1. Ils ont initié un mouvement de jeunesse interreligieux
Portrait

Ils ont initié un mouvement de jeunesse interreligieux

Envoyer cet article à un ami
Samuel (à droite) préside le tout nouveau mouvement européen Coexister, présent en France, en Belgique, en Suisse, en Allemagne et en Angleterre. // © Julie Balagué pour l'Étudiant
Samuel (à droite) préside le tout nouveau mouvement européen Coexister, présent en France, en Belgique, en Suisse, en Allemagne et en Angleterre. // © Julie Balagué pour l'Étudiant

“Diversité de convictions, unité dans l’action”, telle est la devise de l’association Coexister, née en 2009, à l’initiative de Samuel, alors âgé de 16 ans. Elle vise à réunir des jeunes gens de toutes religions ainsi que des athées et des agnostiques.

"Il est important de créer des lieux où on peut s'assumer tel qu'on est, avec ses croyances, ses convictions et ses différences", résume Samuel, aujourd'hui âgé de 23 ans, titulaire d'une double licence histoire-Sciences po, à Paris, et actuellement en master sciences des religions et société à l'École pratique des hautes études.

La rencontre de bonnes volontés

L'association Coexister s'est constituée autour d'"une collecte de sang pour la paix, en opposition au sang que la guerre fait couler". Une idée que Samuel lance, en janvier 2009, à la suite d'une importante manifestation, commune aux trois communautés religieuses, pour la paix et contre l'importation du conflit israélo-palestinien en France. Le garçon de 16 ans fait alors la rencontre de "2 juifs, 3 musulmans, 4 chrétiens et 1 agnostique", volontaires pour organiser cette collecte de sang. L'opération "Ensemble à Sang%" est l'une des actions de solidarité phares de l'association.

Un dialogue interreligieux

Son "attirance pulsionnelle pour la différence", Samuel l'a découverte à l'école primaire, où 40 nationalités se côtoyaient. Un sentiment retrouvé en 2007, lors du Jamboree, "qui rassemble des scouts du monde entier, de toutes religions, unis autour des valeurs du scoutisme".

À son retour, son groupe est invité à boire le thé par l'imam de la mosquée voisine. Des liens étroits se créent entre la mosquée et l'église, puis la synagogue du quartier, qui ouvrent leurs portes chaque mois au dialogue interreligieux.

La réalité en face

Il choisit de faire son stage de troisième dans une association de quartier, à Argenteuil (95), avec un prêtre-ouvrier, "en réaction aux propos de Sarkozy qui voulait nettoyer la dalle au Kärcher", explique-t-il. Dans son rapport de stage, il qualifie ce quartier de "ghetto" et récolte un 20/20. Ensuite, au lycée, il a l'occasion de participer à un voyage d'histoire et de mémoire à Auschwitz, Train de la Mémoire, en 2008. Cela sera pour lui l'occasion de rencontrer deux amies, l'une juive, l'autre musulmane.

Des ateliers sur la laïcité

Aujourd'hui, Coexister compte quelque 2.000 membres, rattachés à une trentaine de groupes interreligieux en France. Près de 15.000 personnes ont participé à l'un des débats proposés depuis 7 ans. Coexister mène aussi des ateliers en troisième et au lycée sur la laïcité, les préjugés, le fait religieux... Plus de 44.500 élèves en ont bénéficié.

Radia, 23 ans, étudiante à Sciences po, est présidente de l'association depuis octobre 2015. Samuel préside, quant à lui, le tout nouveau mouvement européen Coexister, présent en France, en Belgique, en Suisse, en Allemagne et en Angleterre. "Le dialogue est contagieux. Ce sont des gouttes d'eau, mais c'est comme ça que l'on change le monde."

Sommaire du dossier
Retour au dossier Elle a lancé une ligne de vêtements pour personnes handicapées Elle forme des Syriens au journalisme Ils mettent leur passion de la musique au service des plus défavorisés Ils ont initié un mouvement de jeunesse interreligieux Elles réunissent des artistes palestiniens et israéliens Elles aident les jeunes diplômés en recherche d’emploi Ils ont mis en place une plate-forme de e-learning Ils ont constitué une association qui active des communautés de chômeurs Il a imaginé un système de guidage GPS pour les conducteurs de deux-roues Ils ont concocté un vernis à ongles qui détecte les drogues du viol Il a les drogues et l’alcool à l’œil Ils ont développé un dispositif de dépistage du cancer de la peau Elles proposent des cosmétiques pour les femmes sous chimiothérapie Il tue les bactéries résistantes aux antibiotiques Il crée du lien entre commerçants et sans-domicile fixe Elle organise des balades urbaines alliant tourisme, culture et réinsertion Il relie futurs bénévoles et associations Ils ont conçu un site pour tout emprunter à son voisin