1. Logement étudiant : sous-louer son appart, mode d’emploi
Boîte à outils

Logement étudiant : sous-louer son appart, mode d’emploi

Envoyer cet article à un ami
Sous-louer son appartement peut être risqué si vous ne demandez pas une autorisation à votre proprio. // © Fotolia
Sous-louer son appartement peut être risqué si vous ne demandez pas une autorisation à votre proprio. // © Fotolia

Vous partez pour un semestre à l'étranger ? Pour un stage ? Vous étudiez en alternance ? Sous-louer son logement permet de ne pas avoir à payer deux loyers en même temps. Une solution légale, seulement si vous respectez certaines conditions.

Première des conditions pour sous-louer son appartement : "Avoir l’autorisation écrite de son propriétaire", rappelle un porte-parole d’Airbnb France. Pourtant beaucoup de sous-loueurs font l’impasse dessus, par peur de la paperasse ou d’un refus. En cas de sous-location illégale, vous risquez une résiliation de votre bail et donc une mise à la porte du jour au lendemain. Vous êtes aussi obligé de déclarer le loyer que vous percevez lors de votre déclaration d’impôts sur le revenu.

Convaincre son proprio

Pour rassurer leur propriétaire, des étudiants passent par des services comme SmartRenting, une agence spécialisée dans la sous-location. Elle se charge de vous aider à convaincre votre propriétaire et s’occupe de tout pour la sous-location durant votre absence. "Ce service gratuit pour la personne qui met son appartement à disposition permet de recevoir le montant de votre loyer tous les mois, quel que soit le nombre de sous-locations", indique Thibault Martin, le cofondateur.

Lire aussi : Logement étudiant, toutes les clés pour trouver votre appart

Établir un contrat de sous-location

Votre propriétaire devra, dans son accord écrit, indiquer que le loyer de la sous-location ne peut être plus élevé que celui que vous lui payez. Il est par ailleurs très fortement conseillé de rédiger un contrat de sous-location que vous signerez avec votre sous-locataire. Ce contrat doit préciser entre autres : le montant et la date de paiement du loyer, la durée de la sous-location, le montant du dépôt de garantie et les conditions de sa restitution, ainsi que les obligations des deux parties… Et ainsi, vous aurez l'esprit tranquille !