1. Tourisme : nouveaux ou classiques, 10 métiers pour aller au bout de vos rêves
Boîte à outils

Tourisme : nouveaux ou classiques, 10 métiers pour aller au bout de vos rêves

Envoyer cet article à un ami
Florie, 29 ans, est journaliste pour Voyageons autrement et consultante en communication digitale pour des entrepreneurs du tourisme responsable. // © Photo fournie par le témoin
Florie, 29 ans, est journaliste pour Voyageons autrement et consultante en communication digitale pour des entrepreneurs du tourisme responsable. // © Photo fournie par le témoin

Le tourisme, un traditionnel poids lourd de l'économie française. Aujourd'hui, le secteur se transforme sous l'effet du numérique et des préoccupations environnementales. L'Etudiant fait le point sur les métiers du secteur qui recrutent.

En France, le secteur du tourisme représente 7,4 % du PIB (produit intérieur brut), 350.000 entreprises et deux millions d'emplois. Effacé l'impact négatif des attentats de 2015 et 2016. En 2017, la fréquentation touristique est repartie à la hausse, notamment à Paris ou sur la Côte d'Azur.

Le secteur innove pour s'adapter aux goûts et aux nouvelles exigences de la clientèle. Dans le tourisme d'affaires et de congrès par exemple, il s'agit de retenir le temps d'un week-end une clientèle qui voyage d'abord pour des raisons professionnelles. C'est le créneau en vogue du "bleisure", mélange de business et de loisirs ("leisure" en anglais). En outre, chaque année, de nombreuses start-up se lancent dans le monde du voyage sur des créneaux originaux et le tourisme durable apparaît comme une vraie tendance de fond.

"Le monde du voyage doit intégrer les préoccupations de respect de l'environnement, des territoires et des populations. Le tourisme responsable n'est pas animé par le pur opportunisme et le profit", explique Florie Thielin, journaliste freelance pour Voyageons autrement, un site d'informations, et consultante en communication digitale. La jeune femme de 29 ans a également participé à la création d'une plate-forme collaborative, Hopineo.org, qui recense les bonnes pratiques à travers le monde et permet de voyager à moindres frais en faisant du troc de compétences.

Bref, de belles opportunités d'emplois et de carrières existent dans ce secteur qui reste florissant au niveau mondial. Zoom sur 10 métiers porteurs.

1. Chef de produits touristiques 

Ce poste reste un maillon clé dans la chaîne des métiers du voyage. Le chef de produit élabore un circuit ou un séjour touristique présenté en brochure. Il calcule les prix et coordonne les étapes de réalisation, du montage du produit jusqu'à sa mise sur le marché. En fonction des prestations proposées par les différents intervenants (compagnies aériennes, autocaristes, hôteliers...), il les sélectionne et conçoit le programme d'activités (visites de sites, excursions, animations, etc). 

Un master en tourisme effectué à l'université, un diplôme d'école de commerce ou un BTS (brevet de technicien supérieur) tourisme avec quelques années d'expérience permettent d'accéder au métier. Attention, ce dernier a évolué. "Un chef de produit touristique voyage moins qu'avant et travaille une grande partie de son temps derrière un écran", prévient Marc Gibiat, le directeur de La Rochelle School of Tourism and Hospitality. Reste qu'être passionné de voyages et fin connaisseur des destinations reste un pré-requis !

Le salaire d'un chef de produits touristiques débutant varie de 1.480 à 2.000 € bruts par mois pour un temps plein.

2. Conseiller voyages

Dans une agence de voyages en "dur" ou, de plus en plus, en ligne, le métier est le même : renseigner le client sur les circuits, les séjours, les locations, les activités... et lui vendre des vacances inoubliables. Un métier qui exige des qualités relationnelles (sens du service, ouverture aux autres, dynamisme...) et des compétences techniques et commerciales (maîtrise des outils de réservation, connaissance du monde du voyage et des produits touristiques...). 

Evaneos et Marco Vasco, deux grosses agences de voyages en ligne, recrutent régulièrement de tels conseillers. Promovacances, le leader des ventes de voyages en ligne, cherche également en 2017 des agents de voyage. Le métier reste accessible avec un BTS tourisme même si une licence professionnelle peut permettre d'acquérir une spécialisation bien utile : histoire et patrimoine, veille touristique, tourisme festivalier...

Le salaire d'un conseiller voyages s'élève à 1.480 € bruts mensuels par mois en début de carrière.

3. Réceptionniste d'hôtel 

Classique, ce métier de l'accueil continue de fournir des milliers d'offres d'emplois chaque année. Le ou la réceptionniste jongle entre l'accueil des clients, le planning des réservations de chambres, les demandes d'informations sur les attractions touristiques des environs et l'encaissement du paiement une fois le séjour des clients achevé. Excellente présentation, sens de l'accueil, parfaite organisation et maîtrise de l'anglais (au minimum) sont les qualités indispensables pour être un bon réceptionniste.

On peut accéder au métier de réceptionniste parfois avec le CAP services hôteliers, mais plus facilement avec le bac technologique STHR (sciences et technologies de l'hôtellerie et de la restauration) services hôteliers, une mention complémentaire accueil-réception ou mieux le BTS hôtellerie-restauration option mercatique et gestion hôtelière.

Le salaire d'un réceptionniste d'hôtel débutant avoisine les 1.350 € bruts mensuels.

Test : Êtes-vous fait(e) pour les métiers de l'hôtellerie et la restauration ?

4. Yield manager / revenue manager

"Le revenue manager est chargé d'adapter nos tarifs en fonction de différents paramètres comme le taux d'occupation, la saison de l'année ou la présence de congrès", explique Anne Bréard, la DRH (directrice des ressources humaines) de l'hôtel Renaissance (330 chambres, 130 salariés) du groupe Marriott, à Paris. En liaison avec le service commercial et le service financier, le revenue manager ou yield manager a pour rôle de maximiser les revenus de l'hôtel en vendant ses prestations au meilleur prix : chambres, salles de conférences, spa... Un emploi qui exige d'être à l'aise avec les chiffres et de savoir communiquer.

Car il s'agit aussi de faire comprendre la politique de prix aux différents services : le directeur de l'hôtel, le chef de réception ou le service marketing. Ce type de poste à responsabilité est surtout accessible avec un bac+5 : diplôme d'école de commerce, master en gestion, master en tourisme...

Le salaire d'un yield manager ou revenue manager débutant varie de 2.000 à 2.500 € bruts par mois.

5. Guide conférencier

Musée, exposition temporaire, conférence en salle ou accompagnement de groupe... Le ou la guide communique ses connaissances dans un domaine culturel patrimonial ou scientifique au public de manière sensible et vivante. On ne s'improvise pas guide conférencier ! Une carte professionnelle nationale est exigée pour exercer.

Une dizaine d'universités en France proposent des cursus en licence professionnelle ou des masters de guide conférencier : Perpignan Via Domitia, Toulouse Le Mirail, Lyon 2, Angers, Clermont-Ferrand, Paris-Est-Marne La Vallée, Corse Pasquale Paoli, Paris-Nanterre, Nice-Sophia-Antipolis, Littoral Côte d'Opale, ainsi que le CNAM.  

Vous devrez aussi maîtriser au moins une langue étrangère, une langue régionale ou encore la langue des signes.

Le salaire d'un guide conférencier débutant s'élève de de 1.450 à 1.500 € bruts mensuels.

Lire aussi le témoignage de Séverine : "Je vais valoriser le patrimoine naturel du Luberon !"

6. Animateur, éducateur sportif, directeur de centre de vacances

Beaucoup de postes sont à pourvoir, souvent en contrats saisonniers ou CDD (contrat à durée déterminée). L'UCPA, spécialisé dans le tourisme social et sportif pour les jeunes, recrute ainsi plusieurs centaines de personnes chaque saison dans les métiers du sport et de l'animation : animateurs sportifs, maîtres-nageurs, accompagnateurs de moyenne montagne, directeurs de centre de vacances, etc.

Pour exercer comme moniteur sportif, vous devez être titulaire d'un diplôme type BPJEPS (brevet professionnel de la jeunesse, de l'éducation populaire et sportive) correspondant à l'activité enseignée : BPJEPS activités nautiques, activités équestres, golf, vol libre, etc. Les titulaires du BNSSA (brevet national de sécurité et de sauvetage aquatique), du BEESAN (brevet d'État d'éducateur sportif des activités de la natation) ou du BPJEPS activités aquatiques et natation sont aussi très recherchés pour l'été.

"Nous peinons à recruter des surveillants de baignade, des sauveteurs et des secouristes", constate ainsi Damien Le Bour, chargé de développement à la fédération nationale Profession sport et loisirs, qui propose une bourse d'emplois dédiée aux métiers des sports et de l'animation.

Le salaire d'un moniteur de sport débutant varie de 1.480 à 2.000 € bruts mensuels.

Lire aussi : Sport, des métiers qui bougent

7. Coach sportif

Le sport santé est à la mode. "Mais, en France, la professionnalisation du sport est compliquée. Difficile d'en vivre. Le milieu associatif a peu d'argent", explique Wilfried Phan, 26 ans, qui vient de lancer sa micro-entreprise, WP Personnal training, à Nice. Celle-ci propose ses services de coach sportif et préparateur physique. Le jeune homme a acquis une expérience d'entraîneur dans un club de taekwondo lyonnais durant ses études de STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives) à Lyon.

"Je suis titulaire d'un master en préparation physique et mentale et réathlétisation", précise le jeune homme. En 2015, Wilfried a travaillé en Australie et donné des cours dans un centre d'arts martiaux de Sydney. Pour compléter son bagage de formations, il a aussi obtenu deux DEJEPS (diplômes d'État de la jeunesse et de l'éducation populaire et sportive), l'un en taekwondo, l'autre en lutte.

Le salaire d'un entraîneur sportif est très variable. Comptez 2.000 € bruts mensuels pour un débutant. Mais les revenus sont beaucoup plus aléatoires si vous êtes coach sportif indépendant.

8. Consultant en ingénierie touristique et culturelle

Études d'opportunités et de faisabilité, élaboration de stratégie de développement d'une destination, conseil opérationnel… Le consultant en ingénierie touristique et culturelle travaille dans des cabinets de conseil spécialisés comme Protourisme, Headlight, etc. "Il existe des besoins importants de profils capables d'observer, analyser et faire des recommandations aux différents acteurs du tourisme : collectivités locales, office du tourisme, voyagistes, chaînes hôtelières, etc.", observe Marc Gibiat, le directeur de La Rochelle School of Tourism and Hospitality.

L'accès à ce type de poste s'effectue avec un diplôme bac+4 ou bac+5, comme un master en tourisme. Exemples de formations universitaires : le master 2 "tourisme culturel et territoires, ingénierie de projets" de l'université Paris 3, ou le master 2 en e-tourisme de l'université de Nice. Beaucoup d'écoles privées proposent également des MBA et recrutent après une L3.

Un consultant en ingénierie touristique junior peut gagner 2.500 € bruts par mois.

9. Data analyst / data scientist

"Comme de nombreux secteurs économiques, la donnée est la préoccupation majeure des acteurs du tourisme. C'est le nerf de la guerre dans un secteur où il est nécessaire de toujours mieux comprendre le client", explique Dominique Reau-Diet, professeur associé en "hospitality & tourism education" à l'école de tourisme de La Rochelle. Pour les entreprises touristiques, il s'agit de collecter des données numériques et de les analyser pour mieux cibler les besoins des clients et leur faire des offres personnalisées. Une école d'ingénieurs ou un cursus MIAGE (méthodes informatiques appliquées à la gestion des entreprises) à l'université sont les grandes voies de formation pour accéder au métier de data scientist.

Test : Êtes-vous fait pour être data scientist ?

10. Chief Millennial Officer

Métier émergent, voire métier d'avenir, ou effet de mode ? Sur le modèle du métier de Chief Happiness Officer, chargé de distiller la bonne humeur au travail, un grand hôtel de luxe à Mexico a créé un poste de Chief Millennial Officier pour mieux répondre aux attentes spécifiques de la jeune clientèle, les "millennials", nés aux alentours de l'an 2000. Un poste confié à une jeune diplômée de 26 ans en phase avec les exigences de cette génération !