1. Cosmétique : la qualité et l’innovation
Témoignage

Cosmétique : la qualité et l’innovation

Envoyer cet article à un ami
Sommaire du dossier
Retour au dossier Aéronautique : une position à la fois transverse et exigeante Métallurgie : entre technique et management Energies : travailler sur une plate-forme pétrolière Produits de grande consommation : donner le tempo de la production Pneumatique : travailler au progrès de la mobilité Cosmétique : la qualité et l’innovation Conseil en stratégie : accompagner les entreprises dans leurs moments forts

Antoine Colson est ingénieur d’unité de production au sein de l’usine Faprogi de L’ORÉAL. Il est diplômé de l’ICAM Lille (2008). 

antoine colson l'orealLa qualité et l’innovation sont deux notions essentielles dans le secteur de la cosmétique, ce qui implique pour la production une forte capacité d’adaptation et une remise en cause perpétuelle. Nos usines sont composées d’une ou plusieurs unités de production, chacune en charge d’une technologie (shampoing, crème, mascara, aérosol etc.).
Dans chaque unité, on retrouve un responsable de production, un responsable de fabrication, des animateurs d’équipe, un responsable technique, un responsable planning court terme, un animateur performance et un ou deux ingénieurs d’unité de production, en fonction de la complexité de la technologie. A ce noyau s’ajoutent les opérateurs et les techniciens. Pour ma part, je travaille dans une unité de production fabriquant des shampoings.
Du marketing à l’usine Une fois que le marketing a identifié un besoin, il adresse un brief au développement, définissant la forme du flacon, le parfum, la texture... Le développement doit veiller à ce que ce brief soit réalisable, puis fait le lien entre le marketing et l’usine. C’est lui qui va nous donner le point de départ. Nous avons l’obligation d’être extrêmement flexibles car le marché est très volatile. L’industrie est là pour servir le marketing et surtout le client ! Au sein de mon unité de production, nous travaillons sur des projets d’investissement ou d’amélioration continue. En tant qu’ingénieur d’unité de production, j’occupe un rôle de chef de projet.

Un exemple de projet


Imaginons que le marketing dessine un nouveau flacon de shampoing. Il va falloir adapter l’outil industriel et pour cela, deux options se présentent à nous : acheter une nouvelle ligne de production ou adapter la ligne existante. Dans le cadre d’un projet d’investissement,l’ingénieur d’unité de production va devoir travailler avec différents acteurs du groupe: le développement, la sécurité, la qualité, les achats, le packaging, la logistique ou encore les opératrices et les techniciens qui seront amenés à travailler sur la ligne. En parallèle, l’équipe centralisée d’ingénierie du Groupe va lui apporter un support technique.
Chez L’Oréal, la culture du participatif est très forte. Nous organisons des groupes de travail durant lesquels chacun a la possibilité d’exprimer son opinion, l’idée étant que tout le monde ait le même poids dans la décision finale et soit moteur du projet. Ainsi, lorsque le projet va être mis en place, il sera accepté de tous et il n’y aura pas de risque de rupture. Cela nécessite plus de temps qu’un projet clé en main mais le résultat est évidemment meilleur !

Les qualités nécessaires


Du fait de l’activité court-terme, le relationnel occupe une place prépondérante dans l’usine et donc dans le quotidien de l’ingénieur d’unité de production qui doit savoir s’adapter à ses nombreux interlocuteurs. Par ailleurs, travailler dans un domaine en constante évolution requiert de la réactivité et de la flexibilité. La persévérance est également essentielle car il nous arrive parfois de nous investir dans des projets qui finalement ne seront pas menés à terme.

Les premiers pas


Chez L’Oréal, l’apprentissage se fait par l’expérience : dès mon arrivée, j’ai été lancé dans le grand bain ! L’ingénieur débutant est un ingénieur pépinière qui, pendant ses premières années, effectue des remplacements lui permettant de découvrir différents métiers, de connaître les gens avec qui il sera amené à travailler et de développer des compétences managériales.
Au bout de 3 ans, il peut choisir l’orientation qu’il souhaite donner à sa carrière en connaissance de cause. Généralement, l’étape suivante pour l’ingénieur d’unité de production est le poste de responsable de fabrication.