1. Rentrée 2017 : le coût de la vie étudiante augmente encore
En bref

Rentrée 2017 : le coût de la vie étudiante augmente encore

Envoyer cet article à un ami
Le loyer reste le principal poste de dépenses des étudiants. // © plainpicture/Westend61/Jo Kirchherr
Le loyer reste le principal poste de dépenses des étudiants. // © plainpicture/Westend61/Jo Kirchherr

À la rentrée 2017, les dépenses fixes des étudiants vont augmenter. Quelques euros en plus sur le logement, les transports ou encore la Sécurité sociale, qui pèsent à la fin du mois, selon l'enquête de l'UNEF publiée le 20 août 2017.

Le coût de la vie augmente de 2,09 % pour les étudiants en cette rentrée, selon l’enquête UNEF 2017. Si les frais d’inscription à l’université et le prix du ticket RU sont gelés, le coût de la Sécurité sociale est lui passé de 215 à 217 €.

Un loyer plus cher

Le premier poste de dépenses fixes des étudiants est touché : dans 37 villes universitaires les loyers des petites surfaces augmentent. À Grenoble, la hausse est par exemple de 4,34%. Le syndicat étudiant préconise d’appliquer l’encadrement des loyers, comme à Lille, bonne élève, où l'on constate une baisse de 0,33 % des loyers.

Autre chiffre pointé par l’UNEF : seulement 7,4 % des étudiants sont logés dans une résidence CROUS, qui propose des tarifs abordables pour les budgets étudiants. Avec ces loyers onéreux, la baisse mensuelle de 5 € des APL est toujours difficile à digérer pour les étudiants.

Hausse des tarifs des transports

Les abonnements aux transports en commun augmentent aussi à cette rentrée 2017–2018. La hausse du pass Navigo a suscité la colère des étudiants d’Île-de-France sur les réseaux sociaux. En effet, il connaît une hausse de 2,43 % : l'abonnement annuel coûte désormais 342 € par an. À Tours, Rennes, Dijon et Lyon, il faudra débourser plus de 300 € par an pour son abonnement.

Pour réussir à boucler leurs fins de mois, les étudiants sont 46 % à exercer une activité rémunérée pendant leurs études, selon l’enquête OVE publiée en avril 2017. Parmi ces jeunes salariés, 17,7 % constatent un impact négatif sur leurs résultats d’études.

Poitiers, ville la moins chère

Les dépenses des étudiants sont très inégales d'une ville à l'autre. Dans son classement des villes selon le coût de la vie étudiante, l'UNEF place Paris, comme ville la plus chère avec 1.193 € par mois, tandis qu'un étudiant à Poitiers ne dépensera que 714 € par mois. Une différence qui s'explique principalement par les prix des loyers : à Paris un logement coûte en moyenne 824 € contre 324 € à Poitiers.

Le classement montre aussi des écarts importants concernant les abonnements étudiants des transports en commun. En province, Tours est la ville la plus chère (331,20 €), soit plus de trois fois le tarif pratiqué à Limoges (90 €). L'enquête salue aussi les tarifs adaptés appliqués dans certaines villes : à Toulouse l'abonnement annuel est de 100 € pour les étudiants, tandis que Metz propose une réduction de 20 % aux étudiants boursiers.

Le syndicat étudiant pointe aussi les coupes budgétaires des régions sur les dispositifs à destination des jeunes, comme par exemple la suppression du pass complémentaire santé et du pass culture en Pays de la Loire.