1. Étudier en Nouvelle-Aquitaine
Décryptage

Étudier en Nouvelle-Aquitaine

Envoyer cet article à un ami
La place de la Bourse, à Bordeaux. // © Phovoir
La place de la Bourse, à Bordeaux. // © Phovoir

Réunissant les académies de Bordeaux, Limoges et Poitiers, la Nouvelle Aquitaine offre une vaste palette de formations. Autant d’atouts pour les 194.000 étudiants qu’elle attire chaque année.

Trouvez la formation qui vous convient

Selon la filière choisie, plusieurs opportunités sont possibles dans la région.

Dans une école

• En école d'ingénieurs : Bordeaux Sciences agro (Gradignan), EIGSI La Rochelle, ENSC et ENSEIRB-MATMECA (Talence), ENSCBP et ENSEGID (Pessac), ENSI Poitiers, ENSIL-ENSCI (Limoges), ENSTBB (Bordeaux), ISA-BTP Pau (Anglet), ISAE-ENSMA Poitiers (Chasseneuil-du-Poitou), ITII Poitou-Charentes (Châtellerault)...
• En école de commerce : EGC Agen, Brive et Poitou-Charentes (Angoulême) ; ESC La Rochelle ; ESCEM Poitiers ; ESC Pau ; Kedge BS Bordeaux (Talence) ; ESGCF Bordeaux ; INSEEC BS, IDRAC BS et ISEG (Bordeaux)...
• En sciences politiques : IEP Bordeaux (Pessac)...
• En art : CNAM-ENJMIN et Human Academy (Angoulême), Léaa (Poitiers), ENSA (Limoges), ESA Pyrénées (Pau, Tarbes), ESAA Aquitaine (Gradignan), ECV, ESMI et Formasup Campus (Bordeaux)...

À l’université

Université de Bordeaux (53.000 étudiants), université Bordeaux-Montaigne (29.000 étudiants), université de Poitiers (25.700 étudiants), université de Limoges (15.500 étudiants), université de Pau et des pays de l'Adour (12.500 étudiants), université de La Rochelle (8.200 étudiants).

Où sont inscrits les étudiants de Nouvelle-Aquitaine ?

Voici la répartition des étudiants de Nouvelle-Aquitaine dans les principales filières de l'enseignement supérieur public et privé sous contrat.

Ils étudient en Nouvelle-Aquitaine

Connor, 22 ans, en troisième année à l’IEP de Bordeaux

"J'ai intégré Sciences po Bordeaux après un an de classe préparatoire à Toulouse, ma ville d'origine. L'IEP de Grenoble avait également accepté ma candidature, mais c'est l'ambiance bordelaise qui m'a séduit, au-delà du prestige des deux écoles. La ville propose beaucoup de formations, ce qui garantit une vie étudiante dynamique !"

Bordeaux propose beaucoup de formations, ce qui garantit une vie étudiante dynamique

"Je m'attendais à une actualité culturelle plus riche. Il y a des expositions mais peu de festivals ou d'événements sont organisés au fil de l'année. Le point positif, c'est que le centre-ville, assez petit, est aménagé pour les piétons. On peut facilement en faire le tour à pied. J'adore aller sur les quais, pour skater ou me détendre. Entre le miroir d'eau, les coins de verdure et la vue sur la Garonne, c'est un lieu très reposant."

"La voiture peut se révéler pratique pour rejoindre le campus de l'IEP, qui se trouve à 30 minutes en tramway du centre-ville, contre 10 minutes en voiture. Et lorsqu'on cherche un petit job ou que l'on veut se rendre à la plage à l'arrivée des beaux jours, la voiture reste bien utile."

Axel, 19 ans, en licence 2 de psychologie à l’université de Poitiers

"Une fois mon bac S mention bien en poche, j'ai intégré la licence de psychologie de l'université de Poitiers. J'ai choisi cette voie car je m'intéresse à l'être humain et je voulais suivre une formation suffisamment généraliste pour pouvoir réfléchir à mon projet professionnel sans me fermer de portes."

Il n'y a pas d'esprit de compétition entre les étudiants, et on n'hésite pas à s'échanger les cours

"Originaire d'Angoulême, je ne regrette pas d'être allé à Poitiers. L'ambiance dans ma fac est bonne, il n'y a pas d'esprit de compétition entre les étudiants, et on n'hésite pas à s'échanger les cours. En plus, le coût de la vie est moins élevé à Poitiers que dans une ville comme Bordeaux."

"En parallèle de ma L2, je prépare un DU [diplôme universitaire] en sciences criminelles dispensé par mon université. Cette formation de 8 heures par semaine permet d'acquérir des connaissances en victimologie et en criminologie. C'est utile quand on veut se diriger vers l'éducation ou le social. J'envisage déjà d'intégrer le master psychopathologie clinique et criminologie de l'université de Poitiers après la licence."

Être étudiant en Nouvelle-Aquitaine

Se loger
• Le CROUS (centre régional des œuvres universitaires et scolaires) de Bordeaux-Aquitaine gère des résidences à Agen, Bordeaux, Dax, Gradignan, Mont-de-Marsan, Pau, Pessac, Périgueux, Talence et sur la côte Basque. Celui de Poitiers propose des logements à Angoulême, La Rochelle, Niort, Poitiers..., et celui de Limoges, à Brive, Égletons, Felletin, Limoges et Tulle.
• Les loyers du CROUS varient de 140 à 1.450 € par mois.
• Dans le privé, comptez au moins 450 € pour un petit studio à Bordeaux et 280 € à Limoges.
Se déplacer
• Le Pass Jeune annuel permet de se déplacer dans Bordeaux et son agglomération pour 225 €. Pour 25 € de plus, Vcub vous fait profiter des vélos en libre-service.

• Pour ceux qui habitent plus loin, la carte Modalis comprend le Pass Jeune et l'accès aux TransGironde. Son coût : 54,40 € par mois.
• À Poitiers, Vitalis donne accès au réseau de bus pour moins de 17 € par mois.
• À La Rochelle, l'abonnement Yélo permet de circuler en bus et à vélo pour 230 € par an.
• À Limoges, la carte TER Limousin Étudiant offre 50 % de réduction sur les trajets.
• La carte Aquitaine Étudiants couvre vos trajets domicile-études, à 24 € par an.

Sortir
• En janvier, Angoulême propose son festival de la BD. En mars, les campus de Poitiers, Angoulême et Châtellerault organisent Campus en festival.
• La Rochelle réplique avec Les Étudiants à l'affiche.
• À la rentrée, le CROUS de Bordeaux lance Les Campulsations.

Bénéficier des aides
La Région propose des aide pour passer le permis de conduire ou faciliter la mobilité internationale.