Commerce, management : les formations.

Commerce, management

Études courtes ou longues ? Peu importe. Si vous êtes communicatif, si vous avez le sens du contact et si vous aimez compter, vous trouverez votre place dans les métiers du commerce.

Vastes secteurs que ceux de la gestion, de l’économie et du commerce. Dans ces domaines, vous avez accès à des métiers très divers dans les entreprises ou les administrations : comptabilité, ressources humaines, marketing, développement commercial, management d’équipes, import/export, conseiller clientèle dans les banques ou les assurances...

Des professions qui exigent toutes d’être rigoureux et de savoir communiquer soit au sein de l’entreprise (avec d’autres services), soit vers l’extérieur (clients, fournisseurs). De multiples formations existent pour travailler dans la gestion ou la vente. Selon les postes, il faudra suivre de deux à cinq ans d’études après le bac.
 

DUT GEA et TC : un tremplin vers des études longues


Les DUT (diplômes universitaires de technologie) orientés gestion, formations pratiques de 2 ans dispensées dans les universités, séduisent de nombreux étudiants. Leurs atouts ? Cours en petits groupes, stages, matières appliquées aux problématiques des entreprises et ambiance conviviale. Ils sont particulièrement adaptés aux bacheliers STG, S ou ES.


Le DUT GEA


Le DUT GEA (gestion des entreprises et des administrations), qui rassemble le plus grand nombre d’étudiants, permet d’acquérir en 2 ans une vraie culture générale de la gestion. Au programme : économie, comptabilité, marketing, droit commercial, etc. En seconde année, les étudiants doivent choisir parmi 3 options : finances-comptabilité, petites et moyennes organisations, ou ressources humaines.
Les enseignements de base sont complétés par des travaux de groupe, des missions pour des entreprises et des stages (au moins 10 semaines).


Le DUT TC


Si vous avez un profil plus commercial, vous pouvez opter pour le DUT TC (techniques de commercialisation). Il met davantage l’accent sur les techniques de vente, l’import-export, la logistique... Des cours de négociation, d’expression et de communication sont également prévus.

Au terme des 2 années d’études, une petite part des diplômés s’insère sur le marché du travail, où ils occupent notamment des postes de commerciaux, d’assistants marketing, d’assistants ressources humaines, etc.

Les trois quarts des étudiants poursuivent en licence à l’université, puis souvent en master. D’autres passent les concours en admission parallèle des écoles de commerce (Passerelle, Tremplin), à bac+2 ou à bac+3.
 

Quatre BTS profilés pour les bacs STG et pro


Plus concrets que les DUT, les BTS (brevets de technicien supérieur), dispensés dans des lycées publics ou des établissements privés, préparent davantage à une insertion professionnelle à bac+2. Ils sont acces­sibles à tous les étudiants, mais conviennent particulièrement aux bacs STG et aux bacs pro. Les titulaires de BTS peuvent aussi poursuivre leurs études, par exemple dans des écoles de commerce.

Le BTS MUC (management des unités commerciales) est le plus généraliste, avec des enseignements de français, de droit, d’économie, d’informatique. De nombreux diplômés se placent dans la grande distribution, la banque, les agences immobilières. Ils sont responsables de magasins, conseillers clientèle, chefs de rayon, etc.

Le BTS NRC (négociation et relation client) est très axé sur la vente. Il vous apprendra à cibler, à démarcher et à fidéliser des clients. Les diplômés de ces BTS peuvent prétendre à des postes de commerciaux.

Le BTS CI (commerce international), élaboré avec 8 autres pays européens, accorde une place cruciale aux langues et fait la part belle aux stages à l’étranger. Les diplômés de ce BTS remplissent des missions de veille commerciale internationale, de vente à l’export, d’achat à l’import, que ce soit dans des sociétés de négoce, des PME-PMI ou chez des prestataires de services.

Le BTS TC (technico-commercial) prépare tout particulièrement aux métiers commerciaux dans le secteur industriel (transport, énergie, construction, etc.). La formation mêle cours de gestion (droit, économie, langues, management commercial) et connaissances techniques (cours de technologies industrielles). Elle est particulièrement destinée aux bacheliers STI2D et aux bacs pro orientés industrie.
 

Licences AES et sciences éco : une bonne culture de base


À la fac, deux filières vous permettront d’étudier la gestion des entreprises : AES (administration économique et sociale) et sciences économiques. Dans ce domaine, mieux vaut tout de suite avoir à l’idée de poursuivre des études longues : les débouchés sont bien meilleurs au terme du master. Les études à l’université sont plus théoriques qu’en BTS ou en DUT, et nécessitent beaucoup de travail personnel et d’autonomie.


La licence AES


La licence AES (administration économique et sociale) est pluridisciplinaire. Aucune matière ne doit être laissée pour compte : droit, sciences politiques, économie-gestion, sociologie, langue vivante. C’est une licence très complète, qui permet notamment de préparer les concours administratifs de catégorie A. Ce cursus est avant tout destiné aux bacheliers généraux. Ce sont eux qui obtiennent les meilleurs taux de réussite au terme de la licence. Et parmi eux, ceux de la série ES arrivent loin devant les autres.

Après une licence AES, vous pouvez postuler à un vaste panel de masters, des ressources humaines au commerce international en passant par le management des administrations publiques, le marketing, la communication ou encore les sciences politiques.


La licence de sciences éco


La licence de sciences économiques contient une forte dose de mathématiques, de statistiques et de techniques quantitatives. Elle est avant tout conseillée aux bacheliers S et aux ES option maths. Outre l’apprentissage des théories économiques, des mathématiques financières et de la macro-économie, cette licence vous permettra d’acquérir des bases solides pour continuer jusqu’en master. Elle est bien adaptée à ceux qui veulent travailler dans la finance, l’audit ou la comptabilité.

Ce parcours est également une bonne préparation à certains concours administratifs de niveau A (finances).

Ces deux licences ne sont pas sélectives, à l’exception de celles de l’université Dauphine, l’une des universités les plus réputées en France pour la gestion. L’École d’économie de Toulouse (rattachée à Toulouse 1) propose aussi des bilicences sélectives très cotées (économie/ informatique, économie/droit ou économie/mathématiques).
 

IAE : des masters pointus


Les IAE (instituts d’administration des entreprises) sont les écoles de commerce des universités. Ils proposent, après 2 ou 3 années de licence, de suivre des formations très variées en marketing, en gestion de produits, en communication, en finance, en audit, en ressources humaines... Certains masters sont même encore plus pointus, avec des spécialités management culturel à l’IAE de Lille, management des universités à l’IAE de Paris-Est, management du social et de la santé à l’IAE de Caen...

Autonomes au sein des universités, les IAE ont souvent leurs propres services de stages, de relations internationales. Ils hébergent aussi des associations étudiantes spécifiques (junior-entreprises, BDE...). Certains IAE organisent des “forums entreprises”, avec des recruteurs qui se déplacent pour récolter des CV des étudiants. La mise en place de ces manifestations dépend beaucoup de la taille de l’IAE. Les “gros” IAE (Lille, Lyon, Paris, Toulouse...) offrent beaucoup plus de services aux étudiants que les petits, qui ressemblent davantage à de classiques départements universitaires.

Les débouchés des diplômés des IAE sont comparables à ceux des étudiants d'écoles de commerce. Quant aux frais de scolarité, ils sont les mêmes que ceux des autres masters des universités. Pour intégrer un IAE, après une L2, une L3 ou un M1, il faut passer un test (le Score Message la plupart du temps) et parfois un entretien. Si les diplômés des licences AES ou sciences économiques sont favorisés, vous pouvez très bien accéder aux IAE après une licence de droit, d’histoire, de géographie...
 

Écoles de commerce : il y en a pour tous les goûts


Les écoles de commerce regroupent environ 80.000 étudiants. Par rapport aux formations universitaires, elles entretiennent des liens plus forts avec le monde des entreprises, avec davantage de cours donnés par des cadres en activité.

Elles offrent aussi plus de facilités pour étudier à l’étranger, prévoient de longues périodes de stages, tandis que l’accompagnement personnel (coaching, etc.) et la vie associative y sont plus développés.


Un bachelor en 3 ans


Si vous souhaitez faire des études courtes,les CCI (chambres de commerce et d’industrie) ont créé plusieurs réseaux de bachelors, en 3 ans, consacrés aux métiers de la vente, du commerce et de la distribution.

Parmi eux, on trouve ceux du réseau EGC, dispersés dans de nombreuses villes petites et moyennes. Comptez environ 5.000 € de frais de scolarité par an. Ces formations peuvent parfois se réaliser en alternance, ce qui vous dispense des frais d’inscription. Après leur diplôme, certains titulaires de ces bachelors continuent leurs études dans des grandes écoles de commerce en passant les concours des admissions ­parallèles.


Une école en 4 ans


À côté de ces bachelors en 3 ans, il existe une dizaine d’écoles de commerce postbac en 4 ans :, Espeme... Ce sont des écoles très internationales, avec une ou 2 années complètes dans des universités à l’étranger et des possibilités de doubles diplômes. Elles sont particulièrement destinées à ceux qui veulent débuter leur carrière à l’international. L’investissement, en termes de frais de scolarité, est d’environ 7.000 € par an.


Une grande école en 5 ans


La catégorie des grandes écoles regroupe, quant à elle, des formations qui délivrent des diplômes bac+5.

Elles recrutent dans les classes préparatoires (économiques ou littéraires) ou via des concours généralistes d’admission à bac+2 et bac+3 (Passerelle et Tremplin sont les plus connus). À noter : certaines recrutent directement au niveau du bac, telles que l’EM Normandie, l’ESSCA ou encore l’IESEG.

Ces écoles incluent toutes de 6 à 12 mois de séjours à l’étranger et de nombreux stages. Les frais de scolarité sont d’environ 8.000 € par an en moyenne, voire plus pour les plus cotées. Pour choisir votre école, n’hésitez pas à examiner ses différents labels, attribués après audit et qui sanctionnent la qualité de la formation proposée. Dans l’ordre (du moins exigeant au plus exigeant) : le diplôme visé par l’Éducation nationale, le grade de master, les accréditations internationales EQUIS, AACSB et EPAS.

Marie-Anne Nourry



Arnaud, 22 ans, en première année de master à l'ISC Paris
Ce qu'il voulait faire. “Je voulais être designer automobile. Mais, pour cela, il fallait s'orienter vers une classe spécialisée dans le dessin. Or, j'étais en seconde générale. Je me suis alors tourné vers l'économie. J'ai préparé une licence éco-gestion à l'université Paris-Sud, avant de m'inscrire à l'ISC [Institut supérieur du commerce, NDLR] Paris.”
Ce qu'il fait aujourd'hui. “Je suis en première année de master à l'ISC et m'apprête à me spécialiser dans la finance. En école de commerce, on doit effectuer un stage de six mois et passer quatorze semaines à l'étranger. Je voudrais profiter de cette opportunité pour allier ma passion, l'automobile, et la finance, en travaillant dans le contrôle de gestion ou l'analyse financière de grands groupes automobiles.”

Propos recueillis par LE


Margaux, 21 ans, en quatrième année à l'IESEG School of Management
Ce qu'elle voulait faire après son bac ES. “Je m'orientais plutôt vers le commerce ou le marketing. Après le bac, j'ai intégré l'IESEG School of Management, à Lille, une école en cinq ans. Pendant les oraux du concours, j'ai été conquise par la bonne ambiance dans l'établissement.”
Ce qu'elle fait aujourd'hui. “J'ai choisi la spécialité management et ressources humaines, mais l'IESEG est une école généraliste. Je pourrai travailler dans le marketing, les ressources humaines ou encore l'audit. Cela tombe bien : je n'ai pas de projet professionnel précis, même si je m'oriente plus vers le management dans la distribution.

Propos recueillis par Virginie Bertereau


Pour aller plus loin
TÉMOIGNAGES
- Les débuts de Pauline, jeune diplômée en commerce international
Comment ils ont choisi leur grande école de commerce

MÉTIERS ET FORMATIONS
- Votre palmarès des écoles de commerce
- Le guide des métiers du commerce
Grandes écoles de commerce : leurs vraies spécialités
- Dossier : 57 bachelors au banc d'essai 
- Dossier : travailler dans le business du vin 
- Admissions parallèles : les meilleures filières pour entrer en école de commerce
-
Toutes les formations pour travailler dans le commerce
Quels métiers après un BTS MUC ou NRC ?

TEST
- Êtes-vous fait pour une école de commerce postbac ?

À LIRE
- "Bien choisir son école de commerce" et "Bien choisir sa classe préparatoire", éditions l'Etudiant

INTERNET
-Lle site du réseau des IAE

Retour aux études par secteur
Partager l'info
RSS Facebook Myspace Scoopeo Pioche TapeMoi wikio google Live Bookmarks MyYahoo netvibes digg delicious blogmarks Technorati Furl


Les études par spécialité


Les écoles à la une

Zoom sur

Voir toutes les fiches





calcul-salaire










Le blog de l'orientation



Découvrez « Conseils de classe »,
un blog de Bruno Magliulo, inspecteur d'académie honoraire, ancien professeur de sciences économiques et sociales et auteur dans la collection l’Etudiant.
Vous pourrez y débattre librement de tous les sujets liés à l’orientation et à l'actualité éducative.