Mélanie, 24 ans, à la CAF de Paris : "Je ne m’attendais pas à passer des épreuves écrites, comme au bac"

Un nouvel embauché sur deux à la Sécurité sociale a moins de 30 ans ! Plus de 2.000 postes sont proposés chaque année, en CDI, à des jeunes diplômés, de niveau bac à bac + 5, sur des postes spécifiques comme sur des fonctions semblables à celles du secteur privé. La Sécu, une opportunité d’insertion insoupçonnée pour vous ? Une piste à connaître en tout cas.

Publié le , mis à jour le

Mélanie Courtois, candidate pour un contrat pro de gestionnaire-conseil à la CAF de Paris, se souvient du jour où elle a été convoquée pour les épreuves de sélection. "Je savais juste qu’il fallait être disponible toute la matinée, mais je ne m’attendais pas à passer des épreuves écrites, comme au bac, en français, en maths et en culture générale. Heureusement, tout était encore frais dans mon esprit, car je sortais tout juste des études", raconte cette bachelière STT (futur bac STG), qui a raté de peu son BTS commerce international.

Connaître la loi et savoir compter

Après avoir connu le chômage et quelques petits boulots, comme vendeuse dans une bijouterie notamment, Mélanie était très motivée pour venir à la CAF. "J’ai envoyé mon CV et ma lettre de motivation, par courrier et par mail, précise-t-elle. Je savais que travailler dans le domaine social m’intéressait, car j’avais eu une expérience avec des personnes âgées, et puis la stabilité de l’emploi m’attirait." Elle passe donc avec succès toutes les étapes de la sélection, et en janvier 2009, démarre sa formation. "Il faut connaître la législation sur toutes les prestations et aussi apprendre tous les modes de calcul. C’est très intéressant, car après, on met immédiatement en pratique. Et puis, contrairement à l’école, je n’avais pas de devoirs."

Un CDI à la clé du contrat pro

À l’issue des onze mois de formation en alternance, Mélanie est immédiatement embauchée en CDI. Elle est affectée, à la CAF de Paris, au service du XIVe arrondissement, qui compte une vingtaine de personnes. Elle reçoit des dossiers dans un serveur informatique (demandes de RSA, d’aides au logement, d’allocations adulte handicapé, etc.) et elle doit en traiter un minimum chaque jour. Elle peut aussi être amenée à répondre au téléphone, et ponctuellement dans la semaine, elle quitte son bureau pour recevoir les allocataires. Elle passe ainsi un tiers de son temps environ à l’accueil. "C’est très polyvalent. On peut travailler devant son PC, être face à des personnes qu’il faut renseigner. Et puis, je ne manque pas de travail, les journées passent vite", indique Mélanie.

Propos recueillis par Céline Manceau
novembre 2010

Sommaire du dossier
 

blog comments powered by Disqus






les entreprises à la une










un job, stage ou 1er emploi ?

Offres de jobs étudiants

Offres de stages étudiants

Offres en alternance


APCMA-Banniere-300x150



uimm_banner_300x150-200114








calcul-salaire








OK

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt. Gérer les cookies sur ce site