1. À Rennes, le CROUS renonce au "flicage des lits" en cité U
En bref

À Rennes, le CROUS renonce au "flicage des lits" en cité U

Envoyer cet article à un ami
Si votre lit était connecté, dormiriez-vous confiant ? // © plainpicture/Blend Images/Spaces Images
Si votre lit était connecté, dormiriez-vous confiant ? // © plainpicture/Blend Images/Spaces Images

À la résidence universitaire de Rennes, le CROUS voulait tester à la rentrée des lits "connectés". Un souci de maintenance préventive qui a réveillé la crainte du flicage. Et poussé le CROUS à annuler l'opération !

À Rennes, la résidence universitaire Villejan-Ouest voulait tester le "lit étudiant connecté". Sur quelque 150 lits, dix devaient être équipés à la rentrée 2017 de capteurs intégrés dans le mobilier et connectés au Wi-Fi. Objectif ? "Alerter sur la détérioration et la mauvaise utilisation du mobilier", explique Paul Malignac, le président du fabricant de mobilier Espace Loggia et des Artisans de l'IoT, spécialisé dans l'Internet des objets, qui avait convaincu le CROUS (centre régional des œuvres universitaires et scolaires) de Rennes de procéder à ce test.

Atteinte à la vie privée, flicage… Le projet révélé par le quotidien Ouest-France a fait réagir sur les réseaux sociaux et créé un "bad buzz" :

Interrogé par l'Etudiant, Paul Malignac l'assure : "Le but était de connaître l’état de santé du lit pour faciliter la maintenance technique et réduire les coûts d’entretien pour les habitats collectifs. Pas de savoir ce que fait l’étudiant. De toutes les façons, nous ne sommes pas capables de tracer ce que font les étudiants dans leur chambre. Et nous aurions transmis les données techniques collectées aux étudiants."

Un test annulé en catastrophe

Mais le test n'a pas commencé que l'opération était déjà annulée. "Les équipements seront retirés dans les prochains jours", a fait savoir à l'Etudiant le CROUS de Rennes. "Cette nouvelle solution proposée par l'installateur des mobiliers, si elle avait été mise en place, aurait été présentée aux étudiants et n’aurait concerné que des volontaires".

L'initiative annulée, les étudiants de Rennes seront rassurés de ne pas avoir leur vie intime stockée dans le cloud !