1. Première démission : 5 conseils pour soigner sa sortie
Boîte à outils

Première démission : 5 conseils pour soigner sa sortie

Envoyer cet article à un ami
Cela fait des mois que vous y pensez : vous voulez quitter votre job. Que vous ayez besoin de changer d’horizon ou que vous ayez trouvé mieux ailleurs, c’est décidé, vous allez démissionner. Comment procéder tout en “limitant la casse” pour votre future carrière ? Les conseils avisés de Virginie Loisel, directrice de Coach RH, et de Véronique Rivera, directrice du cabinet de recrutement Verinis.


DR

1. Tentez la rupture conventionnelle, surtout si vous n’avez pas signé ailleurs

En démissionnant, vous obtiendrez uniquement le solde tout compte, c’est-à-dire le montant des congés payés que vous n’avez pas encore utilisés. Il n’y a qu’une “démission légitime”, par exemple en cas de déménagement pour suivre votre conjoint(e), qui peut vous ouvrir le droit aux allocations chômage. Hormis ce cas, vous pouvez seulement prétendre au RSA (revenu de solidarité active) – environ 475 € par mois – si vous avez travaillé au moins 2 ans à temps plein. Un petit coup de pouce en attendant de rebondir…

Mais si vous n’avez pas de promesse de poste ailleurs, vous avez plutôt intérêt à négocier une rupture conventionnelle du contrat de travail avec votre employeur. Il s’agit d’une rupture à l’amiable, qui vous confère les “avantages” du licenciement, c’est-à-dire une indemnité et le droit aux allocations chômage. Principal défi : trouver un accord “gagnant-gagnant” avec votre employeur, pour qu’il accepte cet arrangement.


2. Restez “pro” jusqu’au bout, pour mieux négocier votre préavis

Dès que vous envisagez de quitter votre poste, vous pouvez gagner du temps en préparant votre départ. Comment ? En mettant vos dossiers à jour. Et en transférant vos compétences à vos collègues. Organisez-vous de façon à ne pas leur laisser votre travail sur les bras. “Plus le salarié est participatif et professionnel, plus il pourra négocier la durée de son préavis avec l’employeur et faciliter sa sortie”, assure Virginie Loisel.

La durée du préavis dépend du statut et de la convention collective. Généralement, elle est de 3 mois pour les cadres, de 2 mois pour les techniciens et d’un mois pour les employés. Pour partir plus tôt, vous devez donc conclure un accord avec votre employeur. Attention ! Si vous ne respectez pas le délai de préavis, celui-ci peut vous demander de l’indemniser à hauteur du salaire perçu pendant la période non travaillée.

À noter : vous ne pouvez rompre un CDD (contrat à durée déterminée) que si vous avez trouvé un CDI (contrat à durée indéterminée). Vous êtes alors tenu de respecter un préavis, calculé en fonction de la durée de votre contrat. Ce préavis est cependant négociable, mais ne peut dépasser 2 semaines.

3. Mettez les formes en privilégiant une annonce en face-à-face

Pour qu’une démission soit le moins mal accueillie, il est préférable de l’annoncer en face-à-face. Vous formaliserez ensuite votre décision par écrit. Le n+1 est l’interlocuteur privilégié, mais si vous travaillez dans une grande entreprise, vous devez aussi informer le DRH.

Véronique Rivera recommande de solliciter un entretien individuel avec son responsable direct. “Pas au café, mais dans son bureau. Il s’agit d’un entretien formel !” Une fois que “la bombe” est lâchée, appuyez votre annonce par un écrit, obligatoire dans la plupart des conventions collectives. “C’est mieux de remettre cet écrit en mains propres si l’échange a été cordial, plutôt que par courrier recommandé.” Sans omettre la mention “Remis en mains propres”.

4. Assurez vos arrières et ménagez vos futures références

Rien d’étonnant à ce que votre manager réagisse mal à l’annonce de votre départ. En particulier s’il s’est beaucoup investi dans votre intégration à l’entreprise et à votre formation au poste, et que vous commencez à être productif. Néanmoins, “il faut essayer de comprendre sa réaction en adoptant une attitude empathique”, observe Virginie Loisel. Votre n+1 sera peut-être amené à parler de vous, alors faites en sorte qu’il garde de vous la meilleure image possible, afin de vous recommander.

“Le contrôle des références se généralise en France”, prévient Véronique Rivera. Pour s’assurer de faire le bon choix, les recruteurs appellent vos précédents employeurs et collectent des informations à votre sujet. Le moindre grain de sable peut jeter un doute sur votre candidature.

Elle-même est adepte de cette pratique : “Je me souviens d’une candidate qui tardait à me donner des références. Elle m’a donné le contact de son n+2, mais pas de son n+1. C’était surprenant. J’ai appelé le n+2 mais il ne pouvait rien me dire à son sujet. Il m’a redirigée vers le responsable direct, qui s’est trouvé embarrassé.” La candidate avait été recrutée pour piloter une équipe alors qu’elle n’avait aucune expérience en management. Ne convenant pas pour le poste, elle était partie sans assumer sa décision. “Il s’agissait d’une erreur de recrutement, mais ça m’a laissé une impression mitigée”, conclut l’experte en recrutement. Dommage pour cette candidate, qui ménagera désormais ses références.

5. Préparez vos arguments pour les futurs recruteurs

“Pourquoi êtes-vous parti ?” C’est une question que vous ne pourrez pas éviter en entretien. Le contexte ne suffit pas toujours à comprendre une démission, et vos explications ont intérêt à être crédibles. Surtout si votre démission est précoce (moins de 2 ans). Les recruteurs redoutent les candidats “zappeurs”. Ils ont besoin d’être rassurés. En particulier dans les cabinets de recrutement, où ils présélectionnent des candidats pour leurs clients, et ont encore moins le droit à l’erreur.

Prenez le temps de préparer vos arguments pour ne pas réagir de façon abrupte. “Si le jeune diplômé a démissionné parce qu’il n’était pas motivé ou ne rentrait pas dans les codes de l’entreprise, il doit l’expliquer autrement qu’en se plaignant des horaires”, insiste Véronique Rivera. Ou en critiquant son précédent employeur. C’est le moyen le plus direct d’être éliminé.

Attention au “syndrome de la bougeotte”

“Quand on prend un nouveau poste, la 1ère année est consacrée à l’apprentissage, la 2e à son encrage, et seule la 3e année est vraiment productive”, affirme Virginie Loisel. Démissionner au cours des 2 premières années risque donc d’être nuisible pour votre évolution, tant en termes d’acquis que d’image. “Quand je reçois en entretien un candidat qui a quitté son emploi au bout de quelques mois, je me dis qu’il est instable et qu’il manque de crédibilité”, lâche Véronique Rivera. Pire : multiplier les expériences courtes. Une fois, ça passe à l’aide d’arguments solides. Deux fois, c’est trop !

  POUR ALLER PLUS LOIN
À découvrir aux éditions l'Etudiant :
"Le guide du CV de la lettre de motivation et de l'entretien", par Dominique Perez.