1. Savoir réseauter : trois clichés à chasser de votre esprit
Coaching

Savoir réseauter : trois clichés à chasser de votre esprit

Envoyer cet article à un ami
Même si vous n'avez pas encore le bras long, rien ne vous empêche de commencer à bâtir votre réseau pro. // © Fotolia
Même si vous n'avez pas encore le bras long, rien ne vous empêche de commencer à bâtir votre réseau pro. // © Fotolia

“Bosse ton réseau !” Ce conseil qu'on vous a sans doute rabâché a le don de vous agacer… Le hic ? Vous ne savez pas comment procéder. Dans une chronique régulière, Maxime Maeght, auteur de “Étudiants, jeunes professionnels : comment construire votre réseau”, vous donne ses astuces. Cette semaine, on lutte contre trois clichés du networking qui ont la vie dure.

Le réseau, on ne vous parle que de ça et à chaque fois vous vous dites “je ne connais personne de très influent”… Eh bien détrompez-vous. La preuve par trois.

1. “Je n'ai pas de réseau”

Qui a dit que pour réseauter, il fallait connaître beaucoup de monde et forcément des personnes très importantes socialement ? Car c'est faux ! Tout le monde dispose d'un réseau, même le plus jeune d'entre vous, simplement parce que toutes les personnes que vous connaissez constituent votre réseau. Alors ne sous-estimez pas l'étendue de leur carnet d'adresses… et potentiellement du vôtre !

Pour évaluer le nombre de personnes que vous connaissez, commencez par les lister parmi :
• votre famille,
• les amis de la famille,
• vos amis
• les amis de vos amis,
• vos camarades d'école,
• les personnes que vous avez connues lors de vos différentes expériences professionnelles quelles qu'elles soient (stages, jobs d'été, etc.).
Cela commence déjà à faire du monde. Voilà pour l'acquis.

Maxime Maeght

Intéressez-vous maintenant au potentiel de votre carnet d'adresses. N'oubliez jamais que vous ne savez pas qui va devenir “quoi”. Une des clés du succès d'une démarche de réseautage consiste à tenir une liste de vos contacts aussi à jour que possible, afin de disposer d'une vision panoramique de tout ce petit monde. Même si cela vous semble fastidieux à première vue, vous gagnerez un temps précieux en le faisant.

C'est enfin en utilisant les réseaux sociaux professionnels, comme LinkedIn ou Viadeo, que vous arriverez le mieux à garder le contact avec des personnes qui vous seront peut-être utiles un jour.

2. “Tout se passe dans les cocktails”

Ce n'est pas parce que vous n'êtes pas (encore) invité aux réceptions de l'ambassadeur que tout est perdu. Tous ceux et celles qui ont un beau carnet d'adresses ne sont pas pour autant amateurs de petits fours ! Si les cocktails et autres mondanités font partie du réseautage, ne misez pas trop sur eux pour donner un coup d'accélérateur à votre carrière.

Networker efficacement revient d'abord à se rendre utile à ses contacts. Aider un de vos camarades à décrocher un stage en le mettant en relation avec la bonne personne, c'est déjà réseauter. En envoyant vos vœux de fin d'année à votre ancien employeur, vous réseautez aussi. Et peut-être même de manière bien plus efficace qu'en écumant toutes les soirées auxquelles vous êtes invité(e) dans le seul but de glaner des cartes de visite.

3. “Seuls les étudiants des grandes écoles peuvent réseauter”

Ne croyez pas que le réseautage soit réservé à une élite académique. Certes, une scolarité au sein d'une école prestigieuse permet de créer des liens avec des personnes disposant d'un fort potentiel, ce qui constitue un précieux atout. Pour autant, il est possible de construire son réseau au fil du temps sans avoir fait de grande école. Tout dépendra de votre méthode (encore et toujours chercher à se rendre utile), de votre persévérance et de vos prédispositions.

Et inversement, ce n'est pas parce que vous êtes diplômé d'un établissement prestigieux que votre réseau est fait, ni acquis : il faut le dompter, notamment en apprenant à utiliser le potentiel des alumni et autres réseaux d'anciens diplômés.

À lire pour aller plus loin

“Étudiants, jeunes professionnels : comment construire votre réseau”, éditions Eyrolles, par Maxime Maeght.