1. Métiers de la communication : avantage aux pros du digital
Décryptage

Métiers de la communication : avantage aux pros du digital

Envoyer cet article à un ami
Les métiers de la communication, transformés par le numérique, recrutent à nouveau. // © plainpicture/Westend61/Uwe Umstätter
Les métiers de la communication, transformés par le numérique, recrutent à nouveau. // © plainpicture/Westend61/Uwe Umstätter

Après des années de vaches maigres, les métiers de la communication reviennent peu à peu en grâce. Une nouvelle dynamique qui profite surtout aux spécialistes du numérique.

73.470… selon l'enquête Besoins en main d'œuvre de Pôle emploi, c'est le nombre de projets de recrutements de professionnels de la communication que les entreprises françaises souhaitaient réaliser en 2017. Si ce volume n'est sans doute pas suffisant pour offrir des opportunités à l'ensemble des débutants dans ce secteur, il témoigne de la reprise d'une filière longtemps sinistrée. Car depuis toujours, en cas de conjoncture maussade, ce sont les budgets destinés à la communication qui sont revus à la baisse en premier. Et parfois de manière drastique.

Aujourd'hui, avec la reprise, le ciel semble à nouveau se dégager. Mais ce n'est pas la seule raison de l'embellie : la transformation numérique y est aussi pour beaucoup. "Les consommateurs sont de mieux en mieux informés. Il est donc stratégique pour les entreprises de mieux les connaître et de leur proposer une communication de plus en plus ciblée, sur tous les types de supports. D'où la nécessité de recruter des spécialistes, le plus souvent issus de formations bac+5", analyse Claire Romanet, dirigeante d'Elaée, un cabinet de recrutement spécialisé dans la communication, le digital et le marketing.

Lire aussi : Les métiers de la communication

Bonne nouvelle donc : il y a des opportunités pour les jeunes pros de la communication. "Elles se situent principalement en agences, qui recrutent en volume", précise Sacha Kalusevic, directeur senior du cabinet de recrutement Page Personnel. "La plupart des jeunes diplômés y font leurs armes, l'avantage étant d'y acquérir une certaine polyvalence et d'être au fait des tendances et des dernières innovations. Mais il y a aussi des postes dans les grandes entreprises", complète Thomas Dufournaud, cofondateur de Mushroom, cabinet de chasseur de têtes spécialisé dans la communication et le digital.

Débuter dans une "content factory"

Dans l'univers du digital, certains métiers s'adressent en priorité aux débutants. C'est le cas des postes de community manager (ou social media manager). Leur rôle ? Être l'ambassadeur d'une marque ou d'une entreprise sur les réseaux sociaux, en publiant des informations ou en répondant aux questions et remarques des internautes, avec l'objectif d'optimiser la réputation de son employeur.

"Les recruteurs apprécient les diplômés des écoles spécialisées en communication mais aussi des profils littéraires, des jeunes journalistes ou des titulaires de master en communication, pourvu qu'ils soient au fait des tendances sur les réseaux sociaux", explique Sacha Kalusevic.

Test : Êtes-vous fait(e) pour devenir community manager ?

Fonction voisine, celle du rédacteur Web, dont la mission consiste à rédiger des articles pour un ou plusieurs sites d'entreprises, selon qu'il travaille en agence ou dans une société. Un profil aujourd'hui assez recherché car désormais les entreprises ont pris conscience de la nécessité d'offrir de l'information de qualité à leurs clients… et à ceux qui pourraient le devenir.

"De grands groupes ont mis en place des "content factories" dans lesquelles sont conçus des articles, des infographies, des films courts ou des podcasts, destinés à tous les segments de clientèle. Ce qui implique donc des compétences dans des domaines comme la rédaction ou la vidéo", explique Claire Romanet. Une piste pour mettre un pied dans une grande entreprise avant d'évoluer vers des fonctions à plus fortes responsabilités.

Par exemple, celle de chef de projet digital. Travaillant au sein d'une agence, celui-ci est chargé de coordonner la réalisation de campagnes de communication pour des clients. Du "brief" au choix des médias et des réseaux sociaux jusqu'à la création, il a un rôle central, puisqu'il est sur le pont à toutes les étapes. Une fonction pour laquelle les recruteurs se tournent de plus en plus souvent vers des diplômés d'écoles de commerce, ayant une bonne culture numérique et maîtrisant les problématiques de leurs interlocuteurs que sont les créatifs, les designers ou les développeurs.

Et les postes plus classiques ?

Si les métiers liés au digital sont porteurs, des fonctions plus classiques peuvent aussi offrir des pistes pour débuter sa carrière. Celle de chargé de communication événementielle, notamment. Travaillant le plus souvent en agence, il a pour mission d'organiser des manifestations de toutes sortes. "Un métier qui a beaucoup évolué, note Thomas Dufournaud. Désormais, il s'agit de faire vivre une "expérience" aux participants en misant sur l'interactivité, et de lui donner de la visibilité au travers des réseaux sociaux." Une fonction ouverte notamment aux jeunes diplômés d'école spécialisées en communication.

Autre piste, le poste de chargé de communication à pourvoir dans les petites et moyennes entreprises. Chargé d'élaborer une stratégie de communication pour l'entreprise, il a principalement un rôle de coordination. "Dans les PME, il est souvent l'unique collaborateur de son service et coordonne l'activité de prestataires extérieurs", précise Thomas Dufournaud. "Là encore, une bonne culture des médias et des outils numériques est requise", souligne Claire Romanet.

Les salaires des métiers de la communication (en € brut annuel)
Métiers Jusqu'à 2 ans d'expérience De 2 à 5 ans d'expérience
Rédacteur Web 26 / 30.000 € 30 / 35.000 €
Community manager 26 / 30.000 € 30 / 35.000 €
Chef de projet Web 30 / 35.000 € 35 / 42.000 €
Chargé de relations presse 24 / 28.000 € 28 / 32.000 €
Chargé de communication 24 / 34.000 € 30 / 40.000 €
Chargé d'événementiel 24 / 28.000 € 28 / 34.000 €

Source : édition 2018 de l'étude des rémunérations réalisée par PageGroup, spécialiste en recrutement.