1. L'ICN, l'option qui vous permet de créer des sites Internet au lycée
Boîte à outils

L'ICN, l'option qui vous permet de créer des sites Internet au lycée

Envoyer cet article à un ami
L'ICN apprend à coder, à créer des sites Internet, des jeux sur ordinateur... // © erwin canard
L'ICN apprend à coder, à créer des sites Internet, des jeux sur ordinateur... // © erwin canard

Selon votre série de baccalauréat, vous pouvez suivre des cours d'ICN (informatique et création numérique) de la seconde à la terminale. En quoi consiste cette option ? L'Etudiant vous éclaire sur ce cours qui peut, depuis la rentrée 2017, compter pour le bac.

Apprendre à créer un site Internet, concevoir un jeu sur ordinateur ou tout simplement comprendre l'envers du décor numérique : tel est ce que vous propose l'enseignement d'ICN (informatique et création numérique). Depuis la rentrée 2017, si vous êtes en série ES ou L, il est possible de choisir cette option au baccalauréat.
Vous pouvez, si votre établissement la propose, la suivre de la seconde – comme enseignement d'exploration – à la terminale. Néanmoins, tous les élèves de seconde générale et technologique peuvent choisir ICN en enseignement d'exploration et les élèves de première S peuvent également suivre des cours d'ICN.

Catherine, en première S au lycée Albert-Camus à Rillieux-la-Pape (69), était inscrite en ICN l'an dernier. "J'ai été convaincue par la présentation de l'option qu'en a faite le lycée et ce qu'elle permet d'apprendre", se rappelle-t-elle. Jovie, en première STI2D au même lycée, a également suivi ICN en seconde : "Je l'ai choisie car je suis intéressé par l'informatique. Je joue, j'aime bien être sur l'ordinateur".

Créer un site Internet sur les mangas, le foot…

L'ICN, c'est "la découverte du milieu numérique, de ces objets qui entourent les lycéens dans la vie de tous les jours, avec un regard de concepteur", explique Bruno Fiorucci, qui enseigne au lycée Chopin, à Nancy (54). "On apprend à coder avec différents langages pour réaliser des petits projets autour de l'image, du son, des sites Web, voire de la programmation pure pour faire un jeu par exemple", renchérit Jérôme Derancourt, l'enseignant en charge de l'option au lycée Albert-Camus de Rillieux-la-Pape .

Lire aussi : Comment je suis devenu développeur en un mois : leçon n°1

Concrètement, en ICN, vous êtes presque toujours sur ordinateur. Il y a très peu de cours classiques où vous devez prendre des notes. "Le cours est basé sur la pratique, souvent par groupe de deux ou trois", précise Bruno Fiorucci. Attendez-vous toutefois à ce que les premières séances apparaissent complexes. "Au début, on a fait des algorithmes, on devait résoudre des problèmes. C'était compliqué car il fallait comprendre le logiciel", raconte Catherine. "Pendant les premiers cours, on a fait quelques calculs sur le cahier, sans calculatrice, pour nous faire découvrir le langage informatique", ajoute Jovie.

Pas forcément pour les geeks

Très vite, vous allez prendre vos marques, en même temps que les séances deviendront plus ludiques. "En groupe, on devait créer un site Internet sur un thème que nous avions choisi. Nous, c'était les mangas. Au début, on a travaillé sur la programmation html pour avoir le corps du site. Puis on a ajouté des images et des textes", se souvient Catherine. Le site de Jovie tournait autour du foot. "Je devais choisir par exemple quels onglets je voulais mettre sur mon site." Vous allez donc apprendre à coder, à comprendre le langage informatique.

"J'étais vraiment passionnée, se réjouit Catherine. Je ne pensais pas qu'on pouvait arriver à faire ça à notre niveau. Même si on a galéré, si on a passé beaucoup de temps sur notre projet, on était trop contents à la fin. D'ailleurs, on n'avait qu'une heure trente de cours par semaine, mais j'y travaillais beaucoup chez moi tellement cela me plaisait."

Lire aussi : Cours de code au collège : un combat de robots-sumos au programme

Pourtant, la lycéenne n'avait pas forcément de compétences en informatique. "La plupart des élèves qui arrivent en ICN n'ont au départ aucune base, souligne Jérôme Derancourt. Ils doivent simplement être intéressés par les nouvelles technologies, avoir envie de découvrir le monde informatique, sans être forcément des geeks." "L'option ICN est faite pour tout le monde, quel que soit le niveau de l'élève. Il n'est pas obligatoire d'avoir de bonnes notes dans les matières scientifiques", précise Bruno Fiorucci. "Cela peut toutefois aider, selon Jérôme Derancourt, car la programmation, c'est beaucoup de logique."

"J'ai tellement aimé que ce que je voulais faire plus tard a changé !"

L'ICN est généralement évaluée sur les projets créés par les élèves et sur une présentation orale faite en groupe devant la classe. "Généralement, les élèves ont de bonnes notes car s'ils sont là, c'est qu'ils sont motivés", assure Bruno Fiorucci. Outre l'obtention de bonnes notes, l'option peut vous être utile sur plusieurs points. Tout d'abord, "apporter des connaissances pour votre vie, vos études et votre métier futur à travers la compréhension du monde numérique dans lequel nous évoluons", explique Bruno Fiorucci.

Et, plus concrètement, l'ICN peut vous donner des pistes pour votre orientation. "J'ai tellement aimé que ce que je voulais faire plus tard a changé ! Je pensais aller vers les sciences, mais je veux faire quelque chose en lien aussi avec l'informatique. Du coup, ce sera bio-informaticienne !", s'enthousiasme Catherine. Quant à Jovie, "en STI2D, l'ICN me sert beaucoup. Je le vois par rapport aux autres élèves qui ne l'ont pas suivie, qui ont plus de difficultés dans certaines matières". Maintenant, à votre tour de considérer si l'ICN peut être une option qui vous convienne…

La chronologie de l'enseignement d’ICN

En classe de seconde générale et technologique comme enseignement d’exploration depuis la rentrée 2015 (1 h 30 hebdomadaire) ;
En classes de première ES, L et S comme enseignement facultatif (2 heures hebdomadaires) depuis la rentrée 2016 ;
En classes de terminales ES et L comme enseignement facultatif à compter de la rentrée 2017. Il sera sanctionné par une épreuve facultative à la session 2018 du baccalauréat général sous forme d’"épreuve de projet ".

À noter qu'il n'est pas nécessaire d'avoir suivi l'enseignement d'exploration ICN en seconde pour suivre l'option en première et terminale. De même, vous pouvez – si votre lycée l'accepte – la choisir en terminale sans l'avoir suivie en première.
Il n'est en revanche pas possible d'opter pour cet enseignement facultatif en terminale S en raison de l’existence de l’enseignement de spécialité ISN (informatique et sciences du numérique). L’enseignement facultatif ne concerne pas non plus à ce stade les séries technologiques car, explique le ministère de l'Éducation nationale, "l’informatique est particulièrement présente dans le cadre des enseignements dominants spécifiques".