1. Quel(s) métier(s) pour Clara, en terminale S ?
Coaching

Quel(s) métier(s) pour Clara, en terminale S ?

Envoyer cet article à un ami
Paysagiste ? Agronome ? Clara hésite. // © Florence Levillain pour L'Étudiant
Paysagiste ? Agronome ? Clara hésite. // © Florence Levillain pour L'Étudiant

Passionnée par les sciences de la vie et de la Terre, Clara se projette professionnellement dans le domaine environnemental. On lui a parlé du métier d’ingénieure en agronomie et elle a découvert les professions du paysagisme, qui ont l’avantage de combiner art et sciences.

Son parcours scolaire

Clara a choisi la filière scientifique car elle aime "vraiment les SVT". L’année de première n’a pas été facile au départ mais elle s’est sentie progressivement plus à l’aise et a maintenu une moyenne générale stable à 12–13 sur 20. C’est dans cette matière qu’elle a obtenu ses meilleures notes : 15, comme en anglais. Ses résultats ont été honorables en français et en histoire-géographie à 12–13. Elle a eu des difficultés en mathématiques et en physique, mais elle a progressé durant l’année. Ses matières préférées : SVT donc, anglais, chimie et mathématiques. Avec 12 à l’écrit et 13 à l’oral en français, ainsi que 17 en TPE (travaux personnels encadrés), Clara a quelques points d’avance pour le bac.

Lire aussi : Pour quels métiers êtes-vous fait(e) ?

Sa personnalité

Clara a de l’imagination et elle consacre son temps libre à des activités créatives. Elle dessine beaucoup – tout ce qui lui passe par la tête –, pour "[se] détendre après les cours", précise-t-elle : "Cela me libère." Sa créativité passe également par l’écriture : "J’écris des histoires. Pendant les vacances, je continue un récit, dans le genre aventure ou fiction." La lecture est un plaisir pour Clara, qui souhaiterait s’y adonner davantage, mais elle se couche souvent tard "car [elle est] mal organisée".

"J’apprécie surtout le dessin, ce qu’il y a derrière. C’est pareil avec les textes étudiés en français. Ce qui m’intéresse, c’est ce qui se cache derrière un poème, ce qu’il y a de personnel derrière une œuvre." Elle a également du goût pour les activités manuelles : "Je prends plaisir par exemple au Décopatch, à la peinture et au modelage", précise-t-elle.

Clara indique avoir "besoin de nature", envie d’"être dans un milieu ouvert", et sort dès qu’elle le peut pour se promener ou courir. Petite, les métiers de vétérinaire ou d’archéologue l’attiraient.

Créative et imaginative, Clara dessine beaucoup. // © Florence Levillain pour L'Étudiant
Créative et imaginative, Clara dessine beaucoup. // © Florence Levillain pour L'Étudiant

Les filières du paysagisme

Au croisement des sciences du vivant et de l’art, le métier de paysagiste pourrait constituer une piste idéale pour Clara. Ce projet professionnel allie les disciplines de l’art plastique, des sciences et des techniques…

– L’ENP-INSA Val de Loire (École de la nature et du paysage), département de l’INSA Val de Loire (41) : le diplôme d’État de paysagiste s’obtient en cinq ans après le bac.
– Le BTSA aménagements paysagers.
– L’ENSP (École nationale supérieure du paysage) de Versailles (78) ou de Marseille (13), accessible sur concours après un bac+2.
– La formation d’ingénieur en paysage d’Agrocampus Ouest (49), un cursus en cinq ans accessible après le bac ou en trois ans accessible après un bac+2.
– La formation en paysage de l’ITIAPE de l’ISA Lille (59), en trois ans après un bac+2 et en apprentissage.
– L’ENSAP (École nationale supérieure d’architecture et de paysage) de Bordeaux (33) ou de Lille (59).
– L’ESAJ (École supérieure d’architecture des jardins) à Paris (75).
– La classe préparatoire ATS paysage, accessible après un bac+2, proposée dans deux établissements : le lycée des métiers de l’horticulture et du paysage de Montreuil (93) et le lycée horticole Vert d’Azur, à Antibes (06).
– La licence professionnelle aménagement du paysage : option infographie paysagère et gestion de chantiers, création et reprise d’entreprise, à l'École d’horticulture de Saint-Ilan (22) avec l’UCO BN (université catholique de l’Ouest Bretagne Nord) à Guingamp (22).

Lire aussi : Pour quelles études êtes-vous fait(e) ?

Les filières de l’agronomie

Pour devenir une spécialiste du vivant, Clara peut explorer la piste des métiers de l’agronomie et l’agroécologie. Développement durable, alimentation, gestion des ressources naturelles, préservation de l’environnement…

– Le DUT génie biologique option agronomie.
– Le BTSA production horticole.
– Les licences sciences de la vie, sciences du vivant, biologie-environnement.
– Les écoles postbac d’agronomie : l’ESA Angers (49), l’ISA Lille (59), l’ISARA Lyon (69), l’INP-EI Purpan Toulouse (31) et l’institut polytechnique UniLaSalle (60).
– Les écoles d’ingénieurs en agronomie, en trois ans après une classe préparatoire, un bac+2 ou un bac+3 : Agrocampus Ouest à Angers (49) ou Rennes (35) ; AgroParisTech à Clermont-Ferrand (63), Massy (91), Montpellier (34), Nancy (54) ou Paris (75) ; AgroSup Dijon (21) ; Bordeaux Sciences Agro (33) ; ENSAIA Nancy (54) ; INP Toulouse ENSAT (31) ; Montpellier SupAgro (34) et VetAgro Sup Clermont-Ferrand (63), pour leurs formations d’ingénieurs et leurs masters orientés vers la biodiversité, l’horticulture, la forêt, l’agroécologie, les agroressources, l’eau…

Faites votre bilan personnalisé et recueillez des conseils grâce à

Coaching Orientation by l'Etudiant
Coaching Orientation by l'Etudiant