1. Interview d'un prof de philo : « Les enseignants vont faire autre chose que de la philosophie »
Interview

Interview d'un prof de philo : « Les enseignants vont faire autre chose que de la philosophie »

Envoyer cet article à un ami

Thibaut de Saint-Maurice est professeur de philosophie dans un lycée des Hauts-de-Seine et auteur de « Philosophie en séries » (éditions Ellipses).

"Je ne suis pas sûr de bien comprendre l’annonce du ministre Luc Chatel. S’agit-il d’une extension de l’enseignement de philosophie en seconde et en première ou de la participation des professeurs de la discipline aux autres cours, comme l’éducation civique et les enseignements d’exploration ? Je ne vois pas précisément où l’enseignement va être dispensé. En revanche, voilà ce que je comprends : les enseignants vont faire autre chose que de la philosophie.

Un module d’initiation en première

Il serait plus pertinent pour les lycéens (et plus clair) de renforcer les cours de philo pour préparer le bac. La philosophie reste une épreuve que les élèves ont du mal à réussir. Pourquoi, comme le propose l’APPEP (Association des professeurs de philosophie de l’enseignement public), ne pas créer un module d’initiation à la matière au programme de première ? Ce serait plus utile que de parsemer de la philosophie sur un menu de maths.

Complément de service

Pour moi, le ministre utilise un outil pour compléter les services des professeurs. En effet, ceux-ci font parfois deux ou trois heures de moins par semaine que prévu (un agrégé doit faire 15 heures de cours par semaine, un certifié doit faire 18 heures). Par ailleurs, reste le problème du remplacement des professeurs qui vont partir en retraite. Avec quelque chose comme 25 agrégés et 30 certifiés par an, trop peu de postes sont proposés en philosophie."

Sommaire du dossier
Retour au dossier Interview d'un prof de philo : « Les enseignants vont faire autre chose que de la philosophie »