Réussir sa première prise de parole en entreprise : les meilleurs conseils des coachs

Prise de parole en public : préparer son discours en amont

Pour présenter un projet en interne, convaincre des clients, échanger avec des collègues… prendre la parole en public est un exercice incontournable en entreprise. Mais comment réussir sa première intervention quand, comme la plupart des jeunes diplômés, on n’y a pas été formé ? Les meilleurs coachs vous conseillent pour vous préparer sur le fond comme sur la forme… En scène !

Publié le , mis à jour le

Réussir sa première prise de parole en entreprise : les meilleurs conseils des coachs

Prise de parole en public : préparer son discours“C’est arrivé moins d’un mois après mon intégration dans l’entreprise, se souvient Thomas, 25 ans, ingénieur dans une société d’informatique. Mon responsable m’a demandé de présenter à l’équipe commerciale le nouveau progiciel pour lequel j’avais été embauché. Sur le fond, je maîtrisais le sujet, mais pendant mon exposé, je me suis mis à bafouiller, incapable de sortir de mon jargon technique, et j’ai vite repéré quelques mines moqueuses… Un vrai bizutage”

Nombreux sont les jeunes recrues qui subissent une véritable épreuve du feu lors de leur premier discours en entreprise. Pourquoi ? Parce que comme le montre, entre autres, une enquête de “l’Expansion”, rares sont les cursus postbac, dans les universités comme dans les écoles de commerce ou d’ingénieurs, qui proposent une formation dédiée aux techniques de communication. Même si des exceptions existent comme Sciences po Paris.

Travailler la forme autant que le fond
“Nous sommes encore trop souvent dans l’idée que si l’on connaît le fond, la forme suivra, note Jean-Louis Chenin, formateur en mediatraining chez Medialectic. Or nous savons depuis Périclès que celui qui a des choses à dire mais ne sait pas comment les exprimer n’est pas plus avancé que celui qui n’a rien à dire !”

Un constat partagé par Jean-Michel Roche, fondateur de VerbaTeam, une société de conseils en techniques de communication pour dirigeants : “À la différence notamment des Américains qui, dès l’enfance, sont formés à parler en public, en France, on n’apprend pas à l’école à s’utiliser physiquement pour faire passer des messages. Or parler en public c’est un engagement physique, un vrai sport, avec des techniques qui s’enseignent.”

D’emblée faire passer le message important
Premier enseignement à retenir donc : parler en public, ça ne s’improvise pas. Il est nécessaire de préparer son discours avec des objectifs à atteindre, un angle à choisir et une mise en forme à réfléchir. Oui, mais comment ? “Je conseille de suivre la règle des 4 C, note Jean-Louis Chenin, c'est-à-dire faire Court, être Clair avec un vocabulaire simple, Cohérent en tenant un fil rouge et Concis pour dire beaucoup de choses en peu de mots.”

Concernant la façon de structurer son intervention, tous les coachs s’accordent sur un discours à construire en pyramide inversée, c’est-à-dire en répondant, dans l’ordre, aux questions qui ? quoi ? quand ? où ? pourquoi ? comment ? “Comme un journaliste qui capte l’attention de son lecteur à la première ligne, à l’oral il faut tout de suite faire passer le message important, dès les premiers mots”, souligne Catherine Sorzana, directrice de Medias coaching communication et auteure de “la Prise de parole en public” (PUF). “Dire l’essentiel en introduction cela permet de créer de l’appétence pour la suite du propos”, confirme Jean-Louis Chenin.

Des “ficelles” à connaître pour capter l'auditoire
Par ailleurs, un message doit pouvoir se résumer clairement. “Pour vous préparer, sachez expliquer en deux ou trois phrases votre propos devant quelqu’un qui ne connaît rien au sujet”, conseille Catherine Sorzana. Avant de préciser un autre point essentiel qui est de “parler de ce qui intéresse le plus tout public, c'est-à-dire de lui-même”. Un exemple ? “Je me souviens d’une intervention dans un groupe automobile sur les amortisseurs, raconte cette coach. Le sujet était très technique, mais l’intervenante a su capter l’attention en commençant par parler de qui nous concerne tous : le mal de dos !”

Choisir des exemples pertinents
Construire un discours exige aussi de prévoir des artifices qui permettent de maintenir l’attention. “Une écoute active ne dure pas plus de dix minutes”, rappelle Jean-Louis Chenin, qui préconise de jalonner son propos d’exemples, d’histoires, d’anecdotes… Et là encore, pas d’improvisation : ces éléments concrets permettent d’animer le propos, et par là même son auditoire.

Enfin, la conclusion est à peaufiner tout particulièrement. “Tout simplement parce que ce sont les derniers mots avec lesquels les gens repartent”, souligne ce formateur en mediatraining. Comme l’accroche, la chute doit permettre donc de faire passer votre message essentiel.

Sommaire du dossier
 

blog comments powered by Disqus






les entreprises à la une










un job, stage ou 1er emploi ?

Offres de jobs étudiants

Offres de stages étudiants

Offres en alternance


APCMA-Banniere-300x150



uimm_banner_300x150-200114








calcul-salaire








OK

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt. Gérer les cookies sur ce site