1. Kit de survie pour bien s'orienter : en seconde, trouver sa voie
Coaching

Kit de survie pour bien s'orienter : en seconde, trouver sa voie

Envoyer cet article à un ami
Dès la seconde, commencez à réfléchir à votre orientation professionnelle. // © Phovoir
Dès la seconde, commencez à réfléchir à votre orientation professionnelle. // © Phovoir

Après les premiers mois passés à vous adapter au lycée, vous devrez vite vous concentrez sur votre orientation. Et pour cause : vous aurez à choisir votre filière de bac. Dès cette année, commencez à réfléchir à ce que vous aimez et à ce dont vous avez envie pour la suite. Sans pression !

Si elle est qualifiée de "détermination", c'est que la classe de seconde revêt une importance primordiale dans l'orientation des lycéens. C'est l'année où les élèves choisissent le chemin qu'ils souhaitent suivre tout au long du lycée.

Si vous devez avoir cet objectif en tête, vous n'êtes toutefois pas dans l'urgence. "Le premier objectif de cette année est de bien s'adapter au lycée. C'est essentiel car le lieu est différent, les copains changent, c'est une autre façon de travaillerIl s'agit de ne pas ajouter une pression supplémentaire en évoquant trop tôt l'orientation, cela pourrait être difficile à vivre surtout lors de moments stratégiques comme l'arrivée en lycée", assure Joanna Kaczynska, conseillère d'orientation psychologue au CIO (centre d'information et d'orientation) Mediacom à Paris.

Vous n'avez pas d'idée d'orientation en seconde ? "C'est normal !"

Il faudra néanmoins rapidement se pencher sur la question : "Dès novembre, il est conseillé de réfléchir à une voie de formation", explique Sébastien Chazal docteur en psychologie dont les recherches portent essentiellement sur l'orientation scolaire. Par "voie de formation" il est entendu, déjà, de choisir une filière de baccalauréat – générale, technologique ou professionnelle – puis une série. C'est la grande échéance de fin de seconde concernant l'orientation, en plus d'être une décision qui "va déterminer toute une série d'orientations pour la suite", souligne Joanna Kaczynska. Pour certains, ce choix va de soi. "Depuis le CE2, je savais ce que je voulais faire : ingénieur. Donc je savais qu'il fallait faire un bac S de préférence", indique Raed, bachelier scientifique et étudiant en première année de prépa PCSI (physique-chimie sciences de l'ingénieur) au lycée Paul-Valéry à Paris.

Lire aussi : Lycée : réussir votre rentrée en seconde

Si, comme Raed, vous avez déjà une idée d'orientation, "il ne faut pas hésiter à avancer un peu plus dans cette optique", explique Joanna Kaczynska. Sans pour autant fermer la porte à tout autre option. "Les choix précoces ne sont pas toujours de bons choix, nuance ainsi la conseillère d'orientation. À 15 ans, on n'est pas le même qu'à 20. Or, on se précipite souvent car ça rassure les parents, les profs et soi-même. Mais on a ensuite du mal à remettre en cause ce choix et ça peut mener à une mauvaise orientation."

Mais pour d'autres, le chemin est plus sinueux. "Il y en a très peu qui ont vraiment une idée du secteur ou du métier qu'ils souhaitent faire en seconde. C'est tout à fait normal et il n'y a rien d'inquiétant", rassure Joanna Kaczynska. Il s'agit alors, ajoute-t-elle, "de vous mettre en activité. L'année de seconde doit être celle où vous vous posez des questions, où vous explorez". En premier lieu, votre réflexion doit se porter sur les disciplines que vous aimez et où vous réussissez. "Il faut réfléchir à ne pas se mettre dans une situation où on va perdre le goût d'apprendre. Même si parfois, c'est difficile : si le jeune veut faire médecine, il va être obligé de se diriger vers des matières scientifiques, même s'il n'aime pas ces disciplines", explique Joanna Kaczynska. Dès le début du deuxième trimestre, il est ainsi judicieux de regarder les contenus d'enseignement des différentes séries de baccalauréat et à quoi elles mènent.

L'année de seconde doit être celle où vous vous posez des questions, où vous explorez.

Vous pouvez également commencer à réfléchir sur des secteurs professionnels qui pourraient vous correspondre. "Il est possible de faire des tests d'intérêt au CIO et des tests de personnalité", conseille Sébastien Chazal. En revanche, il n'est pas question, en seconde, d'arrêter votre choix à partir de ces exercices. "Ils permettent de découvrir des secteurs, des métiers, mais pour avoir une vraie idée de ce pour quoi l'on peut être fait, il faut plutôt se tourner vers des tests psychologiques, avec des conseillers d'orientation, mais plus tard, en première ou terminale", recommande Joanna Kaczynska.

"Au lieu d'obtenir un bac S de justesse, mieux vaut viser un autre bac avec mention"

Une fois toutes ces informations en mains, vous serez sans doute en capacité d'opter pour une filière et une série de bac. En outre, votre professeur principal et la conseillère d'orientation sont des interlocuteurs privilégiés pour vous aiguiller de la meilleure des manières. "Aujourd'hui, la plupart des jeunes veulent aller en S car c'est la filière la plus prestigieuse, celle qui selon eux ouvrirait le plus de portes. Mais si les résultats ne suivent pas en sciences, le jeune ne s'en sortira pas de manière satisfaisante et aura des difficultés par la suite. Au lieu d'obtenir un bac S de justesse, mieux vaut viser un autre bac avec mention", assure Joanna Kaczynska.

Test orientation bac : quel bac choisir au lycée ?

D'autant que les a priori que vous pouvez avoir ne s'avèrent pas toujours justes. Lucas, qui a obtenu son bac économique et social (ES) en 2017 et désormais étudiant en première année de licence (L1) de droit à l'université Lyon 3, le sait. Bien qu'ayant déjà, en seconde, une idée d'orientation, il s'est renseigné plus précisément pour faire le bon choix : "Je savais que je voulais faire du droit et je voulais aller en général et faire S. Mais, en novembre, j'ai regardé les statistiques et je me suis rendu compte qu'une grande partie des étudiants de droit venaient d'un bac ES", se rappelle-t-il. Il est allé en parler à sa professeure principale. "Elle m'a dit que si j'étais sûr de vouloir aller en droit, j'avais tout intérêt à aller en ES pour avoir des bases, notamment en sociologie et sciences politiques."

En seconde, "les résultats jouent plus que le projet professionnel"

Que votre projet d'orientation soit clair ou pas encore défini, votre priorité sera d'abord de… travailler pour avoir de bons résultats. "La décision d'orientation du conseil de classe se fait beaucoup selon les résultats scolaires, en particulier ceux dans les matières importantes pour la filière souhaitée. Cela joue, en seconde, plus que le projet professionnel", assure Sébastien Chazal. Si vos résultats sont excellents partout, vous aurez le choix. Dans le cas contraire, il est possible que "vos envies se confrontent à vos difficultés", relève Joanna Kaczynska. Autrement dit que votre projet d'orientation soit refusé pour cause de mauvais résultats. Sachez toutefois que le meilleur moyen d'avoir de bons résultats est… d'avoir réfléchi à votre orientation. "Il est prouvé que l'on est plus motivé pour travailler et réussir lorsque l'on a un projet professionnel, explique Sébastien Chazal. Car si vous avez un projet, vous savez pourquoi vous allez à l'école."

Redoubler sa seconde en cas de désaccord d'orientation ?

C'est le conseil de classe qui prend la décision finale d'orientation. Mais, si le redoublement est désormais limité, il reste possible en cas de refus d'orientation. En cas de désaccord avec la proposition d'orientation prise par le chef d'établissement, les parents ou l'élève majeur peuvent saisir une commission d'appel dans un délai de trois jours à compter de la notification de la décision d'orientation. Il est alors possible de demander le maintien en seconde en cas de désaccord avec la décision d'orientation définitive. Cette décision doit toutefois être bien réfléchie : le redoublement n'est pas toujours synonyme d'une amélioration des résultats et la décision d'orientation n'est pas forcément différente après une deuxième seconde. En outre, les équipes pédagogiques sont généralement bien placées pour orienter l'élève de la meilleure des manières pour lui.

Où se renseigner ? Qui peut m'aider ?

– Votre entourage : famille, amis…
– Vos enseignants (notamment votre professeur principal)
– Le conseiller d'orientation – psychologue du lycée
– Le CDI du lycée, pour trouver notamment des revues d'informations
– Les centres d'information et d'orientation (CIO) pour trouver des informations et rencontrer un spécialiste de l'orientation
– Les centres d'information et de documentation jeunesse (CIDJ)
– Le magazine l'Etudiant, le site letudiant.fr et les salons de l'Etudiant
– L'ONISEP

Rendez-vous samedi 7 octobre au Salon de l’Etudiant spécial parents à Paris Event Center