1. Exclu. Collège : (encore) un nouveau brevet en préparation pour 2018
Décryptage

Exclu. Collège : (encore) un nouveau brevet en préparation pour 2018

Envoyer cet article à un ami
Si vous êtes en troisième, vous allez inaugurer un nouveau format du brevet en juin ! // © Simon LAMBERT/HAYTHAM-REA
Si vous êtes en troisième, vous allez inaugurer un nouveau format du brevet en juin ! // © Simon LAMBERT/HAYTHAM-REA

Plus d'épreuves, plus de points en jeu, poids de l'examen terminal plus important... Le ministère de l'Éducation nationale planche actuellement sur des aménagements du diplôme national du brevet. Une nouvelle version du DNB qui serait effective dès la session de juin 2018.

Le nouveau DNB (diplôme national du brevet) a à peine un an qu'il s'apprête à être de nouveau modifié. Le ministère de l'Éducation nationale prépare actuellement des aménagements de sa forme actuelle. Selon un projet d'arrêté que l'Etudiant s'est procuré et qui devait être présenté mercredi 11 octobre 2017 en commission spécialisée préparatoire au Conseil supérieur de l'Éducation (une instance consultative réunissant des acteurs de l'éducation), l'examen du brevet devrait désormais comporter cinq épreuves, au lieu de trois actuellement.

5 épreuves au lieu de 3

Le DNB version 2017 proposait une épreuve qui portait à la fois sur le français, l'histoire-géographie et l'enseignement moral et civique. Une autre portait à la fois sur les programmes de mathématiques, physique-chimie, et sciences de la vie et de la Terre et technologie.
Selon la version que propose le ministère pour 2018, le prochain DNB comporterait une partie interrogeant exclusivement sur le programme de français, une autre exclusivement sur celui d'histoire-géographie et d'enseignement moral et civique (EMC), une troisième exclusivement sur les mathématiques et une quatrième sur la physique-chimie, les sciences de la vie et de la Terre et la technologie.

Dans les faits, le changement n'est pas fondamental : en 2017, l'épreuve de français et d'histoire-géographie était divisée en deux, chacune relative à une discipline. La version 2018 ne ferait donc que séparer plus clairement cette épreuve. Le même procédé serait à l'œuvre pour l'épreuve de mathématiques et celle de physique-chimie, sciences de la vie et de la Terre et technologie. Le but, selon le ministère, est ainsi de "simplifier l'organisation de l'épreuve".

La troisième épreuve du DNB version 2017 était orale. Elle avait pour sujet l'un des projets menés par le candidat dans le cadre des enseignements pratiques interdisciplinaires, du parcours Avenir, du parcours citoyen ou du parcours d'éducation artistique et culturelle. Le projet du ministère maintient cette épreuve orale pour la version 2018 en l'aménageant légèrement : elle pourrait également porter sur l'enseignement d'histoire des arts.

Un total sur 800 points et non plus 700

Un autre changement principal dans le projet du ministère de l'Éducation nationale : l'évaluation. Le total des points du DNB ne serait plus 700 mais 800. Il faudrait donc obtenir 400 points pour valider le diplôme et non plus 350.
En outre, alors qu'en 2017, les épreuves terminales ne pouvaient rapporter que 300 points sur 700, soit moins de 50 %, en 2018, celles-ci devraient compter pour la moitié des points totaux, soit 400 sur 800. Le barème se constituerait comme suit : les épreuves de français et de mathématiques seraient chacune sur 100 points, celle d'histoire-géographie et d'EMC sur 50 tout comme celle de physique-chimie, sciences de la vie et de la Terre et technologie. L'épreuve orale vaudrait, elle, 100 points. Il y aurait donc 400 points attribués via le contrôle continu qui évalue les compétences du socle commun. "Rééquilibrer le poids des épreuves terminales" par rapport à celui des compétences du socle est un des objectifs affichés par le ministère.

En ce qui concerne les mentions, les seuils seraient les suivants : 480 points pour "assez bien", 560 pour "bien" et 640 pour "très bien".
Des amendements pourraient modifier ce projet lors du Conseil supérieur de l'Éducation du 19 octobre 2017, même si le ministère de l'Éducation nationale peut ne pas en tenir compte.