1. Une réforme du bac et du lycée : pourquoi, comment, pour qui ?
Décryptage

Une réforme du bac et du lycée : pourquoi, comment, pour qui ?

Envoyer cet article à un ami
Le lycée va changer dès 2018 et un nouveau bac verra le jour en 2021. // © plainpicture/Readymade-Images/Jakob Polacsek
Le lycée va changer dès 2018 et un nouveau bac verra le jour en 2021. // © plainpicture/Readymade-Images/Jakob Polacsek

Lundi 13 novembre 2017, le gouvernement a lancé la concertation devant mener à une réforme du lycée et du bac. Que recouvrira-t-elle ? Qui concernera-t-elle ? Quels changements entraînera-t-elle pour vous ? L'Etudiant fait le point.

Réforme du lycée par-ci, modification du baccalauréat par-là… Vous entendez sans doute de plus en plus parler de ces projets. Et pour cause : le 13 novembre 2017, Jean-Michel Blanquer a lancé une concertation en vue de préparer ce grand chantier. Déjà en août 2017, dans une interview accordée à l'Etudiant, le ministre de l'Éducation nationale avait déclaré vouloir "renforcer le prestige et l'utilité" du bac. Lors de la conférence de presse du 30 octobre sur le plan étudiant, il a ajouté que le bac devait "être un levier pour ce qui suivra", donc pour l'enseignement supérieur.

Lire aussi : Entrée à l'université : les quatre points cardinaux de la réforme

Quel futur bac ?

L'impulsion pour une telle réforme a, au départ, été donnée par la volonté du président de la République. Emmanuel Macron s'était positionné durant la campagne électorale en faveur d'un baccalauréat avec quatre épreuves terminales. Actuellement, les candidats au bac passent, années de première et de terminale confondues, entre huit et dix épreuves de ce type, selon les séries. La réforme de l'examen devrait donc réduire leur nombre de moitié.

Néanmoins, le bac ne se jouerait pas uniquement sur ces épreuves terminales. Les autres disciplines seraient évaluées en contrôle continu. Autrement dit, toutes les notes obtenues dans ces matières au cours de l'année formeraient une moyenne : votre note pour le bac.

De nombreuses questions restent toutefois en suspens : quelles disciplines passerez-vous en épreuves terminales ? Avec quel coefficient ? Le nombre d'options sera-t-il réduit ? Y aura-t-il plus ou moins d'épreuves orales ? Quel poids auront les mentions ? Dans une interview accordée au journal "Le Parisien", Jean-Michel Blanquer a déclaré que les réponses devraient être dévoilées en février 2018.

Quel futur lycée ?

Le gouvernement ne veut pas se contenter de réformer le baccalauréat : le lycée devrait également évoluer. Ses futurs contours sont encore flous. De nombreuses pistes devraient être étudiées : diminution, voire suppression, des séries ; organisation par semestre plutôt que par trimestre ; choix de certaines matières par le lycéen…

En outre, la scolarité au lycée pourrait être davantage élaborée en lien avec l'enseignement supérieur. Puisque, désormais, des attendus seront indiqués pour entrer dans certaines filières à l'université, il est possible que le choix de votre série – si celles-ci perdurent – et/ou de vos disciplines ait un impact direct sur votre orientation postbac. Le 30 octobre 2017, Jean-Michel Blanquer a précisé que les lycéens pourraient avoir la possibilité "d'approfondir des matières qui seront suivies dans l'enseignement supérieur".

Ce même jour, il a déjà été annoncé que les classes de terminale auraient désormais deux professeurs principaux, que deux "semaines de l'orientation" seraient organisées durant la dernière année de lycée et que vous pourriez suivre des heures de tutorat consacrées à votre projet d'études.

Lire aussi : Entrée à l'université : deux profs principaux pour accompagner votre orientation en terminale

Serez-vous concerné ?

La première session du nouveau baccalauréat est prévue pour 2021. Vous serez donc concerné si vous êtes actuellement en troisième ou si vous êtes en seconde et que, d'ici là, vous redoublez une année.

La réforme du lycée devrait, elle, être appliquée progressivement : la nouvelle organisation de la classe de seconde dès la rentrée 2018 – donc également pour ceux qui sont en troisième cette année –, celle de première à le rentrée 2019 et celle de terminale à la rentrée 2020.

Toutefois, l'ampleur du travail que doit fournir la mission chargée de cette réforme est telle qu'il n'est pas impossible que ces échéances soient repoussées, notamment concernant la classe de seconde. Dans tous les cas, les prochaines semaines seront décisives et devraient permettre d'avoir une idée plus précise de ce que seront le futur bac et le futur lycée.