1. Relations entre collègues : discrétion absolue
Boîte à outils

Relations entre collègues : discrétion absolue

Envoyer cet article à un ami
Sommaire du dossier
Retour au dossier Relations au bureau : ça passe… ou ça casse ! Comment séduire sur son lieu de travail ? Relations entre collègues : discrétion absolue

Près d’un tiers des rencontres amoureuses se font sur le lieu de travail, entre célibataires mais aussi pour des liaisons extraconjugales. L’élue de votre cœur se cache peut-être dans les couloirs de votre entreprise ! Mais attention : le dicton « No zob in job » que l’on vous énonce dès lors que vous avez un regard insistant sur un collègue n’est pas à prendre à la légère.

Certaines règles sont à observer. Vos conditions de travail comme votre réputation en dépendent. Plus encore que dans la vraie vie, évitez de vous vanter et de collectionner les conquêtes qui se connaissent. Discrétion absolue !


Pour vivre heureux, vivons cachés


Pour éviter que la rumeur n’enfle et que vous ne passiez pour une personne légère, briseur ou briseuse de ménage ou soupçonné(e) de favoritisme s’il y a un rapport hiérarchique dans votre relation, mieux vaut garder jalousement votre secret. Lucie s’en est mordue les doigts lors de son premier stage. "J’étais jeune et célibataire, s’excuse-t-elle. Deux jours après le début du stage, à l’occasion d’une journée libre passée avec un collègue qui m’avait proposé de me faire visiter la ville, nous avons flirté. Nous arrivions et repartions ensemble. À une soirée entre collègues, le pot aux roses a été dévoilé. J’étais définitivement “la bonne stagiaire” dans le sens péjoratif du terme."


Ne prenez pas l’entreprise comme terrain de chasse


Une aventure, passe encore. L’entreprise peut d’ailleurs aisément comprendre. Votre image sera moins aisée à gérer au-delà. Veillez également à ne pas faire les frais d’un petit jeu auquel peuvent se livrer certains managers. Exemple entendu : le cas de directeurs se livrant à une réelle compétition. C’est à celui qui aurait développé le plus de relations sexuelles avec des employées. La règle tacite étant que chacun des directeurs avait le droit, en premier, de tenter sa chance avec une nouvelle recrue. Gare !


À savoir : Faire son coming-out
La relation devient un secret de polichinelle, les rumeurs enflent et vous pensez que votre amourette cachée mérite d’éclater au grand jour ? Il est temps de penser à faire votre coming-out. Quelques règles de bienséance sont à observer.
• Mieux vaut prévenir son supérieur en premier. Non seulement parce qu’il a un droit de regard sur l’équilibre de son service, mais surtout pour ménager sa susceptibilité en évitant qu’il soit prévenu en dernier.
• Évitez le faire-part ou le mail officiel pour l’annoncer au reste de l’équipe. Ces choses se disent de façon très informelle, par exemple autour de la machine à café et lors de petits comités de discussion. Ensuite, tout se sait très vite dans une entreprise.
• Faites confiance à votre intuition. Laissez tomber le coming-out si vous sentez que votre entreprise pratique la règle "no zob in job" stricto sensu. Certains managers ne supportent pas d’imaginer que des personnes puissent s’embrasser et s’entrelacer au bureau. Certains risquent de vous pourrir la vie, de demander votre mutation, de vous changer de service, etc.


Évitez de vous en vanter

Toute vantardise sur vos exploits d’étalon ou d’ensorceleuse est un vilain péché. Cela ne vous apportera que des ennuis : vous passerez pour un être sans scrupule, sans éducation et peu fiable. Autant de qualificatifs qui peuvent déteindre sur votre façon de gérer votre travail et votre poste.


Restez productif et gardez l’esprit d’équipe


La plupart des couples préfèrent rester cachés pour ne pas donner à la direction un argument du type "il travaille moins à cause de ça". Vous avez été embauché pour produire un travail et être performant. Pas pour conter fleurette dans les couloirs ou ressasser vos états d’âme bien calfeutré derrière votre ordinateur. De même, une relation fusionnelle au bureau nuit gravement à la bonne marche d’une équipe. Cela peut fausser l’ambiance de travail et léser le projet d’entreprise. Attention à ne pas s’exclure et exclure les autres.


Bannissez l’acte sur le lieu de travail


Consommer une relation sexuelle au bureau est peut-être grisant, mais très sûrement dangereux. C’est une infraction à "la bienséance et aux bonnes manières" qui peut mettre un frein à votre carrière.


Rompez "proprement"


Si les choses tournent mal, vous devez tenter d’aborder votre travail aussi sereinement qu’avant. Pour éviter que les rancœurs et ressentiments ne portent préjudice à l’entreprise et à votre carrière, vous devez rompre dans les règles. Cela veut dire : ne jamais prendre à témoin vos collègues de travail, rester discret sur les détails de votre rupture, ne pas attaquer directement votre ex. Et si possible faire évoluer vos postes pour ne plus avoir de rapports directs entre vous.


Repères : Ce que dit la loi
La loi ne se mêle pas de votre comportement sexuel, du moins quand il est désiré. Encore faut-il que cela reste dans certaines limites et que cela ne perturbe pas outre mesure le travail de vos collègues. Avoir envie de tester le confort du bureau du chef avec votre collègue est certes excitant mais comporte un risque. Les relations sexuelles au sein de l’établissement constituent en effet une infraction à "la bienséance et aux bonnes manières". Elles peuvent être une base de licenciement pour raison grave.
Si vous vous estimez victime d’insinuations ou de gestes déplacés, sachez que cela s’appelle du "harcèlement sexuel". Depuis la loi de modernisation sociale de 2002, ce harcèlement est passible d’une sanction disciplinaire prononcée par l’employeur, voire d’un versement de dommages et intérêts, variables selon le préjudice subi, pour peu que la victime se soit constituée partie civile. Contrairement à ce que l’on croit, il n’est pas besoin d’une subordination hiérarchique, il est également valable entre collègues de même niveau hiérarchique.