Fonction publique

Même si tous les fonctionnaires partant à la retraite ne sont pas remplacés, l’administration recrute. Des postes sont à pourvoir à la justice, dans les secteurs paramédicaux et sociaux.

Description

Fonction publique

Les concours de la fonction publique changent ! Certains sont regroupés, d'autres disparaissent. Les carrières aussi sont remaniées (avec une rémunération et une progression au mérite) et les plus bas salaires réévalués... Toutes ces dispositions se ­mettent en place et, petit à petit, la fonction publique se modernise. Objectif : mieux tenir compte du cursus et des compétences des candidats. Et attirer des profils plus variés. Car la fonction publique recrute toujours (plus de 29.000 recrutements par voie externe dans la fonction publique d'État [FPE] en 2013), voire elle peine à trouver des candidats pour certains métiers.

À savoir également, la fonction publique se féminise de plus en plus. Les trois fonctions publiques (d'État, territoriale et hospitalière) comptent 61 % de femmes (source : rapport annuel 2014 de la Direction générale de l'administration et de la fonction publique).
 

Concours de catégorie A : une préparation incontournable

Les fonctionnaires de catégorie A exercent un métier de conception et de direction : attaché, ingénieur, infirmier, inspecteur  des finances publiques, inspecteur du travail ou conservateur du patrimoine. Ces concours, qui représentent plus de 66% des recrutements dans la FPE, sont ouverts aux titulaires d'une licence au minimum. Ils sont organisés par les ministères ou de grandes écoles (École nationale d'administration, instituts régionaux d'administration, Institut national du patrimoine) et exigent une bonne culture générale, un esprit de synthèse et une excellente maîtrise du français.

Pour les réussir, une préparation s'avère incontournable, sachant que les diplômés de droit et de sciences politiques restent les mieux armés. Ces derniers passent par les IPAG (instituts de préparation à l'administration générale) et les CPAG (centres de préparation à l'administration générale) pour s'entraîner aux épreuves.
Rattachés à une université pour les premiers et à des IEP (instituts d'études politiques) pour les seconds, ces centres reçoivent des étudiants issus de tous horizons durant une année universitaire (cette année étant parfois couplée avec la préparation d'une licence ou d'un master).
 

Concours de catégorie B  : après le bac… en théorie

Les fonctionnaires de catégorie B remplissent des tâches d'encadrement et d'application. Ils sont techniciens, secrétaires, assistants de service social... et représentés dans toutes les administrations. D'autres exercent des professions plus spécifiques, auxquelles ils seront formés par l'administration – contrôleurs des finances publiques ou des douanes, gardiens de la paix, rédacteurs territoriaux, éducateurs territoriaux de jeunes enfants… 

Les concours de catégorie B sont accessibles après le bac, mais plus de la moitié des candidats ont une licence en droit, sciences éco ou sciences. Ce sont les concours les plus sélectifs, avec en moyenne 20 candidats pour un poste.

À noter : certains concours de catégorie B exigent un bac+2.
 

Concours de catégorie C : un poste immédiat

Environ 3.200 postes à pourvoir par an dans la fonction publique figurent dans la catégorie C, à laquelle appartiennent les emplois dits d'exécution. Certes, le bac n'est pas requis pour passer les épreuves, mais avoir suivi une scolarité jusqu'en première ou terminale est un avantage pour réussir ces concours. C'est une façon d'entrer dans la fonction publique par la petite porte et de progresser en interne.

En termes d'emplois, vous avez le choix : sapeur-pompier, aide-soignant, agent des finances publiques, adjoint administratif ou technique. Vous pouvez aussi viser différents métiers de la surveillance : policier municipa ou surveillant de prison.

Avec un CAP ou un bac pro, vous pouvez postuler à des postes d'ouvriers pour effectuer diverses réparations et travaux d'entretien dans des bâtiments administratifs.

Céline Manceau 

Retour aux études par secteur.

Autres témoignages