Facebook : être ou ne pas être ami avec ses profs ?

Pourquoi être ami avec ses profs sur Facebook

Comme plus de 40 % des 14-24 ans en France, vous avez un compte sur Facebook. Et vous vous êtes aperçu que certains de vos enseignants aussi ! Quelle attitude adopter si vous êtes amené à les croiser sur le réseau ? Est-il recommandé de s’en faire des “amis” ? Zoom sur les avantages que cela peut vous procurer, à condition de respecter un code de bonne conduite !

Publié le , mis à jour le

Facebook : être ou ne pas être ami avec ses profs ?

Plus que le simple plaisir d’avoir “épinglé” un de vos profs sur votre tableau de chasse ou de partager votre passion pour la cornemuse ou le criquet, sachez qu’être “ami” avec vos enseignants sur Facebook peut vous apporter des avantages réels.

Pour obtenir des précisions après les cours
Vous étiez absent, pas en forme ou tout simplement dans la lune… bref, ce chapitre de maths sur les nombres complexes, vous n’y comprenez décidément rien. Plutôt que d’attendre le prochain cours et que les choses se compliquent encore, un appel au secours virtuel à votre professeur, et la (petite) lacune pourra être comblée en un rien de temps.
C’est la tactique de Marina, élève en terminale S à Paris : “Dans ma classe, il y a une très forte concurrence. Si un élève demande une nouvelle explication, les autres ont tendance à se moquer de lui. Et je ne me vois pas non plus aller voir le professeur à la fin du cours, j’ai trop peur de le déranger. Alors je préfère lui demander de temps en temps via Facebook de préciser un point. Comme ça, je peux arriver en cours avec mes exercices faits, et justes.”

Pour préparer les examens
Bien souvent, les échanges profs-élèves s’intensifient avec le printemps… et le début des révisions des examens. Aussi incroyable que cela puisse vous paraître en début d’année, il vous arrivera sans doute de réclamer des exercices supplémentaires pour vous rassurer avant le grand jour. Avec les réseaux sociaux, rien de plus simple, comme l’explique Lily, aujourd’hui en terminale L à Perpignan (66) : “L’an dernier, pour réviser le bac de français, mon prof me proposait des sujets de commentaires composés ou de dissertations, et moi, je lui renvoyais des plans détaillés. Tout ça par Facebook.”

Pour entretenir et développer sa culture
Au-delà d’un usage scolaire stricto sensu, les réseaux sociaux sont aussi l’occasion de vous cultiver. Cela peut faire la différence lors d’oraux d’entrée dans des grandes écoles (ingénieurs, commerce, institut d’études politiques) ou dans d’autres filières sélectives. Olivier Ertzscheid, maître de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université de Nantes (44) et l’IUT (institut universitaire de technologie) de La Roche-sur-Yon (85), veille à “alimenter” ses étudiants : “Quand je repère une émission télé ou radio, ou bien un article sur Internet qui se rapproche de près ou de loin à ma matière, je le ‘poste’ sur Facebook. Comme ils sont en permanence connectés, y compris, hélas, pendant les cours, c’est le meilleur moyen de leur transmettre des infos en temps réel ! En plus, ils sont souvent plus disponibles et réceptifs qu’en cours.”
 
Pour trouver des stages, voire un job
N’oubliez jamais que vos ensiegnants font partie intégrante de votre “réseau”. Par le biais d’anciens élèves notamment, ils sont régulièrement en contact avec de potentiels employeurs ou maîtres de stage… Parfois il suffit de suivre l’actualité de leur ‘mur’ pour tomber sur une jolie opportunité.

À lire aussi :
Facebook et les réseaux sociaux peuvent-ils vous aider dans vos études ?
Facebook, Twitter, Blog perso… Soignez votre réputation en ligne.
Réseaux sociaux : 5 conseils pour réussir son passage de Facebook à LinkedIn et Viadéo.
Témoignage : comment Élisa gère sa présence sur Facebook, Twitter et LinkedIn.

Virginie Plaut
Avril 2011

Sommaire du dossier
 

blog comments powered by Disqus

OK

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt. Gérer les cookies sur ce site