1. Brevet 2018 : ce qui vous attend en sciences et technologie
Coaching

Brevet 2018 : ce qui vous attend en sciences et technologie

Envoyer cet article à un ami
L'épreuve de sciences et technologie est prévue le 29 juin 2017. // © plainpicture/PhotoAlto/Frederic Cirou
L'épreuve de sciences et technologie est prévue le 29 juin 2017. // © plainpicture/PhotoAlto/Frederic Cirou

50 points à gagner au brevet en seulement une heure. Cela vaut la peine de réviser la technologie, la physique-chimie et les sciences de la vie et de la Terre ! L’épreuve fait la part belle à l’analyse de documents.

Physique-chimie, SVT [sciences de la vie et de la Terre] et technologie : l'épreuve écrite dite "de sciences" du brevet peut concerner ces trois disciplines. Néanmoins, cette épreuve ne portera que sur deux d'entre elles. Trois combinaisons sont donc possibles le jour de l'épreuve : physique-chimie et technologie ; SVT et technologie ; physique-chimie et SVT. Vous saurez environ deux mois avant l'épreuve quelle combinaison a été choisie.

Autant de points qu'en histoire-géo

L'épreuve de sciences en elle-même comprend deux parties. Vous avez 30 minutes pour traiter les exercices que compte chacune d'elle.

L'ensemble dispense autant de points que l'épreuve d'histoire-géographie-EMC, soit 50 points. Des points (cela peut être 5, soit tout de même 10% de la note) sont réservés à la présentation de vos réponses et à l'utilisation de la langue française. Pour obtenir ces "points faciles", vous devez notamment soigner votre copie, souligner à la règle, éviter les ratures, utiliser un vocabulaire précis et varié.

Lire aussi : Brevet 2018 : quelles épreuves au programme ?

Une heure, zéro stress

Même si l'épreuve ne dure qu'une heure, les enseignants s'entendent pour dire que vous avez largement le temps, assez, notamment, pour bien relire votre copie en fin d'épreuve.

L'épreuve consiste essentiellement à analyser des documents. Lisez donc plusieurs fois ces derniers avant de vous lancer. "Soyez attentif aux énoncés, notamment aux verbes d'action. Déduire et montrer, par exemple, sont deux requêtes très différentes", distingue Jean-Michel Gardarein, professeur de SVT au collège Victor-Duruy, à Paris. 

Devez-vous traiter en priorité les exercices auxquels vous êtes sûr de pouvoir répondre ? La question est souvent posée aux professeurs. "Essayez, autant que vous le pouvez, de respecter le fil conducteur de l'épreuve, conseille Jean-Michel Gardarein. Les questions sont indépendantes les unes des autres, mais leur progression est logique et leur difficulté croissante."

Plus de documents que de questions

L'épreuve fait la part belle à l'analyse de documents, mais un QCM (questionnaire à choix multiples) portant sur des questions de cours n'est pas à exclure. Vous êtes amené à relever des informations, compléter les documents, résoudre des problèmes ou effectuer des calculs simples, le tout en vous servant de vos connaissances dans les disciplines concernées. Prenez le temps de réfléchir avant d'écrire et détaillez minutieusement - uniquement lorsque cela vous est demandé - votre raisonnement. Une démonstration juste qui aboutit à une réponse fausse peut tout de même rapporter des points.

Lors des exercices de type brevet blanc, les enseignants constatent que les élèves ne justifient pas assez leurs réponses. "Les documents ne sont pas donnés au hasard. Utilisez les informations qu'ils contiennent et n'hésitez pas à expliquer ce qui paraît évident", conseille Maxime Zampieri, professeur de technologie au collège Vincent-Van-Gogh de Blénod-lès-Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle). Là encore, toutefois, vous ne justifiez vos réponses que lorsque la consigne le demande. Il peut vous être parfois demandé de donner une réponse sans justifier.

Les examinateurs prêtent notamment attention aux connaissances acquises, au raisonnement (hypothèse puis déduction, cause puis conséquence) et à la précision du vocabulaire scientifique ("vitesse", "réactifs", etc.) et aux connecteurs logiques ("je suppose", "j'observe", "donc", "je peux en déduire"...).

Révisez avec des fiches

S'il n'est pas nécessaire de connaître le cours sur le bout des doigts, mieux vaut toutefois maîtriser les connaissances fondamentales : la différence entre un gène et un allèle en SVT, les quatre ou cinq formules au programme de physique-chimie (masse volumique, force de pesanteur, etc).

Pour ce faire, vous pouvez rédiger de petites fiches de synthèse ou des schémas de bilan (croquis mettant en évidence les causes et les conséquences). Les sites Internet des académies peuvent vous aider. Celle de Toulouse, par exemple, propose une quarantaine de fiches à la fois illustrées et très bien expliquées sur lesquelles figurent les immanquables du programme.
Outre vos connaissances, vous devrez également mobiliser vos savoir-faire : tableau, schéma, déscription d'un graphique...

Et surtout entraînez-vous !

Pour l'épreuve de sciences, les révisons consistent donc à bien comprendre le cours et à refaire les travaux pratiques, les exercices, les contrôles et les brevets blancs. Certains sites animés par des professeurs, comme Vive les SVT ou Afterclasse, proposent des exercices par chapitre. "Lire les exercices corrigés ne suffit pas, il faut les faire dans les conditions de l'épreuve. Cela permet d'acquérir des réflexes que l'on croyait acquis, comme systématiquement inscrire les unités", recommande Aurélie Lamy, professeure de physique-chimie au collège Rabelais de Meudon (Hauts-de-Seine). Alors à vos crayons !