1. Quelles études après un bac STMG ?
Boîte à outils

Quelles études après un bac STMG ?

Envoyer cet article à un ami
Vers quel(s) cursus s'orienter avec un bac STMG ? // © PlainPicture / STOCK4B-RF
Vers quel(s) cursus s'orienter avec un bac STMG ? // © PlainPicture / STOCK4B-RF

Les diplômés du bac STMG poursuivent majoritairement leurs études en BTS, filière en adéquation avec leur profil. Mais ils peuvent aussi entreprendre parfois des études plus longues.

Les ba­cheliers STMG (sciences et technologies du ma­nagement et de la gestion) s'orientent principalement vers les filières courtes postbac, où ils réussissent le mieux.

Où vont les bacheliers SMTG ?

À la rentrée 2016, 81 % des nouveaux bacheliers STMG se sont inscrits dans l'enseignement supérieur, principalement en STS et en licence. Voici leur répartition (en pourcentage).

UNIVERSITÉ (HORS IUT)
21,3 %
IUT (INSTITUTS UNIVERSITAIRES DE TECHNOLOGIE)
11,3 %
- DUT services 11,2 %
STS (SECTIONS DE TECHNICIENS SUPÉRIEURS) 42,9 %
- BTS services 40,6 %
CPGE (CLASSES PRÉPARATOIRES AUX GRANDES ÉCOLES) 1,8 %
AUTRES FORMATIONS 3,7 %

Source : MESRI-SIES Systèmes d'information Scolarité, SISE, SIFA et Safran (MAP), Enquête auprès des autres établissements du supérieur.

Le BTS, une suite logique

Les bacheliers STMG choisissent bien souvent de poursuivre leurs études en BTS (brevet de technicien supérieur). À juste titre, car cette filière semble convenir parfaitement à leur profil. En effet, le programme et la pédagogie des BTS reposent sur des cas pratiques proches de ceux vus au lycée.

Cinq BTS attirent en premier lieu les bacheliers STMG : le BTS MUC (management des unités commerciales), choisi massivement, mais également les BTS comptabilité et gestion, NRC (négociation et relation client), assistant de manager et assistant de gestion de PME-PMI à référentiel commun européen.

D'autres BTS sont également bien conçus pour les STMG : il s’agit des BTS CI (commerce international à référentiel européen), SIO (services informatiques aux organisations) ou communication.

Enfin, neuf BTS sectoriels offrent un débouché possible dans différents secteurs d'activité : BTS assurance ; banque, conseiller de clientèle (particuliers) ; hôtellerie-restauration (après une année de mise à niveau) ; notariat ; professions immobilières ; technico-commercial ; tourisme ; SP3S (services et prestations des secteurs sanitaire et social) ; transport et prestations logistiques.

Lire aussi : réussir ses études en BTS ou DUT

Le DUT, un pari à long terme

Plus généraliste que le BTS, le DUT (diplôme universitaire de technologie) semble avoir moins d'attrait pour les bacheliers STMG. Le DUT est un bon tremplin pour la poursuite d’études (en école de commerce notamment et, bien sûr, en licence professionnelle) et les chances de réussite des bons bacheliers STMG se révèlent, de fait, équivalentes à celles des autres bacheliers.

C’est le DUT TC (techniques de communication) qui a principalement la cote auprès des bacheliers STMG. On trouve aussi des bacheliers STMG dans les DUT GEA (gestion des entreprises et des administrations), CJ (carrières juridiques), GACO (gestion administrative et commerciale des organisations) et GLT (gestion logistique et transport).

L'université, pour les plus travailleurs

Les plus motivés peuvent envisager le parcours universitaire. Dans les matières générales, il leur faudra rattraper ce qui n’aura pas été acquis au lycée, comme la maîtrise de la dissertation ou la ­culture générale. Il leur faudra aussi lire énormément.

Les bacheliers STMG optent majoritairement pour la licence AES (administration économique et sociale) mais aussi pour les filières SHS (sciences humaines et sociales) et langues. Dans une moindre mesure, d'autres se dirigent vers les sciences économiques (hors AES), le droit ou encore la filière STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives).

Certaines universités se montrent plus accueillantes avec les bacheliers STMG. L’université Paris 2-Assas propose, en première année de licence de droit (L1), un “parcours réussite” au rythme plus adapté à leur profil que le parcours classique. Lille 3 accueille 25 étudiants titulaires du bac STMG dans un “parcours de réussite” sciences économiques et gestion d’entreprises au sein de la licence économie et gestion.

Pour ceux qui se sentent un peu fragiles, mieux vaut valider un DUT ou un BTS tertiaire et demander ensuite une équivalence en L2. À bac+2, il est possible d’intégrer une troisième année de licence généraliste (en gestion, administration économique et sociale…) ou professionnelle (en gestion, marketing, commerce…).

Lire aussi : test études : êtes-vous fait pour faire des études à l'université ?

La classe prépa, un encadrement assuré

La prépa ECT (économique et commerciale, voie technologique) est particulièrement destinée aux bacheliers STMG. Le programme comporte une remise à niveau en culture générale et en langues. Dans la continuité de la terminale, les étudiants ont des cours de droit et d’économie, mais également des mathématiques (six heures par semaine). L’échec aux concours est faible car les élèves sont très encadrés.

Les prépa ENS Rennes D1 (droit, économie, management) et ENS Paris-Saclay D2 (économie et gestion) accueillent des bacheliers STMG. Elles leur permettent de suivre une licence de droit ou d’économie et gestion à l’université, tout en préparant le concours de l’ENS Rennes (option D1) ou de l'ENS Paris-Saclay (option D2) mais aussi des écoles de commerce et des IEP (instituts d’études politiques).