Environnement

Les emplois dans le secteur de l'environnement se développent, les formations aussi. De plus en plus d’écoles d’ingénieurs proposent des spécialisations. Et les diplômés des filières courtes peuvent également poursuivre leurs études.

Description

Environnement

Du bac+2 au bac+5, des universités aux grandes écoles, de nombreux programmes de formation consacrés à l'environnement se mettent en place. La compétence environnementale est nécessaire dans de nombreux postes en entreprise.

Les BTS, BTSA et DUT : de plus en plus de poursuites d'études

Quelques spécialités de BTS (brevet de technicien supérieur) et de BTSA (brevet de technicien supérieur agricole) comportent des modules consacrés à l'environnement (métiers de l'eauaménagements paysagers, métiers des services à l'environnement, gestion et protection de la natureBTS maritime pêche et gestion de l'environnement marin).

Les enseignements en DUT HSE (hygiène, sécurité, environnement) ou DUT GB (génie biologique), option génie de l'environnement proposent des cours sur la maîtrise des rejets et de la pollution, et la démarche environnementale.

La sélection s'effectue sur dossier. Certains établissements peuvent demander une lettre de motivation, faire passer un entretien, voire, plus rarement, des tests. Au cours des deux ans de formation, les étudiants de DUT effectuent dix semaines de stage, ceux de BTS et de BTSA dix à seize semaines.

Il est ensuite possible d'opter pour une des nombreuses licences professionnelles spécialisées en environnement, ou pour une licence puis un mas­ter, ou encore pour une école d'ingénieurs.

La licence : pour une bonne culture générale

À l'université, des parcours “environnement” existent aussi bien dans des licences géographie et aménagement, sciences de la vie, sciences de la Terre ou SPI (sciences de l'ingénieur).

Vous devrez poursuivre dans un deuxième cycle plus professionnalisant à l'université ou dans une école.

Les écoles : spécialisées ou généralistes

Les ingénieurs sont des profils très recherchés.


Certaines écoles sont spécialisées en environnement. Citons, entre autres, l'EME (École des métiers de l'environnement) à Rennes, l'ENGEES (École nationale du génie de l'eau et de l'environnement de Strasbourg), l'ENSEGID (École nationale supérieure en environnement, géoressources et ingénierie du développement durable) à Pessac (33), LaSalle Beauvais ou encore l'ISTOM à Cergy-Pontoise (95), qui est orienté vers l'agrodéveloppement international.

Les écoles d'ingénieurs agronomes ou certaines écoles d'ingénieurs généralistes sont aussi prisées.

Sans pour autant délivrer le diplôme d'ingénieur, Sup'Biotech à Villejuif (94) propose des formations aux métiers des biotechnologies, et l'ENSIATE (enseignement supérieur d'ingénierie appliquée à la thermique, l'énergie et l'environnement) à Nanterre (92) au génie éco-énergétique.

Vincent, 23 ans, en quatrième année à l'EIGSI, école d'ingénieurs

Ce qu'il voulait faire. Il n'avait pas d'idée. “En seconde, je ne savais pas du tout vers quelle filière m'orienter. Je suis allé en STI car je ne pouvais pas passer en S. Puis j'ai décidé de me diriger vers une école d'ingénieurs avec le projet de travailler dans les énergies renouvelables. J'ai choisi l'EIGSI, une école généraliste en cinq ans, à La Rochelle [17], pour sa dominante énergie et environnement.”
Ce qu'il fait aujourd'hui. Une école d'ingénieurs. “Je suis en quatrième année. Une fois diplômé, je choisirai le bâtiment. Je voudrais travailler dans un bureau d'études qui propose des solutions destinées à réaliser des économies d'énergie.”

Retour aux études par secteur.

Autres témoignages