1. Réforme de l'examen d’entrée en école d’avocats : ce qui vous attend en 2017
Décryptage

Réforme de l'examen d’entrée en école d’avocats : ce qui vous attend en 2017

Envoyer cet article à un ami
Droit : code civil, code pénal. Édition Dalloz // © AlcelVision - Fotolia.com
Droit : code civil, code pénal. Édition Dalloz // © AlcelVision - Fotolia.com

Les candidats aux écoles d’avocats passeront, dès la rentrée 2017, un examen national. Le nombre d’épreuves passera de 16 à 10 afin de renforcer l’égalité entre les étudiants. Les 44 IEJ continueront à servir de centres d’examen.

Ç’en est donc fini des examens élaborés par chacun des 44 IEJ (instituts d’études judiciaires). À la rentrée 2017, tous les étudiants souhaitant intégrer une école d’avocats plancheront, pour les épreuves d’admissibilité, sur des sujets nationaux, qui feront l’objet d’une grille de correction unique.

Ceux qui tentent leur chance lors de l'année universitaire 2016-2017 reste sur l'ancienne formule. Chaque année, près de 10.000 étudiants présentent ces examens à' l'issue du M1 et ils sont environ 3.500 à être reçus.

Les matières au programme des oraux d’admission seront également définies au niveau national mais les IEJ seront responsables de la correction des épreuves ainsi que de la composition des jurys. Ces instituts qui préparent aux concours d'entrée aux écoles d'avocats continueront aussi à servir de centres d’examens.

Des épreuves rénovées

Dans le détail, le nombre des épreuves passera de 16 en moyenne à 10. Les épreuves d’admission seront au nombre de trois :

- une épreuve de note de synthèse qui existe déjà ;

- une épreuve de droit, avec, au choix : droit civil, droit des affaires, droit pénal, droit social, droit administratif et droit international et européen ;

- une épreuve de procédure civile, pénale ou de contentieux administratif.

Les épreuves de droit et de procédure seront par ailleurs liées : un étudiant choisissant l’épreuve de droit civil, par exemple, aura l’obligation de passer l’épreuve de procédure civile.

“Avec cette réforme, on se recentre sur les matières les plus importantes pour mettre fin à la multiplication des options, dont le choix donne lieu, de la part des étudiants, à des stratégies qui réduisent la sélectivité des examens et introduisent des biais entre candidats”, explique Pierre Crocq, président de l’association des IEJ. “L’objectif est de renforcer l’égalité entre étudiants”, insiste-t-il.

Les épreuves d’admission seront également rénovées et comprendront deux oraux : un oral d’anglais et un grand oral de droits et libertés fondamentaux.

Un calendrier national

Enfin, le nouvel examen suivra un calendrier national, “fixé une fois pour toutes”, précise le cabinet du secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche, Thierry Mandon. Une mesure dont “l’objectif est d’accroître, encore une fois, l’égalité entre les étudiants”, en permettant à l’ensemble des reçus d’accéder aux stages en cabinet d’avocats en même temps.

Les écrits auront lieu le 1er septembre de chaque année et les oraux le 2 novembre. La proclamation des résultats se fera quant à elle le 1er décembre pour tous les IEJ.