1. Ils ont concocté un vernis à ongles qui détecte les drogues du viol
Portrait

Ils ont concocté un vernis à ongles qui détecte les drogues du viol

Envoyer cet article à un ami
De gauche à droite : Ankesh, Stephen, Tasso et Tyler, 4 jeunes ingénieurs qui souhaitent protéger les femmes des drogues du viol. // © Photo fournie par les témoins
De gauche à droite : Ankesh, Stephen, Tasso et Tyler, 4 jeunes ingénieurs qui souhaitent protéger les femmes des drogues du viol. // © Photo fournie par les témoins
Sommaire du dossier
Retour au dossier Elle a lancé une ligne de vêtements pour personnes handicapées Elle forme des Syriens au journalisme Ils mettent leur passion de la musique au service des plus défavorisés Ils ont initié un mouvement de jeunesse interreligieux Elles réunissent des artistes palestiniens et israéliens Elles aident les jeunes diplômés en recherche d’emploi Ils ont mis en place une plate-forme de e-learning Ils ont constitué une association qui active des communautés de chômeurs Il a imaginé un système de guidage GPS pour les conducteurs de deux-roues Ils ont concocté un vernis à ongles qui détecte les drogues du viol Il a les drogues et l’alcool à l’œil Ils ont développé un dispositif de dépistage du cancer de la peau Elles proposent des cosmétiques pour les femmes sous chimiothérapie Il tue les bactéries résistantes aux antibiotiques Il crée du lien entre commerçants et sans-domicile fixe Elle organise des balades urbaines alliant tourisme, culture et réinsertion Ils relie futurs bénévoles et associations Ils ont conçu un site pour tout emprunter à son voisin

Ils s’appellent Ankesh, Stephen, Tasso et Tyler. Ces 4 jeunes ingénieurs américains, diplômés en 2014 et âgés de moins de 25 ans, ont eu l’idée de mettre au point un vernis à ongles intelligent.

Le vernis imaginé par ces 4 jeunes ingénieurs devient noir au contact des "drogues du viol" les plus fréquentes : GHB (acide gammahydroxybutyrique), Rohyponol, Xanax, Ecstasy et le "Spécial K" (kétamine).

Leur idée de génie leur a permis de lever 1,5 million de dollars en 11 mois, via l'association des anciens étudiants de l'université de Caroline du Nord (États-Unis) notamment.

La start-up Undercover Colors a ainsi pu engager des chimistes, et emploie aujourd'hui 7 personnes à temps plein. Pour les 4 étudiants, tout a commencé en 2013, dans un atelier de projet en design. Encouragés par leurs professeurs, ils y consacrent désormais tout leur temps. "Un challenge effrayant et passionnant à la fois", estime Tyler.

Commercialisé sur le Net

Leur motivation ? "Un constat révoltant. Malheureusement, nous connaissons tous intimement des victimes d'agressions sexuelles, parfois dues à des drogues", témoigne Tyler. Ces drogues ont été utilisées sur un quart des 12.768 victimes de viol déclarées à la police, en France, en 2014. Des produits tout à fait incolores et indétectables au goût. À la mi-2016, le vernis devrait être commercialisé sur Internet.