1. Jane, 23 ans, diplômée d’une école de design parisienne, fait des projets d’avenir à Nantes
Publi-info

Jane, 23 ans, diplômée d’une école de design parisienne, fait des projets d’avenir à Nantes

Envoyer cet article à un ami
Gérer ses dépenses avec le livret jeune // © Fotolia
Gérer ses dépenses avec le livret jeune // © Fotolia

Les études à Paris, l’école de design… Jane, 23 ans, nous parle du livret jeune qui lui a appris à gérer ses comptes et à anticiper ses dépenses.

Après les études, passer à l’étape supérieure…

Cinq ans déjà. Ça me paraît loin maintenant ! Il s’en est passé des choses depuis cette époque. Il y a cinq ans, j’avais 18 ans, je venais d’avoir mon bac, j’intégrais tout juste mon école de design à Paris. Et me voilà diplômée. Je pensais rester à Paris toute ma vie, et je déménage à Nantes pour mon premier boulot. Je m’imaginais travailler dans la mode, et voilà que je me suis découvert une passion pour les bateaux de course au large et que j’ai décroché ce poste dans l’industrie nautique. J’étais seule, et je m’installe avec mon copain, nantais. J’avais trois fois rien sur mon compte épargne, et aujourd’hui, tatataaa, je vais en ouvrir un deuxième.

Livret jeune : le jour où j’ai atteint mon plafond !

A l’époque, c’était incroyable d’avoir ce compte : un livret jeune. Ça fait cinq ans que je dépose et retire l’argent comme je veux, avec ma propre carte de crédit. Je me sers de ce compte comme un deuxième compte courant, avec un vrai plus : il est rémunéré ! Alors dès que je peux économiser un peu d’argent, je le dépose sur mon livret jeune. Je n’ai pas de limite, sauf le plafond à 1 600 euros. Pendant plusieurs années, je ne l’ai jamais atteint. Et puis, il y a deux ans, avec mes différents stages et jobs d’été, c’était fait ! J’ai donc perçu 32€ d’intérêts créditeurs qui se sont accumulés sur le compte pour atteindre 1 632€. Eh oui : on ne peut pas déposer plus de 1 600€… mais les intérêts peuvent dépasser le plafond ! Voilà le truc. Un de mes copains à l’école avait atteint le plafond dès la première année de son livret jeune. A ses 25 ans, il avait perçu presque 500€ d’intérêts !

A moi les beaux projets !

C’est grâce au plafond du livret jeune et à l’impossibilité d’être à découvert, que j’ai vraiment appris à gérer un compte, à surveiller mes dépenses, à anticiper. Je dois dire que l’école de design m’a beaucoup appris dans ce sens-là aussi : la rigueur dans la gestion d’un projet, la précision des rendus pour les bureaux d’études, l’anticipation des usages des produits qu’on concevait… Tout ça, c’était une époque. C’était ces cinq dernières années et j’ai l’impression d’avoir tellement changé. Qu’est-ce qui m’a autant changée ? Les études, les rencontres, les échecs, l’indépendance, mes premiers boulots, mes premiers salaires. Un peu de tout ça sûrement. Aujourd’hui, je voudrais épargner davantage, pour le loyer de notre appart’, pour le vélo électrique que je voudrais m’acheter – ça grimpe Nantes, mine de rien ! – et peut-être pour un petit voilier. Du coup, je vais ouvrir un livret A, dont le plafond est à 22 950€, dépassable lui aussi avec les intérêts. Mais ça, c’est une autre histoire…