1. Les leaders des quatre principaux syndicats étudiants débattent avec le réalisateur de « L’UNEF et les frondes étudiantes »

Les leaders des quatre principaux syndicats étudiants débattent avec le réalisateur de « L’UNEF et les frondes étudiantes »

Envoyer cet article à un ami


A l’occasion de la diffusion de son film « L’UNEF et les frondes étudiantes », le réalisateur Jean-Michel Rodrigo débat à la rédaction de letudiant.fr et de lexpresxs.fr avec les leaders des quatre principaux étudiants : Remi Martial, président du MET (UNI), Adrien Vandevelde, vice-président de la FAGE, Emmanuel Zemmour, président de l’UNEF et Baki Youssoufou, président de la Confédération étudiante.

Extraits du débat qui s’engage :
Jean Michel Rodrigo :
« Est-il définitivement impossible de retrouver le chemin d’une grande UNEF historique unifiée, de l’extrême droite à l’extrême gauche ? »

Remi Martial : « Nous ne croyons pas possible ni souhaitable qu’il y ait comme par le passé un seul et grand mouvement étudiant. [...] Le fait d’avoir plusieurs organisations permet une diversité des opinions. Séparer le syndicalisme de la politique, c’est hypocrite [...] On a tous nos opinions, au sens le plus noble. Même si ponctuellement on peut se retrouver sur des combats communs. »

Emmanuel Zemmour : « Dans les années 70, la division a été faite pour des raisons politiques… Lorsque que l’UNEF a pu remplir son rôle de la meilleure des façons, c’est lorsque les étudiants se mettaient d’accord sur leurs conditions d’études, de travail [...] Derrière la question politique, il y a un débat un peu caché de l’indépendance de l’UNEF […] C’est infantilisant et blessant pour ceux qui s’engagent [...] Heureusement que les partis politiques ne sont pas imperméables à cette force syndicale. »

Baki Youssoufou : « En regardant le film, je me dis heureusement qu’on n’est pas dans un syndicat unique. Aujourd’hui, c’est impossible. Quand je suis rentré à la fac, je n’avais pas envie d’aller à l’UNEF, car je n’avais pas envie que mon engagement serve une tendance politique strausskanienne, emmanuéliste […] Les étudiants ont l’impression qu’à chaque mouvement générationnel les leaders syndicats finissent à des postes politiques. »

Adrien Vandevelde : « Parler d’union, c’est prématuré et difficile. Mais il y a une volonté que la jeunesse et le monde étudiant parlent d’une seule voix, car il y a des objectifs qui sont communs [….] D’un engagement étudiant nait souvent l’envie d’aller plus loin pour faire évoluer et réformer la société »

Sommaire du dossier
Retour au dossier Qui est ce couple de militants qui parlent de féminisme en 1966? (vidéo) Qui est cet étudiant interviewé en 1961 ? (vidéo) Qui est ce « représentant de l’UNEF » interviewé en 1967 ? (vidéo) Qui est cet homme qui harangue la foule au théâtre de l’Odéon en 1968 ? (vidéo) « L’UNEF et les frondes étudiantes », un documentaire inédit sur les mouvements étudiants Les leaders des quatre principaux syndicats étudiants débattent avec le réalisateur de « L’UNEF et les frondes étudiantes »