1. BAROMÈTRE. Métiers de demain : vous êtes loin des clichés futuristes !
Enquête

BAROMÈTRE. Métiers de demain : vous êtes loin des clichés futuristes !

Envoyer cet article à un ami
Les jeunes qui ont répondu à notre baromètre sur les métiers de demain ne pensent pas forcément à travailler avec les robots, mais à voyager et à avoir un impact sur le monde. // © plainpicture/Jasmin Sander
Les jeunes qui ont répondu à notre baromètre sur les métiers de demain ne pensent pas forcément à travailler avec les robots, mais à voyager et à avoir un impact sur le monde. // © plainpicture/Jasmin Sander

Conserver le même métier toute sa vie, ne pas travailler avec des robots, et pour autant avoir un impact sur le monde qui nous entoure… Tels sont quelques-uns des enseignements du baromètre "Métiers de demain" lancé par l'Etudiant en partenariat avec Option Startup, auquel vous avez été nombreux à répondre. Une façon de se projeter dans l'avenir, loin des idées reçues du tout technologique.

Pas une année ne passe sans qu'une étude ne paraisse sur la menace que représente, pour l'emploi, la future automatisation des métiers d'aujourd'hui… En juillet 2016, France Stratégie estimait, moins pessimiste que d'autres, que 15 % des salariés français pourraient être remplacés aujourd'hui par des robots. Une évolution du monde du travail dans laquelle les jeunes que l'Etudiant a sondés ne se reconnaissent pas forcément !

De fait, selon notre baromètre, construit en partenariat avec Option Startup (qui a obtenu plus de 3.600 réponses entre le 12 octobre et le 13 novembre dernier, à 75 % de jeunes filles), 9 jeunes sur 10 estiment que le métier de leurs parents existera encore dans dix ans, et 65 % pensent que leur vie professionnelle ne les amènera pas à travailler avec des robots.

Quatre jeunes sur dix se rêvent entrepreneur

Âgés majoritairement de 16 à 18 ans, principalement lycéens, les répondants à notre baromètre sont un peu plus d'un sur cinq seulement à désigner l'utilisation des technologies de pointe, ou l'innovation, comme critère déterminant pour leur futur métier. Et ils sont 64 % à souhaiter exercer le même métier toute leur vie, quitte à évoluer avec lui. 41% des répondants se rêvent même chef d'entreprise. Des réponses qui dénotent un certain "conservatisme", au sens strict du terme.

Dimension internationale et impact sur le monde

Pour autant, les répondants au baromètre ne semblent pas déconnectés du monde d'aujourd'hui et de la mondialisation à l'œuvre. Par rapport à ce qui "comptera le plus dans leur futur métier", c'est le fait d'"avoir une dimension internationale" qui ressort en premier (47 %), juste devant "avoir un impact sur le monde" (46 %).

Lire aussi : Travailler avec des robots, c'est comment ?

Une tendance qui se retrouve dans les réponses à la question ouverte de notre baromètre ("Décrivez votre métier de demain"). Nombreux sont ceux qui souhaitent voyager, être en contact régulièrement avec l'étranger, et beaucoup imaginent leur futur métier en lien avec la préservation de l'environnement, ou a minima respectueux de l'environnement.

"J'aimerais exercer un métier proche de la nature pour protéger l'environnement afin de lutter pour un monde meilleur au quotidien. De plus, je ne me vois pas enfermé dans un bureau tous les jours", écrit l'un d'entre eux. "J'aimerais être biochimiste pour créer des énergies vertes grâce au vivant. Que tout s'auto-suffise." "Trouver le moyen que les énergies soient créées dans un cercle vertueux", écrit un autre.

Se déplacer et être libre de ses horaires

Quant aux situations de travail dans lesquelles ils se reconnaissent le plus, les répondants placent en tête le fait de se déplacer régulièrement (44 %), devant la liberté des horaires (39 %), le fait de diriger des équipes (30 %) et celui de transmettre son savoir-faire (28 %), loin devant "travailler en contact avec la nature" (10 %), ce qui peut sembler paradoxal avec l'envie de préserver l'environnement.

Là encore, les réponses libres se font le reflet de ces désirs. "Mon métier de demain serait un métier qui aurait une dimension éthique et rendrait le monde meilleur. Il me permettrait de travailler sur de nombreux projets tout en gardant des horaires raisonnables pour avoir une vie de famille épanouie", peut-on lire. Ou encore : "J'aimerais être libre de voyager et de faire un métier qui peut s’exercer dans tous les pays."

Les garçons plus intéressés par l'argent et le management

Des tendances générales qui sont à nuancer en fonction du sexe des répondants, à condition d'avoir en tête que les garçons ne représentent que 27 % des répondants. Les filles mettent ainsi en avant, comme priorité pour leur futur métier, la dimension internationale (50 %), devant "avoir un impact sur le monde" (47 %), et "être utile aux plus faibles" (37 %). "Gagner beaucoup d'argent" arrive en quatrième position, alors que les garçons placent ce critère en tête (48 %). Si ceux-ci souhaitent aussi avoir un impact sur le monde (44,6 %), ils ne sont que 19 % à considérer qu'être utile aux autres est une priorité de leur futur métier.

Lire aussi : Salaires, entreprises, secteurs : ce que veulent les étudiantes

Autre axe de différence filles/garçons, le cadre de travail : les garçons insistent sur l'usage des technologies de pointe (39 %), devant le fait de diriger des équipes (37 %), ex aequo avec le fait d'être libre de ses horaires. De leur côté, les filles se reconnaissent d'abord, majoritairement, dans le fait de se déplacer régulièrement (54 %), avant la liberté des horaires (40 %), et la transmission des savoir-faire (30 %). Elles ne sont que 28 % à faire de la direction d'équipe un souhait prioritaire.

Les métiers "classiques" en bonne position

Incités à décrire en quelques lignes leur "métier de demain", les 1.527 répondants ont souvent décrit des métiers existants : de vétérinaire à styliste, en passant par urgentiste, agent d'escale aéroportuaire, professeur des écoles, expert-comptable, architecte, graphiste, astronome, ingénieur physicien, sage femme ou encore diététicien. Parmi les métiers manuels ou en lien avec la nature, très peu cités, on trouve pâtissier, maraîchère, chef d'entreprise agricole, ou encore, plus original, producteur de noix de coco !

Ceux qui se sont essayé à une description plus longue, moins liée à un métier en particulier, ont souvent exprimé avec enthousiasme leur envie de faire le bien, faire avancer le monde, aider les autres, dans des domaines très divers. Exemples : "Aider les gens, avoir l’esprit d'équipe, sauver des vies" ; "Allier créativité et savoir. Innover pour apporter quelque chose de nouveau dans le monde qui permettra d'être utile aux gens" ; "Créer des technologies permettant de sauver le monde comme des robots soigneurs ou des machines puissantes".

"Laisser mon empreinte dans ce monde"

Enfin, certaines de vos réponses nous ont plus intrigués ou touchés: "Ce serait un travail qui ne contribuerait pas au libéralisme ambiant et qui apporterait des connaissances aux gens réellement intéressés" ; "Défendre les droits de l'homme et plus particulièrement ceux de la femme dans le monde entier et arriver à une égalité sur tous les plans !" ; "J'aimerais devenir astrophysicien, mathématicien, découvrir la téléportation, en savoir plus sur l’inconnu de notre univers et permettre le voyage spatial pour habiter sur d'autres planètes" ; "J'aimerais bien laisser mon empreinte gravée dans ce monde", ou encore : "J'espère juste en avoir un !". Des jeunes philosophes, en somme.

Rendez-vous au salon des études et des métiers d'avenir

Le salon des études et des métiers d'avenir se tient les 9 et 10 décembre 2017, Espace Champerret à Paris. Plus de 200 formations dans le secteur du développement durable et de l’environnement et près de 70 écoles dans le secteur des jeux vidéo et du cinéma d’animation y seront représentées.