Transport et logistique

Qu’il s’agisse du transport aérien, routier, maritime, ferroviaire, les débouchés sont vastes, avec des postes sur le terrain, mais également dans les bureaux pour assurer la logistique.

Description

Transport et logistique

Les métiers du transport et de la logistique permettent de travailler dans des domaines variés : le transport de marchandises, le déménagement, le transport de voyageurs, le tourisme

La fonction logistique ne se limite pas au secteur des transports ; elle est désormais indispensable dans tous les secteurs d'activité qui nécessitent une organisation sans faille de la livraison et de l'approvisionnement en biens ou produits de consommation. Traditionnellement ouvert à des profils peu qualifiés, le secteur de la logistique et du transport connaît une hausse des qualifications. Il faut viser le bac+2/3 pour des postes de technicien.

Des écoles spécialisées proposent des formations au niveau bac+3. À bac+5, une quinzaine d'écoles d'ingénieurs et une quarantaine d'écoles de commerce forment de futurs cadres en transport ou logistique.
 

BTS, DUT : une bonne insertion

Le BTS transport et prestations logistiques et le DUT gestion logistique et transport sont très recherchés par les recruteurs. La moitié des inscrits en BTS viennent d'une filière professionnelle. Ils représentent un tiers des élèves dans le DUT après le bac ES. 


Au programme du BTS transport et prestations logistiques : ­culture générale, langue vivante, économie, management des entreprises, droit, mise en œuvre et gestion des opérations de transport et de logistique, management d'une équipe… le tout complété par douze à quatorze semaines de stage avec au moins quatre semaines consécutives chaque année.


Le DUT GLT (gestion logistique et transport), préparé dans 22 IUT, se décompose en différentes unités d'enseignement : approche des transports, outils de gestion, communication, management, exploitation des transports, gestion de projet, stage professionnel : trois ou quatre semaines au deuxième semestre, puis huit ou neuf semaines au quatrième semestre.


Les titulaires de ces diplômes peuvent occuper des emplois d'agent de transit, d'affréteur, de dispatcheur ou peuvent assurer des fonctions de responsable de la gestion, de l'exploitation ou de la commercialisation dans une entreprise de transport ou chez un prestataire logistique.
 

Écoles spécialisées : une sélectivité parfois élevée

Parmi les écoles spécialisées dans les transports et la logistique, il existe celles pilotées par la profession (Promotrans et AFTRAL [ex-AFT-IFTIM]) délivrant des titres de niveau bac à bac+5 (agent d'exploitation des services maritimes et portuaires à la CCI de Caux [76] ou mastère spécialisé logistique, achats et échanges internationaux à Sup de Log à Toulouse [31]). Ces établissements délivrent surtout des titres professionnels certifiés.


Autre alternative si vous souhaitez un poste à responsabilités : intégrer une école supérieure de commerce ou une école d'ingénieurs qui propose des options en logistique. L'ISEL (Institut supérieur d'études logistiques), rattaché à l'université du Havre (76) et accessible sur concours après un bac ES, S ou STI2D, est la seule école d'ingénieurs à être entièrement dédiée à la logistique. Il est également possible d'intégrer l'école à bac+1 et bac+2.

Une quarantaine d'écoles de commerce proposent des troisièmes cycles en supply chain management (spécialisation post bac+4 ou 5).


Enfin, il existe l'ENAC (École nationale de l'aviation civile) à Toulouse, une référence dans le domaine de la formation en aéronautique. Elle est accessible à différents niveaux : après le bac ou après un bac+2 en électronique pour des métiers de technicien dans la navigation aérienne ; après une prépa pour accéder à un diplôme d'ingénieur. L'entrée se fait sur concours, très sélectif, et débouche sur une formation rémunérée en qualité d'élève-fonctionnaire, puisque, une fois diplômé, vous travaillez dans la fonction publique.

L'Etudiant


Retour aux
études par secteur.

Autres témoignages