1. Elles proposent des cosmétiques pour les femmes sous chimiothérapie
Portrait

Elles proposent des cosmétiques pour les femmes sous chimiothérapie

Envoyer cet article à un ami
Juliette (à gauche) et Judith (à droite), 24 ans, s'apprêtent à commercialiser leurs produits pour contrer les effets secondaires de la chimiothérapie. // © Simon Lambert/Kaïros pour l'Etudiant
Juliette (à gauche) et Judith (à droite), 24 ans, s'apprêtent à commercialiser leurs produits pour contrer les effets secondaires de la chimiothérapie. // © Simon Lambert/Kaïros pour l'Etudiant
Sommaire du dossier
Retour au dossier Elle a lancé une ligne de vêtements pour personnes handicapées Elle forme des Syriens au journalisme Ils mettent leur passion de la musique au service des plus défavorisés Ils ont initié un mouvement de jeunesse interreligieux Elles réunissent des artistes palestiniens et israéliens Elles aident les jeunes diplômés en recherche d’emploi Ils ont mis en place une plate-forme de e-learning Ils ont constitué une association qui active des communautés de chômeurs Il a imaginé un système de guidage GPS pour les conducteurs de deux-roues Ils ont concocté un vernis à ongles qui détecte les drogues du viol Il a les drogues et l’alcool à l’œil Ils ont développé un dispositif de dépistage du cancer de la peau Elles proposent des cosmétiques pour les femmes sous chimiothérapie Il tue les bactéries résistantes aux antibiotiques Il crée du lien entre commerçants et sans-domicile fixe Elle organise des balades urbaines alliant tourisme, culture et réinsertion Ils relie futurs bénévoles et associations Ils ont conçu un site pour tout emprunter à son voisin

Judith et Juliette ont créé la marque de cosmétiques Même pour soulager la douleur et l’inconfort des femmes qui suivent une chimiothérapie.

Chute des cheveux, des cils et des sourcils, extrême sécheresse de la peau, noircissement des ongles ou encore teint blafard sont quelques-uns des effets secondaires des chimiothérapies utilisées contre le cancer. Comme aucun produit n'existait pour soulager les personnes concernées, Judith et Juliette ont créé la marque Même. À 24 ans, elles s'apprêtent à commercialiser leurs premiers cosmétiques à la mi-2016.

Soulager les douleurs

L'idée a commencé à germer chez Judith lorsque sa mère a été traitée pour un cancer, dont elle est décédée en 2010. À l'époque, le traitement lui provoque une extrême sécheresse des mains, qui entraîne des douleurs atroces. Face à ces effets secondaires insupportables, les médecins sont bien démunis. "Je ne trouvais pas normal de pleurer devant un pharmacien parce qu'il n'avait rien pour soulager ma mère", se souvient-elle. "Ce constat était révoltant et m'a rendue folle." Elle décide alors de proposer des produits pour soulager ces femmes en créant une marque "féminine, à rebours de l'hypermédicamenteux". Elle commence à y travailler dans le cadre de son projet de fin d'études à l'école Strate, où elle a décroché un master en design industriel, en 2014.

Une rencontre déterminante

En stage chez L'Oréal Luxe, Judith rencontre Juliette. Doublement diplômée d'un master en management public de HEC et de Sciences po, celle-ci a les compétences qui manquent à Judith pour entreprendre seule. "Avec elle, c'était une évidence et tout est devenu facile", raconte Judith.

Dès janvier 2015, les deux jeunes femmes se lancent, refusant même des offres d'emploi. Elles améliorent progressivement leurs produits grâce aux avis de médecins et de femmes sous traitement, qu'elles rencontrent dans des ateliers. Leur projet est incubé à Sciences po, à HEC et à Cancer campus de l'Institut de lutte contre le cancer Gustave-Roussy, à Villejuif (94).

Elles sont toujours en levée de fonds pour la première gamme de 7 produits d'hygiène et le soin. Elle devrait voir le jour mi-2016, après les études réglementaires.