Premier conflit en entreprise : comment éviter que ça ne se reproduise

Vous n’avez pas pu vous empêcher de répondre à votre chef après sa énième remarque désobligeante. Vous vous êtes disputé en public avec votre collègue qui vous donne des leçons d’organisation… Pas toujours facile de se maîtriser au bureau, surtout quand on débute. Comment réagir si vous avez franchi les limites ? Comment éviter que cela ne se reproduise ? Conseils de coachs pour apprendre à gérer ces conflits.

Publié le , mis à jour le

Conflit en entreprise : comment les éviter“Il fait froid dehors”. Une rengaine que votre n+1 vous sert peut-être parfois pour vous faire comprendre que vous ne devriez pas râler face à votre charge de travail… et que vous ne trouveriez pas forcément un meilleur job ailleurs.

“Le contexte difficile du marché de l’emploi et la course à la rentabilité toujours croissante provoquent des situations de tension et des enjeux de pouvoir au sein de l’entreprise”, observe Jacques-Antoine Malarewicz, psychiatre et consultant en entreprise. Dès lors, quels comportements adopter pour se prémunir contre ces tensions ?

Ne pas se laisser envahir
par une charge de travail trop importante

À son premier poste dans une agence de publicité, Frédéric* a subi la pression d’une chef tyrannique. Ce diplômé de Sciences po devait travailler le soir et le week-end afin de satisfaire ses exigences, pour un salaire dérisoire. Il a tenu 6 mois. “Quand j’ai posé ma démission, elle en a fait une affaire personnelle et ne m’a plus adressé la parole durant tout mon préavis”, soupire le jeune homme. Il en tire un bilan sévère quelques années plus tard : “Quand on est jeune, on n’est pas considéré.”

“Lorsqu’on commence à travailler, on se laisse facilement imposer une charge de travail trop importante, des horaires excessifs et on a tendance à accepter les exigences de ses supérieurs”, observe Isabelle Harlé, associée chez Acteüs, une société de coaching. Une fois ce mode de fonctionnement installé, il devient alors difficile de protester, sans entrer en mode conflit.

“Plus tôt on se rend compte qu’on est dans une impasse, plus vite il faut réagir.” Une telle situation aurait pu être évitée pour Frédéric si, dès le processus de recrutement, il avait réussi à détecter les incompatibilités avec sa future chef. “On peut être tenté de répondre exactement aux attentes des recruteurs en entretien d’embauche, mais ce n’est pas toujours bon, il faut aussi savoir montrer ses limites, estime Isabelle Harlé. Les jeunes ne sont pas corvéables à merci !”

Développer ses compétences relationnelles

Émilie* a pris un mauvais départ avec son n+1. Un mois après son arrivée sur un poste de commerciale, elle a laissé sa colère exploser de façon brutale lorsque son manager lui a parlé sur un ton déplacé. “Notre relation s’est alors dégradée. On partageait le même bureau, mais on communiquait par mails…” Une situation qui a duré près de 2 ans, jusqu’à ce qu’Émilie change d’entreprise.

“En début de carrière, les jeunes salariés ne parviennent pas toujours à verbaliser calmement leur mécontentement, en tenant compte du niveau hiérarchique de leur interlocuteur”, constate Isabelle Harlé. S’ils tombent sur un supérieur susceptible, la situation peut vite devenir intenable.” Son conseil aux futurs diplômés ? “Développez vos compétences relationnelles au maximum durant vos études : impliquez-vous par exemple dans la vie associative ou dans un sport collectif. Ce sont des terrains d'expérimentation des conflits.”

Ne pas laisser sa vie pro empiéter sur le reste

Émilie garde un souvenir amer de cette période conflictuelle. “J’étais angoissée, j’avais mal au ventre tous les dimanches soirs.” Force est de constater qu’en début de carrière, le travail occupe une place prépondérante. “Souvent, la vie professionnelle bouffe tout et le stress s’installe”, constate le psychiatre Jacques-Antoine Malarewicz, auteur de “Gérer les conflits au travail” (Pearson). Le conseil d’Isabelle Harlé pour laisser ses émotions négatives au bureau : “Utilisez le temps de transport entre votre bureau et votre domicile comme un sas, pour faire le point sur la journée”.

Émilie, elle, a trouvé un exutoire dans le cinéma. “Durant cette période, je voyais deux films par semaine, directement après le boulot, ça me permettait de me vider la tête.” Quand à Frédéric, en dépit de ses horaires à rallonge, il a continué de sortir avec ses amis tous les soirs. “Je n’avais pas une minute pour me poser, mais c’était vital”, explique le jeune homme.

Se projeter dans l’avenir

En période de crise, les offres d’emploi se font plus rares, et il est malaisé de lancer : “Je démissionne car je refuse de travailler dans ces conditions.” Néanmoins, l’époque où on faisait toute sa carrière dans la même entreprise est révolue. Et le turnover est particulièrement élevé en début de carrière. De quoi relativiser et ne pas se laisser envahir par les conflits professionnels.

(*) Les personnes ont souhaité rester anonymes.

Marie-Anne Nourry
Novembre 2011

Pour aller plus loin

POUR GUIDER VOS PREMIERS PAS EN ENTREPRISE
- Réussir son intégration.
- Les conseils des coachs pour réussir sa première prise de parole en entreprise.
- Les conseils des coachs pour réussir son premier déjeuner professionnel.
- Comment gérer son chef ?
- Comment gérer ses collègues ?

LES CONSEILS DE POURSEFORMER.FR POUR ÊTRE PLUS ZEN AU BUREAU
- Comment gérer son stress au travail.
- Dire non, mode d'emploi.
- Démotivation au travail : faut-il partir ou rester ?

Sommaire du dossier
 

blog comments powered by Disqus







les entreprises à la une










un job, stage ou 1er emploi ?

Offres de jobs étudiants

Offres de stages étudiants

Offres en alternance



uimm_banner_300x150-200114








calcul-salaire








OK

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt. Gérer les cookies sur ce site