Débuter grâce à l'intérim : bon plan ou pénalisant ?

L’intérim fait travailler 593.000 personnes

Longtemps synonyme de précarité et cantonné à des métiers peu qualifiés, le travail temporaire, qui connaît une croissance régulière, s'est totalement renouvelé. Il est désormais ouvert à tous types de profils, même les plus qualifiés. Un bon moyen de débuter sa carrière.

Sandrine Chesnel  —  Publié le

Le travail intérimaire a longtemps traîné une réputation assez négative, mêlant précarité et faibles qualifications. Mais depuis quelques années il s’est beaucoup transformé, jusqu’à s’ouvrir à tous les types de profils, même les plus qualifiés. Même s’il débouche rarement sur un CDI (contrat à durée indéterminée), c’est une opportunité qui mérite d’être envisagée par les jeunes diplômés qui souhaitent varier leurs expériences professionnelles.


L'intérim fait travailler 593.000 personnes

Fin 2010, on dénombrait 593.000 intérimaires dans toute la France, soit 3,3 % des salariés hors fonction publique. Acteur essentiel du marché de l'emploi, notamment dans les domaines de l'industrie, du tertiaire et du BTP, l’intérim a connu une chute spectaculaire des recrutements en 2009 (- 28 %). Mais l’année 2010 lui a été plus favorable, le nombre de contrats, tous secteurs confondus, augmentant de 19,6 %. Ainsi, 97.300 postes d’intérimaires ont été créés en 2010.


Les secteurs qui recrutent en intérim

 
Le secteur de l’industrie est celui qui fait le plus appel aux intérimaires, dans des domaines aussi variés que l’agroalimentaire, la métallurgie, la chimie, l’automobile, la pharmacie ou le ferroviaire…. C’est aussi ce secteur qui a le plus augmenté ses effectifs d’intérimaires en 2010, avec une hausse de plus de 34 %. Vient ensuite le secteur tertiaire (+ 12,6 % en 2010), soutenu notamment par la hausse des contrats dans les métiers de la vente, du secrétariat, de la banque et du télé-conseil. Le secteur de la construction, qui n’a pas encore retrouvé ses niveaux de recrutements d’avant la crise, a quand même vu ses effectifs d’intérimaires augmenter de 5,5 %. En revanche, sur la même période, le secteur de l’agriculture a chuté de plus de 10 %.


Des missions de 1 à 3 semaines

 
Les durées moyennes des missions varient d’un secteur à l’autre : 1,3 semaine dans le secteur tertiaire, 1,6 semaine dans le secteur de l’agriculture, 2 semaines dans l’industrie, 2,6 semaines dans la construction. En 2010, la durée moyenne des missions, tous secteurs confondus, s’est allongée de 6,3 %.


Sources : DARES, Indicateurs, mars 2011 – Prisme, CP Conjoncture 2010, février 2011

Sandrine Chesnel

Sommaire du dossier
Sur le même sujet

Laisser un commentaire

Filtrer :

Commentaires
0


Nos vidéos


les entreprises à la une

un job, stage ou 1er emploi ?

Offres de jobs étudiants

Offres de 1er emploi

Offres de stages étudiants

Offres en alternance



globalExam_300_250

calcul-salaire

OK

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt. Gérer les cookies sur ce site