Budget étudiant : on fait les comptes !

Cinq étudiants de la région de Bordeaux, cinq budgets et cinq façons de gérer l'argent. Quel est le coût de la vie pour eux ?

Publié le , mis à jour le

calculez-budget-etudesCalculez votre budget étudiant grâce à notre simulateur exclusif pour le prix de vos études. Cursus, bourses, matériel, santé, logement, aides, dépenses quotidiennes et gains jobs-stages : tous les critères qui vont déterminer votre budget sur l'année.

Adrien, 20 ans, en première année de DUT services et réseaux de communication
"Le plus important, c'est d'être un bon gestionnaire"
Depuis deux ans, Adrien prépare son entrée dans la vie étudiante. Il a tout anticipé : le placement de son argent, l’achat d’une partie de son équipement et la réussite de ses études. Il vient de commencer un DUT (diplôme universitaire de technologie) services et réseaux de communication. Ce fou d’informatique pilote tout de son ordinateur. Il gère ses revenus qui proviennent d’une bourse de 417 € (échelon 5), d’une allocation logement de 205 € et d’une pension alimentaire de 360 €. Adrien possède aussi un petit capital alimenté par ses boulots d’été. "Pour ne jamais être à découvert, ma plus grande hantise, je ne fais pas d’excès" : 385 € de loyer, 32 € pour Internet, 18 € pour son téléphone portable, 15 € pour les transports publics et 150 € pour faire des petits plats. Toute cette rigueur n’empêche pas des petits caprices. Il y a quelques jours, il s’est offert pour 165 € de vêtements !

L'addition pour Adrien
Revenus : 982 €
Dépenses : 600 €
Crédit : 382 €




Vanessa, 22 ans, en master 1 de psychologie du travail

"J'ai un peu l'impression d'être une cumularde "
Vanessa est une fonceuse. Son emploi du temps est surchargé. Elle a signé un contrat de travail de 18 heures par semaine au cinéma UGC ciné cité qui lui rapporte 650 € par mois. Et un peu plus si elle fait des heures supplémentaires. Inscrite en master 1 de psychologie du travail, elle a bloqué un jour et demi par semaine pour effectuer un stage rémunéré 200 € chez l’entreprise Védiorbis. Ses revenus sont complétés par une bourse de 417 € et une aide au logement de 100 €. Elle dispose d’un budget suffisant pour assumer le loyer de son appartement, 430 €, une facture de téléphone qu’elle juge astronomique, 100 €, les dépenses en alimentation, 100 €, mais aussi sa moto dont l’assurance et les réparations lui coûtent 100 € par mois. Très généreuse, elle n’hésite pas non plus à gâter la personne avec qui elle vit : "J’aime lui offrir des cadeaux, des restos et assister à des spectacles…". Des folies qui peuvent atteindre 300 € par mois.

L'addition pour Vanessa
Revenus : 1367 €
Dépenses : 1030 €
Crédit : 337 €




Mona, 20 ans, en licence d’arts du spectacle
"J'ai une priorité : économiser pour partir à Paris"
Mona a le théâtre dans le sang. Cette étudiante en licence d’arts du spectacle à Bordeaux n’a qu’une seule idée en tête : monter sur les planches parisiennes. Pour réaliser son rêve, elle s’est dégoté un job de serveuse. En plus de son salaire, entre 500 et 600 € mensuels, elle touche une bourse de 417 € (échelon 5) et une pension alimentaire de 170 € versée par son père. Déterminée à partir dès l’année prochaine, elle essaie "de mettre 300 € de côté tous les mois". Le reste lui sert à financer la location de son appartement, 600 €, qu’elle partage avec son copain, ses petites bouffes entre amis et d’autres évasions. Mais pas n’importe lesquelles ! Au menu : concerts, cinés et plaisirs de la scène. Un délice pour cette future comédienne.

L'addition pour Mona
Revenus : 1137 €
Dépenses : 600 €
Crédit : 537 €




Manuel, 30 ans, étudiant en journalisme
"Un pari sur l'avenir"
Ce n’est pas un simple coup de poker. Manuel, qui a repris ses études l’année dernière après cinq ans dans la vie active, a un moral d’acier. Étudiant à l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine, il a fait le difficile pari de réussir dans le monde des médias. Pour mettre toutes les chances de son côté, il a conclu un arrangement familial. Il a emprunté 12 000 € à sa grand-mère. "J’ai signé une reconnaissance de dette en plusieurs exemplaires et j’ai cinq ans pour rembourser". Pour compléter, il réalise quelques piges (des articles rémunérés à la page). Manuel a tablé sur un budget de 1 000 € par mois pour couvrir tous ses frais : 350 € pour le logement, 250 € pour l’assurance, l’essence et les (trop) nombreuses révisions de sa voiture, 30 € de mutuelle et 100 € pour Internet et son portable. Amateur de bon vin, il consacre aussi 150 € mensuels à sa cave.

L'addition pour Manuel
Revenus : 1000 €
Dépenses : 880 €
Crédit : 120 €



Victor, 19 ans, en première année de droit
"Je suis dans des conditions idéales pour réussir mes études"
Luxe, calme et volupté. Telle pourrait être la devise de Victor, tout juste bachelier et engagé dans sa première année de droit. Garçon posé, il sait qu’il jouit d’un grand privilège en bénéficiant du total soutien financier de ses parents chez qui il vit encore. Mais il n’en abuse pas. Tous les mois, il reçoit 80 € sur son compte. Et il bénéficie d’ajustements en fonction de ses besoins : 30 € pour l’essence de son scooter, 80 € pour les pauses déjeuner et café à la fac. Sans compter les petits extras : fringues, cinés, pots… Comme il se destine au métier de notaire, il prend des cours particuliers deux fois par semaine pour prendre le rythme effréné de l’université Bordeaux IV. Quand il a besoin de souffler, il fait une petite virée avec ses vieux potes de lycée.

L'addition pour Victor

Revenus :  80 € + ajustements parentaux
Dépenses : 190 €



Le coût de la vie pour les étudiants

Selon l’enquête 2006 "Conditions de vie des étudiants" de l’OVE (Observatoire national de la vie étudiante), les montants moyens mensuels des trois principales ressources des étudiants s’élèvent à 517 € pour la rémunération d’activité, 230 € pour les aides publiques (bourses et allocations logement) et 193 € pour les versements familiaux. Les étudiants consacrent plus de 80 % de leur budget aux dépenses courantes : alimentation (36 %), loyer (25 %), transport (15 %) et vêtements (8 %). A noter : il existe de fortes disparités selon le lieu d’études. En région parisienne, le montant des ressources est plus élevé, grâce à des salaires avantageux, mais le coût de la vie est supérieur à cause du prix des loyers.



Et vous, avec combien vivez-vous ? Venez en discuter sur notre forum.


Guillaume Cauchois

 

blog comments powered by Disqus

OK

En poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous proposer notamment des publicités ciblées en fonction de vos centres d'intérêt. Gérer les cookies sur ce site