1. Adrien, designer sonore : comment j'ai été recruté chez Ubisoft
Portrait

Adrien, designer sonore : comment j'ai été recruté chez Ubisoft

Envoyer cet article à un ami
"J'ai été testé pendant mon stage, qui a servi de prérecrutement" // © Éric Garault pour L'Étudiant
"J'ai été testé pendant mon stage, qui a servi de prérecrutement" // © Éric Garault pour L'Étudiant

Adrien rêvait de commencer sa carrière chez Ubisoft, il y est, aujourd'hui, designer sonore. Ce diplômé de l'ENJMIN a été embauché à l'issue de son stage de fin d'études. Portrait.

Ubisoft était l'entreprise dont je rêvais pour débuter ma carrière professionnelle. Mais la concurrence est rude ! Je ne suis pas sûr que j'aurais été recruté à l'issue de mon stage si j'avais étudié dans un autre établissement que ­l'ENJMIN [École nationale du jeu et des médias interactifs numériques]."

Enfant, Adrien jouait à "Rayman 2" sur PlayStation, un des jeux vedettes de l'éditeur français de jeux vidéo, il y a vingt ans. Aujourd'hui, il contribue à les réaliser en tant que designer sonore débutant. "Je mets à jour le contenu sonore de "Just Dance 2017". Je m'attendais à des tâches répétitives. En réalité, mon travail est varié !", se réjouit le jeune homme, recruté en octobre 2016 à l'issue de son stage de fin d'études.

Lire aussi : Ils ont été recrutés dans l'entreprise de leurs rêves

Première rencontre, directement sur le campus de l'école

Le premier contact avec Ubisoft remonte à son master 2 à l'ENJMIN lors de sa recherche de stage. Adrien avait alors postulé et rencontré les recruteurs de l'entreprise directement sur le campus de son école, à Angoulême, après avoir envoyé son CV : "Ils font passer des entretiens pour retenir les candidats qui les intéressent, explique-t-il. En fin de master 2, un responsable des ressources humaines et un ­designer sonore m'ont reçu pendant vingt à trente minutes, se souvient le jeune homme. Ensuite, j'ai passé un second entretien au studio d'Ubisoft à Montreuil-sous-Bois (93) avec, cette fois, trois ­designers sonores attachés au projet "Just Dance 2017". Il a duré quarante minutes."

Lire aussi : Les écoles de jeux vidéo préférées des pros

"Si le travail est bien fait, on vous garde"

Ce sont les différentes réalisations d'Adrien qui ont convaincu les chasseurs de talents d'Ubisoft : les projets de jeux réalisés à l'école et ses travaux musicaux personnels. "Je m'intéresse aussi à la musique électronique, confie Adrien. Tous ces entretiens servent à tester notre culture vidéo ludique sur le plan sonore : pourquoi on aime le son de ce jeu-là ? Pourquoi avoir choisi tel effet sonore ? Bien sûr, ils posent des questions plus classiques sur les raisons qui vous poussent à postuler chez Ubisoft, sur ce qu'on peut apporter à l'entreprise et sur nos attentes. Mais le test principal se fait durant le stage."

Durant le sien, Adrien a saisi l'occasion donnée par son chef – le "lead" – de faire ses preuves : "Il m'a laissé gérer un chantier. J'étais testé ! Je n'ai pas ressenti d'autre pression que celle que je me suis donnée : ne pas se louper, tenir les délais... Si le travail est bien fait, on vous garde. Bien sûr, s'il y a le budget pour un poste !" C'est ce qui est arrivé au jeune diplômé : "À l'issue de mon stage de six mois, nous avons fait le point avec ma responsable RH. Elle m'a annoncé qu'ils souhaitaient me garder dans la même équipe et m'embaucher. Si j'avais changé de projet et d'équipe, j'aurais dû repasser des entretiens. Là, je n'en ai pas eu besoin."