1. Mathilde : " Je me suis surtout concentrée sur les langues "

Mathilde : " Je me suis surtout concentrée sur les langues "

Envoyer cet article à un ami
Sommaire du dossier
Retour au dossier 40 grandes écoles de commerce qui accueillent des BTS, des DUT et des licences Mathilde : " Je me suis surtout concentrée sur les langues " Othmane : "Contrairement à ce que l’on dit, les admis sur titre sont bien accueillis" Mandy : "Les épreuves orales sont les plus difficiles"

Aujourd'hui, la majorité des diplômés des grandes écoles de commerce a emprunté la voie d'admission sur titre, aussi appelée admission parallèle. Ils ont un bac+2/3 et passent des concours qualifiés de plus "faciles", parce que tous les profils sont acceptés. Vue d'ensemble sur les 40 grandes écoles de commerce qui les accueillent.

Mathilde, 23 ans, est en 1re année à l’ESC Troyes après avoir obtenu un BTS assistant de manager.

Après avoir redoublé sa terminale ES, Mathilde obtient son bac sans mention. Intéressée par les ressources humaines, elle commence une licence de droit à Nancy (54), mais abandonne au bout d’un an. Elle intègre l’année suivante un BTS (brevet de technicien supérieur) assistant de manager. "J’en garde un très bon souvenir." À cette occasion, elle réalise 2 stages en Espagne.
 

Le concours

Mathilde imaginait rejoindre une licence pro ressources humaines après son BTS. Sur les conseils d’amis, elle décide de passer le concours Passerelle. "Je me suis préparée un peu au feeling, j’ai acheté quelques manuels. Je me suis surtout concentrée sur les langues, en révisant beaucoup, pour les écrits comme pour les oraux. J’ai été aidée par mes professeurs."

Le jour J, si elle n’est pas très satisfaite de sa performance au test Arpège (QCM – questionnaire à choix multiples – de logique), elle réussit à sauver les meubles. Elle est ainsi admissible dans plusieurs écoles, dont l’ESC (école supérieure de commerce) Troyes (10).
 

L’intégration

"L’école et la Ville de Troyes organisent beaucoup d’activités pour faciliter l’intégration des nouveaux arrivants, affirme Mathilde. Entre étudiants, la formation d’origine n’a aucune importance." Dans les travaux de groupe ou dans la vie associative, chaque profil apporte quelque chose de spécifique. "Ceux qui viennent, comme moi, de BTS ont une longueur d’avance sur la connaissance de l’entreprise."
 

Son conseil

Ne pas se censurer ! "Si on s’en donne les moyens, ces concours sont accessibles. Peu importe la formation d’où l’on vient."