1. Comment je suis devenu chef de produit chez L'Oréal
Portrait

Comment je suis devenu chef de produit chez L'Oréal

Envoyer cet article à un ami
Arnaud est chef de produit maquillage à L'Oréal Paris. // © Catherine de Coppet
Arnaud est chef de produit maquillage à L'Oréal Paris. // © Catherine de Coppet

Travailler dans le marketing pour une des entreprises les plus en vues chez les jeunes générations... Arnaud, diplômé d'une école d'ingénieurs, ne l'aurait pas forcément imaginé. À 25 ans, il a été recruté il y a deux ans comme chef de produit maquillage à L'Oréal Paris. Un métier créatif de plus en plus lié aux réseaux sociaux et aux nouvelles manières de communiquer.

"Etre en lien avec les consommatrices, trouver les histoires qui peuvent accompagner les produits... j'adore ça !" Arnaud, 25 ans, look casual impeccable et voix veloutée ponctuée de timidité, a trouvé sa voie en intégrant le groupe L'Oréal : depuis deux ans, il travaille au service marketing de la marque L'Oréal Paris, comme chef de produit "couleur", c'est-à-dire pour tous les rouges à lèvres et vernis à ongles.

Ce matin, il prend son café à la cafétéria qui offre une vue à 360 degrés sur Paris et la banlieue ouest, dans cet immeuble flambant neuf qui accueille L'Oréal Paris à Levallois-Perret (92)... "J'ai toujours aimé la mode et la cosmétique, mon travail fait le lien entre les deux", souligne-t-il.

Au quotidien, la mission d'Arnaud consiste à lancer un produit de maquillage sur le marché national. "C'est à moi d'en fixer le prix, de décider de son circuit de distribution, la logistique qui va avec, et bien sûr le merchandising [la manière de présenter le produit en magasin]."

Lire aussi : Exclusif - Palmarès Trendence 2016 : où préféreriez-vous travailler ?

Diplômé d'une école d'ingénieurs

Si son recrutement s'est fait assez aisément, le parcours du jeune homme ne le prédestinait pas à travailler dans le marketing. Après un bac S passé à Montpellier, il intègre une classe préparatoire MS puis une école d'ingénieurs généraliste, l'École Centrale de Lyon. "Je me suis beaucoup intéressé dans un premier temps au design industriel, c'est-dire à la conception industrielle d'un produit : matériau, mode de production, recyclage...", raconte Arnaud.

C'est en stage de fin d'études qu'Arnaud intègre le groupe L'Oréal, comme assistant d'un ingénieur en charge du maquillage. "L'ingénieur industriel travaille avec les laboratoires internes pour trouver une texture, une couleur, mais aussi avec les ingénieurs packaging, le service achats, le marketing, c'est très varié, souligne-t-il, c'est au contact des équipes marketing que j'ai eu le déclic !"

En fin de stage, Arnaud fait savoir qu'il aimerait se lancer dans le marketing. "On m'a proposé de revenir faire un autre stage, cette fois en marketing, pour me tester. Je me suis retrouvé chez Garnier pour le développement de produits à l'international pour les soins de la peau." Le "développement produit", ou l'art d'assurer la cohérence marketing d'une marque à travers le monde... "Je me suis vraiment plu pendant ce stage de six mois, se souvient Arnaud, cela a confirmé mon envie."

Deux entretiens

Signalant son désir de poursuivre dans cette voie, Arnaud est reçu en entretien par le service RH et le directeur marketing de L'Oréal Paris pour un poste de chef de produit, en CDI. "J'ai eu un entretien, puis un autre, plus informel, avec celui qui est aujourd'hui mon manager", explique Arnaud, qui ne révélera pas son salaire. "Si les services RH veulent garder quelqu'un, ils lui proposent un poste "pépinière" de six mois. C'est ce qu'on m'a proposé." L'idée : permettre aux nouvelles recrues de comprendre le fonctionnement de l'entreprise.

Pour Arnaud, ça s'est traduit par trois mois "sur la route" comme commercial, à la rencontre des magasins, puis trois mois au service digital, qui s'occupe du e-commerce (boutiques en ligne notamment). "Cela permet de savoir qui fait quoi, on travaille mieux après." Au moment de son intégration comme chef de produit maquillage, Arnaud a également eu droit à une formation "découverte de l'entreprise" sur une semaine : "On y découvre les usines, différents services et sites, c'est très enrichissant."

Snapchat pour vendre un rouge à lèvres

Sur l'année qui vient de s'écouler, Arnaud a lancé sept nouveaux produits ou collections. À l'instar d'un rouge à lèvres lancé l'été dernier, "entre le baume à lèvres et le rouge classique". "L'idée était de nous adresser pour ce produit aux plus jeunes, dès 15 ans, qui veulent des produits faciles à vivre et en même temps très colorés."

Pour ce rouge à lèvres, Arnaud a imaginé une nouvelle façon de communiquer. "Nous avons travaillé avec deux influenceuses, des blogueuses beauté, et nous leur avons proposé de tester le produit lors d'un voyage à Barcelone." En tout, quatre jeunes femmes en deux équipes ont fait le voyage avec pour mission de le raconter sur Snapchat, réseau social très prisé des plus jeunes. "Il fallait tester le rouge à lèvres en bateau, faire du shopping pour trouver la robe qui allait avec telle teinte, faire du sport et voir s'il tenait, etc", raconte Arnaud.

Créativité et pieds sur terre

Les consommatrices qui suivaient les épisodes sur Snapchat pouvaient ensuite voter pour la meilleure équipe, et gagner elles aussi, par tirage au sort, un voyage à Barcelone. "Le maquillage et son marketing est en pleine transformation, c'est passionnant", s'enthousiasme Arnaud. Pour lui être un homme dans cet univers n'est pas du tout un handicap. "C'est même un avantage, je peux me mettre à la place de la consommatrice sans a priori. Au marketing, nous sommes autant d'hommes que de femmes !"

Ce qui lui plaît au quotidien est ce qu'il appelle le "côté entreprenarial" de son poste : "On gère notre catégorie de produit de façon autonome, il y a plein de défis à relever, et on travaille avec beaucoup de services et pays différents." Son conseil pour ceux qui aimerait se lancer dans le marketing de la beauté : "Être très créatif, savoir repérer les tendances, mais garder les pieds sur terre !"