunterez-vous la voie professionnelle ? Pour faire les bons choix, fiez-vous à vos goûts et, bien sûr, à vos résultats scolaires.

Vous entrez en troisième avec en ligne de mire votre premier diplôme (le brevet) et votre premier palier d’orientation.

La 3ème comptabilise le plus d’appels…


La troisième est ainsi la classe du collège pour laquelle les familles déposent le plus de recours : 1,7 % des décisions de fin de troisième ont ainsi fait l’objet d’un appel en 2004, contre 0,7 % pour les décisions de fin de sixième. Mais c’est également à ce niveau que le taux de satisfaction des appels formulés par les familles est le plus faible : 43 % contre 53 % en quatrième.

… et la 2nde le plus de redoublements


Vous ne souhaitez pas une orientation en BEP ou en CAP ? Peut-être ne vous êtes-vous pas suffisamment renseigné sur les possibilités offertes par cette voie de formation. Mais si votre décision est prise et que vous voulez à tout prix intégrer une seconde générale, sachez que la partie est loin d’être gagnée, même en obtenant gain de cause en appel. Beaucoup d’élèves ayant refusé une orientation en BEP éprouvent en effet de grandes difficultés en seconde G/T. Il est donc très fréquent qu’ils redoublent cette classe. Une tendance qui explique en partie l’inquiétant taux de redoublement de la classe de seconde, aux alentours de 15%. Soit le plus élevé des années collège et lycée...


Des réorientations difficiles


De plus, un tel redoublement n’est pas toujours profitable. Ainsi, les conseillers d’orientation reçoivent souvent des jeunes désespérés qui, à l’issue de leur « deuxième seconde », doivent finalement s’orienter… en BEP ! Ils arrivent en première année d’un diplôme professionnel que leurs anciens camarades de 3ème viennent de décrocher.


Réfléchissez avant de contester.

Mais il y a plus grave encore. Il est très difficile pour les élèves venant d’un lycée d’enseignement général de se réorienter vers l’enseignement professionnel. Pour les affectations en BEP, leurs demandes passent en effet après celles des sortants de troisième. Traduction : ils n’ont pratiquement aucune chance d’être admis dans les formations les plus demandées, et risquent de se retrouver dans celles qui sont déficitaires. Réfléchissez donc sérieusement avant de contester la décision du conseil de classe. Elle n’a pas été prise à la légère et correspond généralement à une appréciation réaliste de votre niveau et de votre capacité de travail, eu égard aux exigences du lycée général.


La stratégie du redoublement volontaire


Si vous refusez l’orientation en lycée professionnel proposée par le conseil de classe et que votre recours déposé devant la commission d’appel a échoué, il vous reste la possibilité de redoubler. De droit, le redoublement peut constituer une option stratégique, si votre détermination est sans faille et que vous prenez bien conscience des enjeux. Car loin d’être un remède miracle, le redoublement ne garantit pas un passage en seconde G/T l’année suivante !

Pour aller plus loin, lisez :
 
 

Sommaire du dossier