1. Bourses : risquez-vous de tout perdre en cas d'absentéisme ?

Bourses : risquez-vous de tout perdre en cas d'absentéisme ?

Envoyer cet article à un ami

Vous préférez profiter des joies de la vie étudiante plutôt que d'aller en cours ? Alors que la Cour des comptes milite pour un renforcement du contrôle de l'assiduité, le point sur les risques que vous encourez en cas de crise d'absentéisme aigu.

Vous touchez une bourse d'études, mais aller en cours n'est pas votre activité favorite... Légalement, pour toucher cette aide, vous avez l'obligation d'être présent aux examens, aux TD (travaux dirigés), aux TP (travaux pratiques), aux stages obligatoires et à la remise des devoirs auprès de l'établissement en cas d'enseignement à distance.
Pour vérifier votre présence, les CROUS (centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires) transmettent aux établissements la liste des boursiers concernés. Ainsi, il appartient aux écoles de retourner le document en désignant les étudiants non assidus aux cours ou aux examens. Si vous ne respectez pas ces règles, un remboursement peut vous être demandé.

L'assiduité, notion variable...

Sur le terrain, les pratiques des établissements sont très différentes, indique la Cour des comptes dans son rapport 2015. "Dans les CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles) et les STS (sections de techniciens supérieurs), le défaut d'assiduité se mesure le plus souvent par demi-journée ou heure d'absence, avec des seuils variables." Par exemple, dans l'académie d'Amiens, le critère de non-assiduité varie entre 15 et 40 demi-journées d'absence non justifiées par semestre, ou entre 30 heures et 60 heures d'absence.

Dans les universités, le contrôle de présence aux cours magistraux n'est jamais effectué, assure la Cour des comptes. Le contrôle en TD et en TP relève quant à lui des unités de formation et de recherche. Et dans certains cas, "il suffit à l'étudiant pour être considéré comme assidu de s'être présenté à un seul examen – y compris en rendant une copie blanche". Sans compter que la sanction peut être différente d'un lieu à l'autre : aucune règle ne définit le nombre de mois de bourse à rembourser.

La sanction, l'exception

Les cas de remboursement sont donc très rares. En 2013, ils représentaient moins de 0,2 % des bourses versées. Mais si le risque de perdre votre aide est faible bien que réel, gardez surtout à l'esprit qu'au-delà de l'aspect financier, sans raisons valables, c'est avant tout votre temps que vous risquez de perdre en étant trop absent...

Les cas de dispense d'assiduité
Dans certaines situations, l'absentéisme peut tout à fait se justifier. Dans certaines universités, vous bénéficierez ainsi d'une dispense d'assiduité si vous êtes salarié avec, entre autres, la possibilité de ne pas être noté au contrôle continu. Pour Juliane Charton, élue du syndicat UNEF au CNOUS, le mythe de l'étudiant fraudeur a vécu. "Dans la plupart des cas, la situation justifie les absences, que ce soit parce que l'étudiant est obligé de travailler en parallèle, ou pour des raisons de santé, ou encore personnelles."
D'autres dispenses sont en effet envisageables pour raisons familiales ou médicales ou pour les sportifs de haut niveau. Il faudra bien sûr le justifier pleinement auprès du secrétariat de la formation en début d'année ou début de semestre.

À LIRE AUSSI

- Bourses et aides : questions/réponses.
- Comment s'assurer au meilleur prix.
- Les prêts étudiants à la loupe.
- Des bourses pour financer vos études.
- Budget étudiant : nos astuces pour dépenser moins.
- Notre chat spécial "bourses et logement étudiants" : l'Etudiant répond à vos questions.
- Pour partager vos expériences et poser vos questions, rendez-vous sur le forum "Bourses".
- Calculez votre budget étudiant grâce à notre simulateur exclusif pour le prix de vos études.
- Aides financières : les coups de pouce pour étudier.
- Un prêt accessible à tous les étudiants.