1. Sécurité sociale et complémentaire santé : tout savoir sur les mutuelles étudiantes
Boîte à outils

Sécurité sociale et complémentaire santé : tout savoir sur les mutuelles étudiantes

Envoyer cet article à un ami
Il est obligatoire de s'inscrire à la Sécurité sociale. // © Shutterstock
Il est obligatoire de s'inscrire à la Sécurité sociale. // © Shutterstock

Est-ce obligatoire de souscrire une mutuelle étudiante ? Comment choisir sa complémentaire santé ? Quelles démarches entreprendre et à quel moment ? Ne négligez pas cette étape administrative nécessaire de la rentrée !

Dès le début de l'année universitaire, vous devrez vous préoccuper de votre couverture santé en même temps que votre inscription. Souscrire à la Sécurité sociale (assurance maladie) est obligatoire, alors que la complémentaire santé est facultatif, même si vivement conseillé pour vous faire rembourser le mieux possible vos frais de spécialistes (dentiste, ophtalmo, gynéco…) ou se couvrir en cas d'accident nécessitant une hospitalisation.

Une sécurité sociale étudiante obligatoire

À la rentrée, lors de votre inscription administrative, vous devrez souscrire au régime étudiant de la Sécurité sociale, en adhérant à l’une des mutuelles étudiantes. Parmi celles-ci on trouve la LMDE, des mutuelles régionales comme la SMEREP (en région parisienne), ou encore le réseau EMEVIA (MEP, Smerra…). Les remboursements sont les mêmes, la seule différence réside dans la qualité de la prestation (rapidité des versements, disponibilité au téléphone, proximité géographique…).

Pour vous inscrire, vous devez remplir un formulaire (pensez à prendre votre numéro de carte Vitale !) auprès de votre mutuelle choisie (souvent sur un stand lors des chaînes d’inscriptions), indiquez votre choix lors de l’inscription administrative et régler les frais annuels pour cette souscription (217 € pour 2017–2018) en même temps que vos frais de scolarité. Vous avez la possibilité de régler la cotisation en trois fois : le premier versement doit être effectué le jour de l’inscription et les deux autres doivent être réalisés les deux mois suivants.

Une fois inscrit auprès d’une mutuelle étudiante, l’étudiant est couvert du 1er septembre de l’année en cours jusqu’au 31 août de l’année suivante. Il ne faut pas oublier de mettre à jour sa carte Vitale (dans une pharmacie par exemple) et remplir un document pour déclarer son médecin traitant.

Vers une suppression de la Sécurité sociale étudiante ?

Cette obligation, est actuellement remise en question par une promesse électorale d’Emmanuel Macron : supprimer le régime étudiant de la Sécurité sociale, en rattachant les étudiants au régime général ou à celui de leurs parents (MSA si les parents sont agriculteurs…). Cette proposition fait suite à la crise de gestion de la LMDE. La réforme envisagée devrait être connue à l’automne 2017, au moment de la présentation à l’Assemblée nationale du projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018.

Les cas d’exceptions pour la Sécurité sociale

Les étudiants boursiers ou qui ont moins de 20 ans pendant l’année scolaire à venir sont exemptés de verser une cotisation pour la Sécurité sociale étudiante.

Si l’étudiant est inscrit dans plusieurs établissements supérieurs, il ne règle la cotisation qu’une seule fois lors de sa première inscription. Attention, les écoles privées non reconnues par l’État ne permettent pas de souscrire au régime étudiant de la Sécurité sociale.

D’autres cas particuliers existent, pour cette fois-ci déroger à l’obligation du régime étudiant :
pour les étudiants qui travaillent pendant leurs études, si leur contrat de travail débute au plus tard le 1er septembre et qu’ils effectuent au moins 150 heures de travail sur 3 mois ou 600 heures par an, ils relèvent alors du régime général de la Sécurité sociale de son lieu de résidence.
pour les étudiants qui sont rattachés au régime d’assurance maladie de leur conjoint, partenaire pacsé ou concubin.
– pour les étudiants qui ont entre 16 et 19 ans et dépendent d’un parent dont la profession relève d’un régime spécifique (militaire, fonctionnaire international, artisan, commerçant, etc.).
– pour les étudiants entre 16 et 28 ans qui ont un de leurs parents agent de la SNCF.

Souscrire à une mutuelle complémentaire étudiante ou à celle des parents ?

En plus de vous inscrire à la Sécurité sociale, vous pouvez également adhérer à une complémentaire santé, auprès d’une mutuelle étudiante ou une autre. Les formules sont variées et coûtent selon les prestations couvertes entre 8 et 40 € par mois.

Sans cette couverture, les frais qui restent à votre charge peuvent rapidement devenir exorbitants. Sachez par exemple qu’un séjour à l’hôpital ou des soins dentaires sont mal remboursés par la Sécurité sociale. Faire l’impasse sur une mutuelle est donc risqué.

Lire aussi : Se soigner sans médecin, bonne ou mauvaise idée ?

Si vous avez des difficultés financières, renseignez-vous sur la CMU (Couverture maladie universelle), qui permet aux plus défavorisés de bénéficier gratuitement d’une mutuelle.

Près de la moitié des étudiants font le choix de se rattacher à la mutuelle complémentaire de leurs parents. Il faut prévenir l’organisme que vous êtes passé au régime étudiant de la Sécurité sociale et renseignez-vous afin de savoir les conditions de ce rattachement (limite d’âge, cotisation supplémentaire à payer…).

Les mutuelles étudiantes proposent aussi leur offre de complémentaire santé, à laquelle vous pouvez souscrire également au moment de votre inscription sur leur stand ou plus tard. Leur particularité : une offre plus adaptée aux jeunes au niveau des remboursements ciblés (frais de spécialistes, ophtalmologue, dentiste, gynéco… ou encore remboursement de la pilule ou des aides au sevrage tabagique).

Des aides spécifiques en Île-de-France

Le Conseil régional d’Île-de-France a voté en juillet 2017 le doublement de l’aide au paiement d’une complémentaire santé pour les étudiants boursiers. Elle passe de 100 à 200 €. Sont concernés les "étudiants boursiers inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur francilien ou dans un institut de formation sanitaire et sociale", mais pour en bénéficier ils devront obligatoirement souscrire à la complémentaire santé Harmonie Mutuelle, qui n’est pas une mutuelle étudiante.