1. Conditions de vie des étudiants : ce qui change dès la rentrée 2018
Décryptage

Entrée à l'université : ce qui change pour les conditions de vie étudiante

Envoyer cet article à un ami
Au total, le Plan étudiants prévoit 10 mesures relatives à la vie étudiante. // © Ludovic Godard/UFC
Au total, le Plan étudiants prévoit 10 mesures relatives à la vie étudiante. // © Ludovic Godard/UFC

Le Plan étudiants présenté par le gouvernement ce 30 octobre 2017 réforme en profondeur le premier cycle universitaire. Mais il vise aussi à faire évoluer les conditions de vie des étudiants. Aides financières, logement ou encore santé : voici ce qui va changer dans votre quotidien dès septembre 2018.

C’est l’autre volet du Plan étudiants présenté le 30 octobre 2017 par le gouvernement : à côté des mesures sur l’accès aux études supérieures, a été décliné un ensemble de dispositifs "contre la précarité" étudiante.

Faciliter l'accès aux aides

Dans ses engagements, le gouvernement annonce ce lundi 30 octobre "un soutien financier plus lisible et plus complet". Partant du constat que les bourses sur critères sociaux sont aujourd’hui versées à rythme variable et irrégulier, il promet un paiement à date, c’est-à-dire le 5 de chaque mois, dès octobre 2018. Une requête particulièrement chère aux syndicats étudiants. Afin de faire face aux dépenses inhérentes à la rentrée scolaire (fournitures, livres, etc.), le premier versement pourra être anticipé en août.

Les aides aux étudiants, dispersées et donc peu lisibles, pourraient être "rapprochées" afin de former une "aide globale d’autonomie". Ce dispositif de simplification en chantier devrait engendrer la création de "guichets uniques". Enfin, les étudiants dont les revenus des parents sont légèrement supérieurs au plafond d’attribution pourront bénéficier d’une "aide spécifique" mise en place, là aussi dès la rentrée 2018.

60.000 logements en 5 ans

Autre champ couvert par le Plan étudiants : le logement, premier poste de dépense des jeunes. Le gouvernement a rappelé le "plan 80.000 logements" lancé par le ministère de la Cohésion des territoires. Il permettra entre autres de construire 60.000 logements étudiants en 5 ans.

Lire aussi : APL : ces 5 € en moins qui déclenchent la colère des étudiants

En parallèle est prévue la mise en place – dès le premier trimestre 2018 – d’un "Observatoire national du logement étudiant". Objectif : "évaluer les besoins de logements étudiants dans les différents territoires", et ainsi lancer les programmes de construction en conséquent.

Rattachement au régime général de la Sécurité sociale

C’est la principale mesure qui concerne la vie étudiante : le rattachement au régime général de la Sécurité sociale. Elle sera effective dès la rentrée 2018 pour les nouveaux entrants dans l’enseignement supérieur, et en 2019 pour l’ensemble des étudiants. Le régime de Sécurité sociale étudiante (217 € de cotisation à la dernière rentrée), va être tout bonnement supprimé dès la rentrée 2018.

Lire aussi : Sécurité sociale et complémentaire santé : tout savoir sur les mutuelles étudiantes

Autre objectif pour l’année 2019, l’augmentation du nombre de centres de santé – regroupant les services de santé universitaires – au sein même des établissements. Le gouvernement souhaite passer de 24 centres actuellement à 34 d’ici à 2019. Les internes et les étudiants en santé seront amenés à y faire des actions de prévention. Ces deux mesures visent à donner accès à tous à la contraception, aux traitements de substituts nicotiniques, à la vaccination ou encore aux dépistages des IST (infections sexuellement transmissibles).

Les mesures sociales de ce plan national n’ont pas encore fait réagir les syndicats étudiants. Les mesures qui concernent l’accès à l’université font quant à elles débat.