1. Au secours, mon stage se passe mal, que faire ?
Boîte à outils

Au secours, mon stage se passe mal, que faire ?

Envoyer cet article à un ami
Vous pouvez rompre votre convention de stage à condition de bien justifier cette rupture auprès de votre établissement. // © plainpicture/souslesarbres
Vous pouvez rompre votre convention de stage à condition de bien justifier cette rupture auprès de votre établissement. // © plainpicture/souslesarbres

Missions non conformes, encadrement absent, relations difficiles… votre stage tourne à la galère. Ne vous laissez pas abattre ! De la médiation à l'interruption pure et simple de celui-ci, l’Etudiant fait le tour des solutions envisageables.

"Tu ne sais rien faire !", "Va embêter quelqu'un d'autre avec tes questions"… Grégoire, étudiant en première année de master à l'IESEG, une grande école de commerce postbac, se souviendra longtemps des réflexions de son maître de stage, le directeur d'une petite entreprise de mode. "Il me demandait si je prenais de la drogue quand je lui faisais répéter parce que je n'avais pas compris", enrage le jeune homme qui a dû aussi encaisser les commentaires homophobes et les convocations "sur un claquement de doigts, ce qui me met hors de moi car c'est très rabaissant". Pour en finir avec ce calvaire, Grégoire a dû écourter son stage obligatoire : il a démissionné et s'est fendu d'une lettre circonstanciée et factuelle auprès de sa responsable de master. "Évidemment je m'inquiète de ce départ anticipé et de la validation ou non de mes crédits."

Heureusement, la majorité des stages ne tournent pas au cauchemar vécu par Grégoire et sont profitables à l'entreprise comme à l'étudiant. Mais il n'est pas rare que des difficultés surviennent. Voici nos conseils pour les surmonter.

Missions non conformes aux objectifs de formation : signalez-le vite

Deux situations parmi les plus fréquentes : soit on vous confie des tâches inintéressantes – les fameux stages photocopies-cafés – soit parfois aucune tâche. Dans les deux cas, c'est le signe que vous n'êtes pas bien encadré. "Si vous avez le sentiment qu'on ne vous donne pas assez de travail, montrez vous proactif", conseille Guillaume Beaussant, chargé de projet RH et recrutement chez BNP-Paribas Personal Finance. "Expliquez à votre supérieur que vous avez terminé les tâches qu'il vous a demandé d'effectuer, faites des propositions… C'est à vous de faire l'effort d'aller vers vos collègues et votre supérieur."

Lire aussi : Le palmarès 2018 des entreprises les plus "stagiaires friendly"

Ensuite si vous êtes encore désœuvré ou confiné dans de basses besognes après avoir discuté avec votre tuteur, contactez votre enseignant-référent pour qu'il discute avec l'organisme d'accueil afin de remédier à la situation.

Des missions de salariés ou avec trop de responsabilités : c'est illégal

"Notre site de mode recherche son DA (directeur artistique), stagiaire, 3 ans d'expérience professionnelle…" Cette entreprise parisienne est coutumière du fait : elle publie régulièrement des offres de stage proposant des missions qui requièrent des compétences et l'expérience d'un salarié.

La loi de 2014 encadrant la pratique des stages est pourtant claire : aucune convention de stage ne peut être conclue pour remplacer un contrat de travail. De même, l'entreprise ne peut utiliser un stagiaire pour faire face à un accroissement temporaire d’activité ni pour occuper un emploi saisonnier. "Un stagiaire est là pour apprendre, pas pour remplacer un salarié", rappelle Guillaume Beaussant qui suggère de se renseigner sur la réputation de l'entreprise. Respecte-t-elle les quotas maximum de stagiaires ? Quel est l'avis de ceux qui y ont effectué un stage ? "Un bon réflexe est de consulter les sites d'avis comme Glassdoor ou Choosemycompany. Ce dernier publie un classement Happy Trainees des entreprises où il fait bon faire un stage".

Si votre organisme d'accueil abuse du quota de stagiaires ou vous confie des tâches dévolues à un salarié, contactez votre enseignant-référent.Vous pouvez aussi saisir l’inspection du travail qui pourra décider de sanctionner l’entreprise : contacter la DIRECCTE (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi) dont dépend votre organisme d'accueil.

Des missions trop difficiles : discutez-en !

En principe votre établissement de formation a vérifié que la mission confiée lors de votre stage sera accessible. Pas forcément facile mais possible. Après tout, vous êtes là pour apprendre, il peut y avoir des difficultés techniques à surmonter pour que vous montiez en compétences. "Mais ne baissez pas les bras à la première difficulté. Prenez du recul et analysez la situation", conseille Guillaume Beaussant : "Depuis combien de temps êtes vous arrivé dans la structure ? Si vous n'êtes là que depuis 48 heures, il est normal qu'il y ait un temps d'adaptation, que vous rencontriez des difficultés techniques. Mais dans tous les cas, que les missions confiées soient trop dures ou au contraire sans intérêt, il faut en parler avec votre tuteur ou enseignant-référent. En fait la clé d'un stage réussi, c'est de communiquer et d'échanger ! Cela vous servira toute votre vie professionnelle".

L'ambiance au travail est délétère : prenez du recul !

Vous ressentez un malaise dans votre environnement de travail, avec la hiérarchie, ou vos collègues, le courant ne passe pas avec votre tuteur en entreprise ? Là encore, prenez du recul. Les tensions au bureau sont fréquentes et font partie de la vie professionnelle. Mais les environnements de travail anxiogènes ne sont pas la règle !

Pour aller plus loin : pour trouver un stage, consultez les offres sur letudiant.fr.

"Beaucoup d'étudiants ont tendance à s'isoler", remarque Frédéric Muyard vice-président Formation et vie universitaire de l'université de Franche-Comté. "J'encadre des jeunes qui, le matin, n'osent pas sortir de leur voiture pour aller sur leur lieu de stage." Là encore la solution consiste à en parler : "Vous n'êtes pas seul pendant un stage : dialoguez avec votre tuteur, en entreprise", préconise Frédéric Muyard. "Et n'oubliez pas de vous retourner vers votre tuteur universitaire qui jouera les médiateurs".

Démissionner d'un stage : possible, mais en dernier recours

Votre convention de stage prévoit normalement les modalités de rupture, en général pour des motifs liés à une maladie, à un accident… Si les difficultés restent insurmontables et que vous n'avez pu les résoudre à l'amiable, vous pouvez la rompre avec l'accord de votre établissement de formation en cas de non respect par l'organisme d'accueil de ses engagements : proposer un stage s'inscrivant dans le projet pédagogique de l'établissement de formation, donner les moyens à l'étudiant de réussir sa mission, lui fournir un tuteur à même de le guider, l'informer sur les codes de l'entreprise ou de l'aider dans l'acquisition des compétences…

Une fois la rupture validée, votre établissement de formation vous demandera de trouver un autre stage ou parfois validera le stage interrompu en échange de la rédaction d'un rapport. C'est ce qui est finalement arrivé à Grégoire qui a pu valider son stage écourté pour de bonnes raisons. Que celui-ci ait bien ou mal tourné, retenez le positif : il aura été une occasion de mûrir !